Accueil / Art / Le CCBB Rio open, à 15 Mai, às 18h, l’exposition « Oui! Nous avons Bikini »
Klaus Mitterldorf. Untitled, Photographie. Divulgation.

Le CCBB Rio open, à 15 Mai, às 18h, l’exposition « Oui! Nous avons Bikini »

Exposition assemble 120 œuvres pour célébrer le 70 ans de costume qui a transformé le comportement de la femme, promotion du dialogue entre la mode et l’art, En plus d’aborder les questions d’actualité telles que l’autonomisation des femmes et des normes de la beauté imposés par la société.

La révolution provoquée par certains des morceaux plus emblématiques du vêtement féminin est le thème de l’exposition Oui! Nous avons Bikini, le Centro Cultural Banco do Brazil Rio de Janeiro (CCBBs Rio) journée portes ouvertes 15 Mai. L’exposition célèbre le 70 années du costume qui transforme le comportement féminin et accompagner les changements de paradigme, réalisations, Communiqués et dons – toutes avec un coup d’oeil au Brésil. « Le Bikini a révolutionné le monde, mais le Brésil a révolutionné le Bikini », dit le conservateur Lilian Pacce.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Le spectacle rassemble 120 œuvres, entre semble emblématique et historique de maillots de bain, photos, peintures, sculptures, vidéos, illustrations, aménagements, les artefacts historiques et l’abondante documentation iconographique. Interprétations et exécutions, débats et un cycle de cinéma font également partie de l’annexe de l’exposition, qui occupe le deuxième étage du Centre culturel jusque 10 Juillet. L’exposition est parrainée par Banco do Brazil.

« Fashion, En plus de votre objectif initial qui est mis sur le corps, a toujours été lié à des questions sociales, culturel, politique et économique. Cette exposition apporte une diversité, Nous recherchons pour la programmation de la CCBB et présente un dialogue entre une représentation brésilienne plus grand du monde dans la mode avec des œuvres d’art contemporain qui remettent en question le visiteur d’interpréter ces associations », observations du directeur général de la CCBB Rio, Fabio Cunha.

Le parcours commence avec une explication de la création de l’ingénieur Français Louis Reard, qui ont osé diminuer la culotte taille haute et révéler nombril-symbole la femme de la liaison et la rupture entre deux vies, zone érogène, Centre du corps humain et dans le monde, comme nous le voyons dans le travail Un Bigo., Lia Chaia. Read voulu votre idée a été aussi explosif que le premier nucléaires essais sur l’Atoll de Bikini – d'où le nom de la pièce. Illustrant le mode, FAD et ruptures, une chronologie montre l’évolution de la maillot de bain, avec des pièces originales de la 19 loin, regards qui incarnent l’image de chaque décennie, mais aussi des femmes qui ont fait la renommée de bikinis tout au long de l’histoire.

Dans la chambre voisine, le visiteur découvre qu’historiquement, En dépit d’être une création Français, le crédit pour l’invention du bikini pourrait s’intégrer Indiens du Brésil et votre façon de couvrir le corps. Culture de Marajoara depuis les tongs période précolombiennes, fournies par le Musée d’archéologie et d’ethnologie-USP, montrent que les costumes ont été déjà utilisés par ici bien avant la découverte, mais ils n’étaient pas perçus comme « vêtements » sous le prisme de la moralité des colons portugais. La salle est complète avec des œuvres d’artistes qui sont nés à l’étranger, mais qui ont choisi de vivre au Brésil, comme Claudia Andujar, John Graz et Maureen Bisilliat, représentant l’enchantement des étrangers avec notre culture, et aussi les bikinis inspirée de la culture autochtone.

Thèmes fondamentaux de nos jours, l’autonomisation des femmes et les questions liées aux normes de la beauté imposés par la société font partie du débat proposé par l’exposition. La réflexion sur le corps et la plage se passe dans la chambre voisine à travers le dialogue des œuvres de Marcela Tiboni, Claudio Edinger et Elen Braga avec les créations du designer Amir Slama, Isabela Frugiuele (Triya) et Adriana Degreas, au-delà de Tiago Carneiro da Cunha sculpture. Déjà, la relation entre la mode et l’art est gérée par l’inspiration mutuelle et les partenariats inhabituels – Beatriz Milhazes, Glauco Rodrigues et Jorge Fonseca pour homme bleu, J. Carlos de Salinas, Goncalo Ivo et J. Borges à Amir Slama, Maria Martins pour Adriana Degreas. Dans le centre de la pièce, en vedette, Stripencores, Travaux de Nelson Leirner de 1967 Il remporte un cinquième élément créé spécialement pour le spectacle.

La plage comme territoire géographique, même dans des scènes de la vie quotidienne dans les images capturées à travers le prisme de Alair Gomes virtuels et sociales, Cartiê Bressão, Fernando Schlaepfer, Francium, Pays-Bas, Lorca allemand, Julio Bittencourt, Otto Stupakoff, Pierre Verger, Coûts Rochelle, Thomaz Farkas et Willy Biondani, Outre Janaína Tschape vidéo et sculpture de Eder Santos. Comme un contrepoint, le œuvre réalisée par noms qui a aidé à créer l’identité de maillots de bain brésiliens (et le design dans le monde entier) apparaît dans les images iconiques: Dalma Callado sur la photo, ce qui permis de mobiliser votre carrière internationale dans les années 1970, faite par Luiz Tripolli, Gisele Bündchen cliqué par Jacques Dequeker au début 2000, déjà célèbre – et toujours le Antonio Guerreiro, Bob Wolfenson, Claudia Guimaraes, Daniel Klajmic, Klaus Mitteldorf, Marcelo Krasilic, Miro et Vava Ribeiro.

Mais bien avant les éditoriaux de mode, a été l’illustrateur et costumière Alceu Penna, qui « dicté » trends in magazine disparu « O Cruzeiro » avec « les filles de Alcaeus », true Elle filles de la saison. La plage est aussi considérée par la trace des illustrations de Carla Caffé, Filipe Jardim et Paul von Poser. La chambre apporte une installation avec les grands moments de maillots de bain sur les semaines de la mode au Brésil, et une série de mannequins avec les bikinis et maillots de bain de caractère exceptionnel, est la construction, modélisation, matériel ou la créativité elle-même – la preuve que le Bikini est le plus brésilien de tous les.

Dans la dernière salle, le visiteur est invité à partager les expériences de la plage, sur les travaux de Cássio Vasconcellos, Katia Maciel et Leda Catunda- et la question est: Quelle est votre plage? « La force d’une pièce aussi petite que le bikini brésilien, essentiellement de quatre triangles de tissu, est directement liée à emporaderamento de la femme au cours du siècle dernier et va bien au-delà de la plage. L’exposition a pour but de montrer ces interfaces, votre impact sur les réalisations des femmes et le mode de vie créé autour de lui », dit le conservateur Lilian Pacce, auteur du livre Le Bikini Made in Brazil.

La scénographie est signée par Pier Balestrieri, avec la communication visuelle de Kiko Farkas, art contemporain consulting Sandra Tucci, Coordination générale et la production exécutive de l’Agence Sociocriativa avec Tact.

Yés! Nous avons Bikini

Exposition: de 15 Que l' 10 Juillet
CCBBs Rio de Janeiro
Du mercredi au lundi, das 9h às 21h
First Street Mars, 66. Centre, Rio de Janeiro, RJ. 20010-000
Téléphone: (21) 3808-2020

E-mail: ccbbrio@bb.com.br

http://www.bb.com.br/cultura
twitter.com.br/ccbb_rj
http://facebook.com/CCBB.RJ

Commentaires

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*