Accueil / Art / Le Baroque au Brésil par Rosangela Vig
Figue. 7 -Eglise de San Francisco, Sauveur, Bahia, Détails d'entrée, sous le choeur. Photos: Sandra Santana.

Le Baroque au Brésil par Rosangela Vig

Vous pouvez également entendre cet article dans sa propre voix artiste Rosangela Vig:

 

Rosangela_Vig_Perfil_2

Vig est Rosângela plasticienne et enseignante Histoire de l'art.

Le Baroque au Brésil par Rosângela Vig

La joyeuse Journée attristé;
Le silence de la nuit troublée;
La splendeur du soleil tous les éclipsé;
Et les lampadaires de rétractation légère.
(MATOS dans MASSAUD, 2000, p.50)

Au milieu du dire et se rétracter, les paroles de Gregorio (1623-1696) impressions de son temps perpétué. Son esprit et son irrévérence, souvent brutal, ils lui prennent en exil, en Angola. Mais peut-être, le plus grand poète du Baroque brésilien, né à Bahia datant du XVIIe siècle, s'adapter à la tâche de réfléchir sur les incertitudes de son temps. Sa poésie religieuse dévoile les désirs spirituelle sublimation et demande pardon; révolution des émotions; et, surtout, traduit de l'ajuizamentos d'une période divisée entre mysticisme médiéval et Renaissance de scepticisme.

Harmonieusement, au milieu d'antithèse et paradoxe, ses réflexions me demande; desconfortam; soulever les préoccupations de l'âme, réflexions et les doutes entre raison et foi. No Brasil, au milieu d'une conscience littéraire encore en formation, Littérature baroque a commencé officiellement, à 1601, avec la publication du poème épique Prosopopeia de Bento Teixeira. Mais le Baroque est arrivé le premier aux mains des Jésuites, commis au départ avec l'enseignement de la morale et la religion, la population. Ici, un Brésil colonial, le style a pris des forces entre les 18ème et 19ème siècles, Lorsque ayant déjà été abandonné en Europe. Selon les spécialistes, quatre étapes ont été identifiées dans le Baroque brésilien, défini par la présentation, la richesse de détail et l'utilisation de couleurs et d'ornements. Dans le dernier, le denotavam déjà preuve d'ornements Rococo, avec des fleurs, liens et coquilles.

Fig. 1 – Pelourinho, Salvador, Bahia. Foto: KamilloK.

Figue. 1 -Pilori, Sauveur, Bahia. Photos: KamilloK.

La présence de l'art Baroque est la plus marquée dans les grands centres urbains, où ils ont construit des églises, où les images ont été sculptés et peints, avec le sens primaire de réaffirmation du christianisme. L'ornementation complexe esthétique et la grandeur des détails est venu pour illustrer l'enseignement des valeurs de la population, Grâce à la compréhension de la religiosité. En conséquence, commis à la foi chrétienne, les Jésuites s'est finalement étendues à l'esthétique européen. Directement influencé par le Baroque portugais, le style, autour d'ici, a des caractéristiques différentes, dans plusieurs régions où.

Fig. 2 – Centro Histórico, vista do Lar Franciscano, Salvador, Bahia. Foto: Site Guia Geográfico - Jonildo.

Figue. 2 -Centre historique, vue de la maison franciscaine, Sauveur, Bahia. Photos: Site du Guide géographique – Angélique.

Dans différents Brésil Baroque, dans des régions comme le Pernambuco, Bahia, Rio de Janeiro et Minas Gerais, enrichis par l'or et de canne à sucre, comme exemples du style, les églises avec des sculptures sophistiquées et fil doré, faite par de grands artistes. D'autre part, dans des endroits comme São Paulo, avec moins de richesse, restaient des travaux simples, réalisées par des artistes moins connus.

Paulistas beaucoup, expéditions organisées appelées drapeaux, se dirigea vers les villes du Minas Gerais, à la recherche de pierres précieuses et d'or, en stagnation, avec ce, le développement de la région, ce qui justifie la simplicité des pièces, les matériaux utilisés et même la quantité de bâtiments baroques. Cette période, à São Paulo, inclure le couvent de Nossa Senhora da Luz, où est actuellement le Musée d'art sacré.

Parmi les régions que la plupart ont prospéré avec le sucre, est de Pernambuco. Les richesses de l'art Baroque, son capital, Récif, garder le dos de l'église de São Pedro Clérigos. Le travail a débuté en 1728 et s'est terminé seulement en 1782.

Dans la période du Brésil-colonie, le sucre a également enrichi le Bahia, qui, au XVIIe siècle, était considéré comme la région la plus riche du Brésil. Son capital, Sauveur, C'était aussi la capitale du pays. Ou, sur les hauteurs de Pelourinho, Parmi les maisons de ville du XIXe siècle, est le plus connu et un des plus importants ensembles architecturales de Salvador: l'église du troisième ordre de St. Francis (Figue. 3), l'église de San Francisco (Figue. 4) et le couvent de San Francisco. Sur la place centrale, devant le bâtiment, la croisière (Figue. 4), typique des bâtiments Franciscains, fait place à l'ensemble. Sur la façade de l'église de troisième ordre (Figue. 3), ont été sculptés dans la pierre, fleurs, les anges, les Saints et les éléments mythologiques, au milieu d'une exubérance de lignes et de tourbillons. Dans l'église de San Francisco, l'exubérance n'est pas différente. La beauté de la façade comporte également les caractéristiques de particularités du Baroque, mais la riche décoration intérieure (Chiffres 6, 7, 8, 9 et 10), justifier le titre de l'un des dix plus belles églises du Brésil. L'abondance des détails et la préciosité de toutes leurs surfaces, y compris le plafond, les colonnes et les murs, Il y a des fentes d'or y compris les anges, oiseaux, au milieu des fleurs, les frises et arcos. Dans l'autel principal, l'image illustre l'apparition du Christ stigmatisé à San Francisco, Il a été sculpté en 1930, par l'artiste Pedro Fernandez de la Bahia (1896-1970) 1, Il a suivi strictement les normes et les techniques du Baroque. La tuile est également élément décoratif et s'harmonise parfaitement avec l'ensemble, Liste des épisodes de la vie de San Francisco, Passages de la Bible, paysages et des scènes pastorales. Les tuiles ornent également le corridor qui relie à la sacristie et l'accès au couvent (Chiffres 12 et 13) et beaucoup d'entre les scènes représentées sont contenu édifiante.

La croissance de Rio de Janeiro, est venu au XVIIIe siècle, avec l'exportation de l'or du Minas Gerais. La ville était un lieu d'échange pour le Portugal et, à 1763, devint la capitale du pays. Ou, Parmi les églises de style Baroque, sont de troisième ordre de St. Francis de pénitence; le San Francisco de Paula (Ordem Terceira do Carmo); Santa Cruz et les militaires, dont la façade néoclassique influe. Dans ces pays et autres églises de la région, appareils de levage, sculptures et autels passa entre les mains de Miner Valentim da Fonseca e Silva (1745-1813). Connu comme Mestre Valentim, l'ébéniste et sculpteur, aussi accumulé la fonction urbaine, planification et était responsable de la conception de la Promenade, dans la ville de Rio de Janeiro, où se trouvent également plusieurs de ses sculptures.

Dans le Minas Gerais, Or, a dirigé l'élaboration de nombreuses villes, Comment Diamantina, Sabará, Mariana, Tiradentes, São João Del Rei, Caeté, Catas Altas, Congonhas do Campo, Ouro Preto, l'ancien Vila Rica, et diverses autres villes minières. Cette région, vécu l'apogée de l'art, au XVIIIe siècle, avec des influences provenant d'autres régions de la colonie et le Portugal. Pour certains chercheurs, l'esthétique s'est développée, Il a été considéré comme un style distinct. L'emplacement de la campagne, mines, faits le transport des matériaux, y compris les tuiles. Avec celle des artistes interprètes ou exécutants improvisent avec ce qui était dans la région, modifié les techniques et les matériaux eux et combinés, tant dans la construction, comme dans la peinture, ou en décoration d'intérieur. Dans la sculpture, un bon exemple de cela est l'utilisation de savon, abondant dans les Mines. Parmi les nombreux bâtiments, C'est la responsabilité de l'église de notre Dame du pilier et de St. Francis d'Assisi (Figue. 16), tous les deux à Ouro Preto.

Parmi les noms que la peinture baroque portée minier, Il faut se rappeler que de Ataíde Manuel da Costa (1762-1830), connu comme Mestre Ataíde. Il, dans la sculpture, Il distingua Antônio Francisco Lisboa (1730-1814), notre cher Aleijadinho, qui était aussi architecte et décorateur. Achevée en 1810, l'église de San Francisco, a la présence des deux artistes, qui a transformé la construction, en véritable chef d'oeuvre. Se souvenant très audacieux d'Andrea Pozzo 2, 3, dans sa fresque dans l'église de Saint-Ignace, Italie, Master Ataíde démontré non seulement un grand talent, mais une connaissance approfondie de la perspective et vanishing point. L'image qui s'ouvre, sur le toit de l'église, conçoit la scène plus divine, où la Vierge Marie, entouré d'anges, semble se tourner vers la terre, avec l'expression de la serena. Les nuances de lumière et obscurité et l'utilisation de couleurs pures, renforcer les contrastes, typique du Baroque. La verticalité et la perspective parfaite conduisent le regard vers le ciel. Tous les, dans la scène, semble se déplacer en même temps, comme si c'était direct.

Est d'Antonio Francisco Lisboa 4, la conception et la mise en œuvre de l'igreja de São Francisco. En pierre ollaire, ses sculptures ornent le devant de l'église et, les deux autels, comme dans la décoration du plafond de la chapelle, lignes courbes sont présents, les motifs floraux, les anges, les bandes et les Saints. Comme il n'y a aucun gilt en revêtement, l'effet final est celui de la légèreté, au sein de l'environnement. D'Aleijadinho, sont également que les sculptures importantes de la ville de Congonhas do Campo, mais il y a des œuvres de l'artiste dans les églises et les musées de Ouro Preto (Chiffres 17, 18 et 19). Dans vos images, le tortillement et implorer exagérée, préciser les plus grands traits baroques, C'était l'idée de mouvement et l'exaltation des sentiments. Dans son pasteur de la Nativité, l'adoration du Christ se développe dans la tendresse, la position du caractère, à genoux, avec les mains ensemble, dans une expression douce. Son mouvement accentue la garniture de la robe, ce regard que vous collez pour le corps, formant des plis. L'image, C'est statique, semble être en pleine action. Leurs œuvres remarquables méritent tous la reconnaissance, non seulement pour la beauté, mais peut-être, plus pour votre histoire de vie. La mystérieuse maladie qui, à 39 ans, Antônio Francisco Lisboa impliqués, a les mouvements des mains. Malgré un handicap grave, l'avance, les outils étaient liés, mains atrophiées, et donc produit les plus belles sculptures, l'art brésilien a rencontré.

Art brésilien, sont dignes d'être rappelé de la préhistoire, avec ses sites archéologiques et l'art autochtone, avec preuve de hauts degrés de sophistication, chaque, digne d'un chapitre. Mais c'était à l'époque Baroque qui a été témoin de l'épanouissement de la culture brésilienne, réunissant les influences européennes à une société en formation. Ici, la créativité trouvé champ et créé la nouvelle apparence. Vous pouvez traduire ceci, pour ce que dit Kandinsky (1991, p. 89),

Au cours des années, j'ai réalisé qu'un travail fait avec le coeur battant, avec la poitrine opprimé (causant des maux de dos) avec une tension de tout le corps, pas assez. Cela peut simplement épuiser l'artiste, mais votre tâche ne. Le cheval prend son cavalier, avec force et vitesse. Mais c'est le cavalier qui conduit le cheval. Le talent conduit l'artiste à hauts sommets, avec force et vitesse. Mais c'est l'artiste qui maîtrise son talent. C'est ce qui constitue l'élément conscient du travail – appelez-le ce que vous voulez. L'artiste doit connaître leurs dons et, comme un homme d'affaires prudente, il ne faut pas laisser une partie minime d'entre eux détruits ou oubliés; À la différence, votre devoir est d'explorer, chacune de ces parcelles dans la mesure du possible améliorer.

L'art sème des charmes et fait des merveilles de la récolte, parce que l'artiste, au moment où, J'ai entendu Explorer à fond vos compétences, J'ai entendu votre collège créatif exposé, dominant les objets que votre temps vous offert. Et c'était l'esprit déjà créateur brésilien a révélé, dans le Brésil colonial. Le talent de l'artiste permet d'avoir le champ de forme et a permis de révéler l'originalité de votre tableau de bord. C'est ce qui rend l'art encore plus belle.

Étranges merveilles
Certains génie mortelle jamais tenté!
Idées animation
Dans la nouvelle, plus rare fantaisie!
(COSTA, 2014, p. 143)

1 Sculpteur Pedro Ferreira:
www.SciELO.br/SciELO.php?script = sci_arttext&PID = S0104-87752008000200010

2 Andrea Pozzo, Baroque:
www.obrasdarte.com/barroco-by-Rosangela-VIG

3 Andrea Pozzo:
www.sabercultural.com/template/especiais/IgrejaSantoInacio

4 Antônio Francisco Lisboa:
www.museualeijadinho.com.br

Musée de l'Aleijadinho

Pour les amateurs d'art et culture, le Musée Aleijadinho est le symbole de l'esprit d'un artiste qui a consacré sa vie à l'art, vantant la religion et la foi.

Situé à Ouro Preto, dans l'état du Minas Gerais, à la place de Antônio Dias, les comtes de musée, non seulement avec des œuvres du grand maître du Baroque national, mais d'autres artistes, plusieurs fois anonyme, qui ont aidé à construire un morceau de l'histoire de la culture brésilienne.

Créé en 1968, par père Francisco Barroso Filho, Évêque émérite de Oliveira, le but initial était de recueillir et de faire connaître la paroisse. Le nom du Musée, C'était en l'honneur de Antônio Francisco Lisboa, constructeur du sanctuaire de Nossa Senhora da Conceição. Partie du circuit, le tableau de Nossa Senhora da Conceição, l'église de St. Francis d'Assisi et l'église de notre Dame de la miséricorde et le pardon.

Site Web du Musée:
www.museualeijadinho.com.br

Président du Musée:
Canon Luiz Carlos César Ferreira Carneiro, Curé de la paroisse et recteur du sanctuaire de Nossa Senhora da Conceição.

.

.

A aimé? Ajouter un commentaire!

.

Venez avec nous, Obtenez les derniers par e-mail:

Références:

BAYER, Raymond. Histoire de l'esthétique. Lisbonne: Stamp éditoriale, 1993. Traduction de José Saramago.

COSTA, Cláudio Manuel da. Selected Poems. Rio de Janeiro: Nouvelle frontière, 2014.

FARTHING, Stephen. All About Art. Rio de Janeiro: Sextant, 2011.

Gombrich, E.H. Histoire de l'art. Rio de Janeiro: Editora Guanabara, 1988.

KANDINSKY, Wassily. Aperçu du passé. Sao Paulo: Et. Martins Fontes, 1991.

Massaud, Moïse. La littérature brésilienne à travers des textes. Sao Paulo: Et. Cultrix, 2002.

PROENÇA, Gratuit. Découvrir l'histoire de l'art. Sao Paulo: Routledge, 2005.

SANTA ROSA, Kiran Schilaro. Reliefs et des courbes – le Baroque au Brésil, 17e-19e siècles. Rio de Janeiro: Éditeur Pinakotheko, 2003.

.

Comme figuras:

Figue. 1 - Pilori, Sauveur, Bahia. Photos: KamilloK.

Figue. 2 - Centre historique, vue de la maison franciscaine, Sauveur, Bahia. Photos: Site du Guide géographique – Angélique.

Figue. 3 - Igreja da Ordem Terceira de São Francisco, Sauveur, Bahia. Photos: Sandra Santana.

Figue. 4 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia. Photos: Sandra Santana.

Figue. 5 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia. Photos: Sandra Santana.

Figue. 6 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, Intérieur. Photos: Sandra Santana.

Figue. 7 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, Détails d'entrée, sous le choeur. Photos: Sandra Santana.

Figue. 8 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, détails intérieurs. Photos: Sandra Santana.

Figue. 9 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, Détails de la sacristie. Photos: Sandra Santana.

Figue. 10 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, Détails de l'autel de Saint Iphigénie. Photos: Sandra Santana.

Figue. 11 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, Détails de la salle capitulaire. Photos: Sandra Santana.

Figue. 12 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, Cloître du couvent. Photos: Sandra Santana.

Figue. 13 - Église de San Francisco, Sauveur, Bahia, Détails. Photos: Sandra Santana.

Figue. 14 - Nossa Senhora da Conceição da Praia, Sauveur, Bahia. Photos: Rhea Sylvia Noblat.

Figue. 15 - Église de Boa Viagem, Sauveur, Bahia. Photos: Rhea Sylvia Noblat.

Figue. 16 - Église de Saint Francis d'Assisi, Ouro Preto, Minas Gerais. Photos: Franck Camhi.

Figue. 17 - St. George, Aleijadinho, Musée de l'Aleijadinho, Ouro Preto. Photos: Aldo Aguilar.

Figue. 18 - Magi en crèche, Aleijadinho, Musée de l'Aleijadinho, Ouro Preto. Photos: Aldo Aguilar.

Figue. 19 - Pasteur de la Nativité, Aleijadinho, Musée de l'Aleijadinho, Ouro Preto. Photos: Aldo Aguilar.

.

.

Commentaires

Vous pouvez également entendre cet article dans sa propre voix artiste Rosangela Vig:   Le Baroque au Brésil par Rosangela Vig attristé de la journée de bonne humeur; Le silence de la nuit troublée; La splendeur du soleil tous les éclipsé; Et les lampadaires de rétractation légère. (MATOS dans MASSAUD, 2000, p.50) Au milieu du dire et se rétracter, les paroles de Gregorio (1623-1696) impressions de son temps perpétué. Son esprit et son irrévérence, souvent brutal, ils lui prennent en exil,…

Passage en revue

Cohérence
Cohésion
Teneur
Clarté textuelle
Mise en forme

Excellent!!

Résumé : Évaluez cet article! Merci pour votre participation!!

Note de l'utilisateur 4.75 ( 13 votes)