Accueil / Art / CNART: Les marchands d’art enregistrés n’amende de jusqu'à 10 1000 $
CNART - IPHAN. Divulgation.

CNART: Les marchands d’art enregistrés n’amende de jusqu'à 10 1000 $

Dans le cadre des mesures visant à lutter contre le blanchiment et le financement du terrorisme, l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional (IPHAN) publié dans 9 de la Mars Ordonnance n° 80 de 2017, instituant des sanctions pour les marchands d’oeuvres d’art et de l’antiquité qui ne répondent à la réglementation de l’industrie. La mesure définit également des orientations pour les actions de surveillance doit être effectuée par l’Institut.

La première étape pour le marchand d’art à Iphan est l’accès et la connexion Registre national des marchands d’Art et d’antiquités (CNART), menée par Internet. La date limite d’inscription est 31 Mars et, par la suite, Commerçants, sera passible d’une amende de 1000 $2 à $10 pour 1000 qui ne s’enregistrent pas et R$ 2 1000 pour ceux qui ont rendu obsolète. Conformément à la Ordonnance de l’IPHAN 396/2016, devez inscrire les personnes physiques ou morales, commercialisation des œuvres d’art et d’antiquités, directes ou indirectes, y compris à la réception ou de la vente en consignation, importer / exporter, possession sur dépôt, intermédiation de vente ou d’achat, commerce électronique, vente aux enchères, marchés informels ou des foires, sur une base permanente ou toute autre, alors principal ou subsidiaire, cumulativement ou non. Sont également inclus les concessionnaires de manuscrits et de livres anciens ou rares. Les concessionnaires qui reçoivent la sanction peuvent entrer des ressources et présenter votre défense à l’Institut dans les quinze jours.

Actions de surveillance
La norme définit également les procédures d’inspection doit être adopté par l’institution dans tout le pays. L’inspection peut être l’action face à face, effectué par les agents présents sur les lieux où le commerce, ou à distance, après consultation des bases de données disponibles.

Entre les jours 14 et 16 Mars, IPHAN organise une formation spécifique aux serveurs qui sera responsable de la mise en œuvre de la surveillance. Le cours va former des spécialistes de Iphan, faire Conseil pour le contrôle des activités financières (COAF), de Procureur général de l’Union (AGU) et ministère public.

Obligations des commerçants
Commerçants et vendeurs d’art objets et d’antiquité, En plus de s’inscrire dans la CNART, établit le contrôle interne méthodes visant à prévenir le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Sont également tenus de leur propre record avec données d’opérations sur valeurs supérieure à 10 1000 $ et ses clients impliqués. L’ordonnance no 396/2016 détermine, De plus,, communiquer au Coaf, Grâce à la
Système de contrôle des activités financières (SISCoaf), les transactions effectuées en espèces (en nature) au-dessus de 10 1000 $, ainsi que les opérations qui sont elles considérées comme suspectes. Les concessionnaires qui n’a pas de déclarer tout accident au Coaf au cours de l’année doivent soumettre un relevé annuel de ne survienne à Iphan.

Les commerçants et commissaires-priseurs doivent être attentifs aux situations décrites dans Ordonnance de l’IPHAN 396/2016 Quel sont les signes avant-coureurs et doivent être analysés avec soin, comme opérations de trésorerie répétées proche de la valeur de seuil pour l’enregistrement; paiement est proposé des opérations par le transfert de ressources entre des comptes offshore; proposition de surfacturation ou subfaturamento; proposition a aucun enregistrement d’opérations ou de clients; entre autres,.

Contexte international
L’enregistrement obligatoire de CNART pour tous les concessionnaires et les commissaires-priseurs d’antiquité, objets d’art et renforce les actions du gouvernement brésilien pour lutter contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et le trafic dans les œuvres d’art et d’antiquités. L’utilisation de ces biens à dissimuler ou à dissimuler l’origine illicite de certains actifs financiers est commune, en raison de la difficulté de mesurer la valeur économique de votre.

Sur la scène internationale, la prévention du blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme a gagné éminent progressif ordres du jour des gouvernements, avec l’emblème des Nations Unies Convention contre le trafic illicite de stupéfiants et de Substances psychotropes, qui s’est tenue à Vienne, à 1988. À la suite de la Convention, pour la première fois le trafic de drogue a été présenté dans votre dimension transactionnelle et de la dissimulation de biens et valeurs associés à elle a été singularizada comme un crime. En 2015, ont été délibérées deux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, du paragraphe 2199/2015 et no. 2253/2015, qui charge des pays membres de l’ONU, la mise en place de mesures visant à limiter et contrôler les sources de financement du terrorisme international.

Performance de Iphan
IPHAN joue dans la prévention de blanchiment d’argent et de l’institution de régulation et de surveillance de façon complémentaire de financement du terrorisme, parce qu’elle définit les signes avant-coureurs, applique les pénalités pour omission et supervise l’achèvement de l’enregistrement de la part de commerçants et de commissaires-priseurs dans l’industrie. Cependant, Cela ne rend l’Iphan, l’organisme de réglementation du marché de l’art ensemble. L’Institut se manifeste soit sous forme de la valeur économique des marchandises dans le commerce – Quelle est la fonction du marché – Aucune enquête sur les activités suspectes, C’est une responsabilité des agences et entités des persécutions criminelles.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*