Accueil / Art / Exposition de Paul Byron dans le cercle militaire de São Paulo par Rosangela Vig

Exposition de Paul Byron dans le cercle militaire de São Paulo par Rosangela Vig

Rosangela_Vig_Perfil_2

Vig est Rosângela plasticienne et enseignante Histoire de l'art.

Je me souviens encore… Et rien d'autre questions
Ces jours d'une lumière si docile
Que je voudrais, toujours, de mémoire,
Un nouveau jouet à ma porte…

Mais il y eut un vent de désespoir
Souffler les cendres nuit morts!
Et je me suis accroché sur la tarte galharia
Jouets pour mes enfants…
(QUINTANA, 2004, p.13)

Série de jeux enfantins, Queue, Photo de Soso Botture

Série de jeux enfantins, Queue, Photo de Soso Botture.

Il y n'aurait aucun meilleur moment pour provoquer le désir. De l'enfance, les souvenirs qui restent sont douces; les ambitions sont peu nombreux; le temps est long et sans fin; et la vie est heureuse. Si heureux que nous ne savais pas que le vrai bonheur existe. Jusqu'à ce que nous grandissons et se rendent compte qu'un jour elle avait disparu, et c'était vrai. Le temps et les cicatrices d'une chute, une maman de « Bobo » embrassée, un jouet qui est cassé, de l'aile, qui a été lacé et même la fessée et la merde. Il est incontestable la douceur de Mário Quintana et poésie, vos paroles, placé ici, traduire l'essence de Paul Byron, dans le cercle militaire de São Paulo.

L'affichage, dont le nom est souvenirs, transporte l'essence d'un disparu depuis longtemps et la nostalgie de cette gauche. Entre les souvenirs que l'artiste a choisi, sont celles de l'enfance, les scooters, les cerfs-volants et leurs rabiolas, stands et jeux de poupée. Climatisées et dotées de nombreux pieds nus sur le sol, dans les jeux de rue, Peut-être indifférente à la vie, encore, mais dans le seul but de jouer jusqu'au jour. Mais ils ont aussi comme souvenirs, travaux conduisant à l'antiquité, les nuits blanches, la vie de Bohème, des guitares, le chant entre amis et instruments de musique. Les bohémiens, dans les pubs et bars, dans un costume et une cravate, sont le portrait d'un « voyou » inoffensifs longtemps, le « visage » du Brésil et de la gauche était envie. Nostalgie est à nouveau avec les paroles de Quintana:

C'est la même ruelle tranquille,
Avec les vieux tours et les chansons d'autrefois…
Et mes belles sessions de négociation à l'aube
Passer la ruelle de chant à l'extérieur!
(QUINTANA, p.14)

Invitation

Exposition Invitation.

Le désir et l'antiquité se trouvent dans le trait de l'artiste, qui affiche un caractère unique et incomparable. Sur grands écrans, les personnages en perspective exagérée, conduire à l'idée de mouvement et d'approche. La finale est le sentiment qu'ils sont promènent hors de l'écran. La sourdine couleurs et le contraste grave avec les jouets colorés, des objets et des vêtements, qui se démarquent et laisser les scènes joyeuses, pleine de vie et lumière. L'artiste joue avec la texture et les dessins en arrière-plan, qui semblent dépasser et en relief. L'effet final est d'avoir l'air, la poésie des œuvres et la nostalgie qui provoque.

Exposition solo « mémoires » de Paul Byron

Cercle militaire de São Paulo

Rua Abilio Soares, 158, Sao Paulo

De 18 et 23 Juin, la 10 à 17 heures.

Organisée par Silvia Farina.

Découvrez les œuvres de l'artiste:

.

.

A aimé? Ajouter un commentaire!

.

Venez avec nous, Obtenez les derniers par e-mail:

Email

.

.

Références:

EAGLETON, Terry. L'idée de la culture. Sao Paulo: Editora UNESP, 2005.

QUINTANA, Mario. Sac Quintana. Porto Alegre: Et. & PM, 2004.

.

.

Commentaires

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*