Accueil / Art / Commence la première Biennale internationale d’art contemporain de l’Amérique du Sud-BIENALSUR
Jorge Macchi, Mare Tranquillitatis. Photos: Divulgation.
Jorge Macchi, Mare Tranquillitatis. Photos: Divulgation.

Commence la première Biennale internationale d’art contemporain de l’Amérique du Sud-BIENALSUR

Commence la première Biennale internationale d’art contemporain L’Amérique du Sud-BIENALSUR, avec la réalisation de 100 expositions simultanées dans 32 villes de 16 pays

Rio de Janeiro, Circuit dans le cas de São Paulo et Rio Grande Sul, rassemblant des œuvres de plus de 300 artistes des cinq continents. Le spectacle aura lieu de septembre à décembre dans le monde entier et seront interconnectés grâce à la technologie.

De septembre, un nouvel univers cartographique permettra d’éliminer les frontières à travers l’art, un dialogue culturel entre l’Amérique du Sud et dans le reste du monde. Le point de départ – Km 0 -Buenos Aires, Argentine; le plus éloigné, Tokyo, Km 18.370. Le Brésil est au Km 2.240. Et la connexion non seulement entre artistes et commissaires est exposer leurs œuvres dans le même temps jusqu’en décembre. Le public aura l’occasion de faire partie de ce réseau novateur culturel créé par BIENALSUR, participant en même temps à différents événements et expositions dans l’ensemble 84 lieux de la Biennale, Grâce à l’utilisation d’un outil de dimension virtuelle, comme Ventanas BIENALSUR, Il offre aux visiteurs à l’un spectacles de la possibilité de voir ce qui se passe dans chacune des autres expositions. Cet outil permet aussi de dialogue direct entre les gens de différents évènements de programmation.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

No Brasil, le Mémorial de l’Amérique latine, à São Paulo, sera l’un des icônes BIENALSUR, à côté de la maison du peuple, Musée d’Art contemporain de Sorocaba (SP), Universidade Federal do Rio Grande do Sul, à Porto Alegre, Universidade Federal de Santa Maria (RS), Centrale du Brésil et la Fundação Getúlio Vargas, à Rio de Janeiro. Dans l’administration centrale peut être appréciée des œuvres d’artistes de Madagascar, Argentine, Espagne et en France. En parallèle, l’art des brésiliens comme Eduardo Srur, Regina Silveira, Shirley Paes Leme, Ivan Grilo, Vik Muniz, José Bechara, Meireles, Hélio Oiticica et Anna Bella Geiger, autres, composeront cet échange culturel, avec des spectacles en Argentine, à Porto Rico et Pérou.

Organisé par l’Universidad Nacional de Tres de Febrero (UNIVERSITÉ UNTREF), Depuis la fin de 2015, le compte BIENALSUR avec le doyen Anibal Jozami comme directeur général et directeur artistique Diana Wechsler-universitaire. Est une Biennale d’art, pour la première fois dans l’histoire de la Biennale, met les artistes et les villes du monde en ce qui concerne l’égalité. Multidisciplinaire, Il se distingue par l’originalité d’avoir différents pays même initiative de promoteurs et le rôle des universités: 20 universités du monde entier participent au projet. Sur 95% des œuvres qui font partie de la Biennale ont été choisis par le biais de deux sélections internationales d’ouvertes, ils ont reçu plus de 2.500 propositions pour 78 pays.

EXPOSITIONS AU BRÉSIL

SÃO PAULO

Mémorial de l’Amérique latine- 04/09

El mundo cabe en una obra- Ana Gallardo, Edgardo Antonio Vigo, Frederico Manuel Peralta Ramos, Mirtha Dermisache, Jarv, Lucrecia Lionti, Jorge Macchi, Thomas Maglione, Pablo Rosales Edgardo, Ivana Vollaro, Juan Carlos Romero, Argentine. Curatelle: Jimena forgeron Pella.

Les travaux se sont réunis à la repoetizar cherche de l’exposition le monde. Travaux simples montre l’artiste avec un crayon à la main, ou derrière la caméra, à la place d’observateur ou chroniqueur, confirmant votre aptitude à configurer une nouvelle existence poétique de la vie quotidienne. Ce projet, Selon le conservateur, « refonder une nouvelle autonomie de travail basée sur l’immédiateté, où l’art peut retourner à négocier avec la vie stable d’autres façons d’être ensemble et être-monde”.

Souvenirs du corps et ombres- Collection de Collections - Oscar Muñoz (COL), Graciela Sacco (ARG), José Alejandro Restrepo (FRA/COL), Harun Farocki (A DONNÉ), Pedro G. Romero (ESP), Botto & Bruno (ITA) et Ana Gallardo (ARG). Curatelle: Diana Wechsler.

Sélection des installations vidéo de diverses collections d’Amérique du Sud. La mise au point sont les différentes formes de communication dans le corps, ils ont souvent « parle » après le mot. La rhétorique d’un personnage incarne réponses possibles; un catalogue des mains dans différentes actions est capable de condenser les vicissitudes de la vie de nombreux, Lors de la frappe le talon d’une danseuse sert de balise rythmique à la description de votre tendu de corps.

Ombres de Llevar- Juliana Iriart (ARG).

Spectacles interactifs, où le public est invité à poser pour « délivrer votre ombre », position désirée. Face à un coup de projecteur, l’ombre est capturé dans un rouleau de papier d’emballage et transformé en un origami, qui seront livrés à la fin.

Musée d’Art contemporain de Sorocaba (SP) - 05/09

Suite -Eduardo Basualdo (ARG).

Le projet affiche l’installation « Voluntad », sélectionné par les conservateurs de la Biennale, En plus des quatre autres œuvres de différents moments de la carrière de l’artiste. Dans « Voluntad », l’artiste installe une porte de garage à l’intérieur d’une chambre, divisant en deux moitiés. La porte déplace automatiquement un côté de la clôture et ouverture à l’autre en même temps. Les deux côtés de la barrière restent liées par un passage; l’emplacement de ce passage est que le changement de lieu. Les trois autres œuvres sont: « Hambre », sculpture cinétique; « Sans-abri », une roulette qui tourne indéfiniment; « Lluvia de Fuego », installation qui projette l’ombre de la lumière d’une lampe sur le plancher, et « Las Horas », installation sonore.

Qui était?-Graciela Sacco (ARG).

L’artiste présentera une intervention publique qui interroge, à la fois, l’espace intime. « La foule a toujours un visage anonyme. Tout le monde est coupable, et nul n’est coupable », Graciela dit. Qui était? C’est un doigt qui nous signale, Nous intimider, nous accuse, dans l’amour.

RIO DE JANEIRO

Fundação Getúlio Vargas – FGV – 12/10

Capture formelle « El espacio comme substance intangible de la construcción y morfologías ideales architectures » -Marcolina Dipierro (ARG).

L’artiste propose une intervention avec différents éléments géométriques pour générer un dialogue avec l’espace existant du bâtiment. Selon l'artiste, ses œuvres peuvent concevoir et délimiter les points oubliés, génération des différentes formes d’interprétation, de réflexion critique et le plaisir du présent dans notre quotidien urbain et naturel.

Gare centrale du Brésil- 12/10

M2 -Graciela Sacco (ARG).

En M2 l’artiste interroge le droit de tout être humain d’être né dans, Au moins, un mètre carré. Ce droit, une proposition utopique, Voir ont été violés par les transits, les migrations et les exilés. Le thème du transit sera visible à travers les images translucides placés dans les fenêtres de la station bondée, suscitant des questions sur sa propre condition « en transit » de chacun d'entre nous.

Rio Grande do Sul

Université fédérale de Santa Maria- 28/08

Facteurs 4.0 -Le Festival d’Art, Science et technologie du Rio Grande do Sul – réunit des artistes nationaux et étrangers des facteurs pour l’élaboration de projets dans différentes langues dans le domaine de l’art, Science et technologie. Cette année, l’événement se déroule en partenariat avec l’Universidad Nacional de Tres de Frebrero (UNIVERSITÉ UNTREF) et a pour thème la bio art, Cela inclut l’art produite par l’utilisation d’organismes vivants et des ressources naturelles, communiquer avec les médias et technologies artificielles. Artistes invités: Ana Laura Cantera (UNIVERSITÉ UNTREF); Eduardo Kac (SAIC/États-Unis); Fernando Codevilla (UNIFRA) et Leonardo Arzeno; Gabriela Lily Munguía Ortiz et Guadalupe Chavez Prado (UNIVERSITÉ UNTREF); Gilbertto Prado (UAM/USP); Guto Nóbrega (UFRJ); Laura Nieves, Leandro Nunez, Mariela Yeregui, Miguel Grassi (UNIVERSITÉ UNTREF/NIXSO); Paula Guersenzvaig (UNIVERSITÉ UNTREF); Rebeca Stumm (UFSM); Louise Timman et Raul Dotto (UFSM); et Yara Guasque (UDESC).

Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Porto Alegre- 04/10

Le La tour du monde- Installation de Joel Andrianomarisoa (MDG) dans le centre de Campus et la vallée du Campus de l’Université fédérale de Rio Grande do Sul.

Son travail consiste aux relations humaines et l’espace urbain. Les bruits de recherche artiste, s’allume le mouvement incessant qui génère la vie citadine et odeurs. “J’ai besoin d’être surpris par les images. La situation doit être absolument incroyable. Je ne me considère comme un photographe, Je suis une personne qui construit les images ».

Hoummos | La jetée de Calla- Installation site spécifique Teresa Pereda (ARG), le Planétarium de Porto Alegre (Planétarium professeur José Pereira Baptista, Campus de la santé, l’UFRGS).

Pereda intervient, avec une pente naturelle imposante, dans le dôme de Planétarium de Porto Alegre, Placer le spectateur dans un temple de la contemplation de la bravoure de l’eau et le bruit de nos jours plongés dans le transport urbain. La circulation chaotique de la nature nous avertit quant à l’État fragile de l’homme. Bien que l’expérience planétaire pour nous faire voyager vers n’importe quel ciel dans le monde, dans ce cas, les images de la vidéo cassette le puissant élan d’élévation dans l’eau d’un cours souterrain.

Lumière-Teresa Pereda (ARG) -Installation vidéo – salle de bal du presbytère de l’UFRGS

Hommage à Mireille Kassar (LIB) -Projection du film – salle Redemption films UFRGS Université

Cycle de projection de Amos Gitai-film salle Redemption films UFRGS Université

Art vidéo BIENALSUR Marathon – salle Redemption films UFRGS Université

De novembre

À Buenos Aires, la Biennale fera des discours à l’ancien Confitería del Águila (nouvel art contemporain de MUNTREF Centre pour la biodiversité, dans le processus de récupération), le Zoo de la ville, qui se transforme en un éco-parc interactif, différents sièges de MUNTREF, le MALBA, le Museo Nacional de Bellas Artes, la Casa del bicentenaire, Fundación PROA, le Centre culturel de Kirchner, les façades de l’usine et bâtiments phares del Arte, places et aéroports. Par ailleurs, seront présents à Tiger, Caseros, Rosaire, Córdoba, San Juan, Tucumán, Sauts et Bahía Bustamante (Chubut) en Argentine. Après, le chemin va suivre pour les autres pays: Uruguay (Montevideo), Paraguay (Ahmed), Chili (dont le siège est à Santiago, Valdivia et Valparaíso), Pérou (Chaux), Equateur (Guayaquil) et la Colombie (Bogota et Cucuta). Sur le continent africain, l’arrêt se trouve à Ouidah, au Bénin. En Europe, Espagne (ayant son siège à Madrid et Palma de Majorque) et la France (dont le siège est à Paris et Marseille) et l’Australie (Frankston, Victoire). Enfin, en Asie, le Japon (Tokyo).

Visitez le site: www.bienalsur.org

Commentaires

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*