Accueil / Art / Maikon K présente les performances à SESC Belenzinho
Terrarium - Danse Privê un portail interdimensionnel. Photos: Lauro Borges.

Maikon K présente les performances à SESC Belenzinho

Terrarium - DANSE Prive DANS UN PORTAIL
interdimensionnelle une partie de la relation avec le corps de l'artiste
miroirs, la lumière et le sable et prend l'expérience sensorielle au public

En Terrarium - Prive DANSE DANS UN PORTAIL interdimensionnelle l'artiste Curitiba Maikon K travaille sur les frontières entre la performance et la danse, théâtre et rituel. L'action fait des présentations journées 23, 24 et 25 Février, Vendredi et samedi à 21h30 et le dimanche à 18h30.

L'objectif de l'art Maikon K est le corps comme instaurateur des réalités et des frontières entre humains et non humains. L'action se poursuit la recherche de l'artiste également présent dans ADN DAN, choisi par l'artiste Marina Abramovic d'intégrer l'exposition Terrain communal, au mois de mars 2015, le SESC Pompeia, à São Paulo.

Structurée en deux parties distinctes, le rendement est de l'observation et l'on observe, sans toutefois laisser toucher. Le nom de l'action fait référence au conteneur qui recrée les conditions environnementales pour les animaux d'élevage et de plantes, sur laquelle il est possible d'observer le comportement des êtres vivants à l'intérieur.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

cube noir

Dans la première partie de Terrarium - Prive DANSE DANS UN PORTAIL interdimensionnelle, Maikon K est debout et attend l'entrée du public. Sur le sol devant, une faite avec des morceaux de surface de miroir. Retour de la salle, un cube noir trois mètres de haut. L'artiste se met à genoux et, tout en parlant, une bande de vêtements. Il effectue ensuite une danse sur les miroirs: illusionnisme érotique, corps brisé, manipulation biologique, hypnose. « A ce stade, l'accent est mis sur la relation avec les miroirs, la lumière qui est réfléchie et la musique ", Il explique.

en second lieu, Maikon K entre pas cube. Cette boîte noire est bordée de sable et de miroirs couvrir les murs. Un microphone est placé au plafond et les sons produits à l'intérieur du centre de haut-parleurs à l'extérieur, manipulé par le musicien Beto Kloster. Le public est placé en position de voyeur et de regarder les performances par petites fenêtres, choisir l'endroit où vous voulez regarder, la capture des pièces et des réflexions du corps lequel se déplace. Le jeu de miroirs permet au spectateur de créer des perspectives différentes. L'artiste concerne le sable et déterre morceaux de vêtements: un harnais de cuir et une jupe noire. « Dans ce Peep show xamânico construire progressivement un personnage, émergeant à travers ma voix, la respiration et les mouvements. Un jeu de miroirs où le public observe et on observe également. Contempler l'apparition et la mort des états successifs et des images ", compte de l’artiste.

Pour Maikon K dans le monde actuel et instantanés webcam, capture, Nous sélectionnons et offrons notre image d'une foule d'yeux. Image qui se propage sans contrôle, viral. « Nous pouvons communiquer avec le monde de l'intérieur de notre chambre, voiture, salle de bain, prison. Et le monde vient à nous, fibre optique, sorbée par les rétines vitrées. Nous consommons un monde image, et nous sommes consumés par elle ", croire.

La liberté d'expression

Comment domaine sensible de l'expérience, l'art a le pouvoir de former des territoires poétiques hétérogènes, où coexistent la liberté d'expression et les expressions de diverses libertés. Grâce à cette activité, SESC réitère son engagement envers la culture et de l'éducation, de mettre en place des productions et des processus artistiques qui traitent de la liberté d'expression concrète, dans leur chevauchement avec la liberté des corps - qui doit être construit de façon permanente.

A propos Maikon K

Curitiba naturel - PR, 1982. Il fonctionne sur les frontières entre la performance, danse et rituel. L'objectif de ses recherches est le corps comme instaurateur des réalités et de la matrice symbolique. Sa formation a commencé en 1997 les arts de la scène et ajoute plusieurs domaines de la connaissance: diplôme en sciences sociales (l'accent en anthropologie Théâtre), treize ans moyens de recherche d'élargissement de la conscience par des pratiques corporelles et des rites ancestraux en relation avec les éléments de la nature. En guillotine (2008) - musique chamanique-terroriste pour un acteur dans la salle de classe - l'action a eu lieu dans une salle universitaire. En 2011, comme artiste résident Casa Hoffmann (Des études Mouvement Centre), qui s'est tenue Geste et Voix Paysage, dans ce mouvement intégré et son vocal pour générer des formes archétypales. En 2013, établi Corps ancestral, pour enquêter sur la danse comme moyen d'atteindre des états de conscience expansés. Dans la même année, il a fait ses débuts la danse installation ADN DAN, envisagée par Funarte Prix Klauss Vianna 2012. Les deux œuvres enquêtent sur les frontières entre l'humain et non humain. En 2015, créé une deuxième version Corps ancestral et a fait ses débuts Terrarium - une danse Privê portail interdimensionnel, qui utilise des miroirs et des matériaux tels que le sable,. Votre travail consiste à centrer le corps et votre capacité à changer les perceptions, influencé par la vision du monde chamanique, dans lequel l'acteur se déroule dans des situations différentes grâce à des techniques physiques spécifiques, Song, son non verbal, danse, Des indices visuels et activités ritualisées. En 2015, Il a été invité par la performance de l'artiste Marina Abramovic à présenter ADN DAN sur l'écran Communal Land, dans Mars / mai 2015, le SESC Pompeia. Pour l'année 2016, prépare son nouvel emploi L’Anus solaire, décerné le Prix Funarte Myriam Muniz 2015 et inspiré par la littérature Georges Bataille.

Pour le script:

Terrarium - Prive DANSE DANS UN PORTAIL interdimensionnelle -Jours 23, 24 et 25 Février, Vendredi et samedi à 21h30 et le dimanche à 18h30, Affiche la chambre que je SESC Belenzinho. Conception et performance - K Maikon. Partenaires - Michelle Moura (dramaturgie); Fernando Tides (environnement); Faetusa Tezelli (costume); monastère Beto (comme); Regina FABIA (lumière); Lauro Borges (photographie). Durée - 60 minutes. Recommandée pour les personnes sur 18 ans. Billets – R$ 20,00 (tout); R $ 10,00 (Student, serveur public school, + 60 ans, retraités et des personnes handicapées) e R $ 6,00 (toute information d'identification: travailleurs du commerce de marchandises, services et tourisme au Sesc et personnes à charge inscrits).

SESC BELENZINHO -Rua Padre Adelino, 1000 -Belenzinho (autour de la station de métro Belém). Téléphone: (11) 2076-9700. Accès pour personnes handicapées. Box office -Du mardi au vendredi de 09:00 à 21:30 et le samedi, Dimanche et jour férié de 09:00 à 19:30 (billets en vente dans toutes les unités de la SESC). Capacité de la salle I Spectacles - 35 lieux. Parking – R$ 12,00 la première heure et R $ 3,00 pour un délai supplémentaire et R$ 5,50 la première heure et R $ 2,00 heure supplémentaire (toute information d'identification). Prix promotionnel pour des spectacles en soirée payés à partir de 17h sur présentation du ticket - R $ 15,00 e R $ 7,50 (toute information d'identification).

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*