Accueil / Art / CLA. do Despejo critique les nécropolitiques brésiliennes dans l’art vidéo en ligne «IRETI», inspiré de la mythologie Yoruba
ESPOIR, de Cia do Evpejo, en vedette. Photos: Doute Viana.
ESPOIR, de Cia do Evpejo, en vedette. Photos: Doute Viana.

CLA. do Despejo critique les nécropolitiques brésiliennes dans l’art vidéo en ligne «IRETI», inspiré de la mythologie Yoruba

Avec la mission de donner une voix aux cultures aphrodiasporiques - qui ont été dépréciées au cours de l'histoire -, et CLA. Expulsion fait ses débuts dans l'art vidéo en ligne "ESPOIR", inspiré du spectacle du même nom. L'ouvrage est une critique des nécropolitiques brésiliennes et de la violence subie par les femmes noires dans notre pays. Le texte s'est classé 4e dans la publication sur la dramaturgie en petits formats scéniques, dirigé par CCSP - Centro Cultural São Paulo à 2019.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Les scènes ont été enregistrées sans public et en suivant toutes les précautions pour assurer la sécurité du casting. Le résultat sera transmis entre les jours 15 et 18 Avril, 13 et 16 Mai, 19 et 22 Juin et 17 et 19 Juillet, toujours à 20 h, par le Chaîne Cia. Mungunzá de Teatro no YouTube.

montage, qui a la dramaturgie de Ingrid Romarin et la direction de Thaís Dias, s'inspire de la mythologie yoruba, surtout dans la figure de Nanã Buruku, orixá qui a abandonné la boue de son domaine pour la création de corps humains. Elle est également responsable de la désincarnation, car il réclame la matière créatrice de la vie.

«Le texte est né de l'idée persistante que le Brésil (comme nommé d'après la colonisation) est né et allaité par des femmes autochtones, Descendants africains et africains. «Notre« monde »est façonné par les mains de ces femmes et, souvent, contre ta volonté. En colonisation, tout ce qui est fécond sera dévasté: la terre et ses trésors, le corps féminin et sa capacité à générer des peuples métissés, qui sont déjà nés sous domination », révèle la dramaturge Ingrid Alecrim.

Le récit est dirigé par une pauvre mère noire, la personnification de Nanã Buruku. Elle a soulevé le Brésil de ses propres bras, mais il a été dépassé par le pays et, maintenant, plongé dans un contexte de misère, violence, faim et terreur, regarde ses fils se faire tuer et emprisonner et ses filles sont violées.

La matriarche furieuse revendique ses droits créatifs, exige que la matière humaine revienne sur elle-même et cherche un moyen de mettre fin au monde déséquilibré. Le personnage est inséré dans une dystopie, na qual as guerrilhas urbanas e rurais expandem uma guerra contra a governança brasileira. Il, dans ce contexte, il réfléchit à ce qui doit être changé si nous voulons vivre dans un pays plus juste et moins violent.

«Il prend les rênes de l'existence humaine, se posant comme une figure centrale de l'histoire du Brésil, et n'accepte pas d'être muse, trimer, femme de chambre ou voleur. Il cesse d'être le protagoniste d'une histoire silencieuse et solitaire et s'assume comme le protagoniste de la nation. Avec cette histoire, la société d'expulsion, dont je suis co-fondateur, valorise les récits des femmes brésiliennes en donnant la parole à des vérités désagréables, aux cultures aphrodiasporiques dépréciées et à la configuration d’une réalité apocalyptique convergeant avec l’actualité », commentaires à l'auteur.

En plus de dénoncer toutes sortes d'atrocités commises contre la population noire depuis la colonisation, la pièce a la proposition de valoriser l'ascendance.

«Les connaissances et coutumes ancestrales sont constamment ravivées qui nous viennent à travers les aphrodisiaques et les cultures orales indigènes. Les rites de guérison et les présences mythiques imprègnent le récit et ses événements. La mythologie yoruba est arrivée au Brésil par le biais de personnes asservies et survit grâce à beaucoup de résistance, également inévitablement mêlé à la culture du colonisateur », Ajoute.

Selon Thaís, la mise en scène est née d'une esthétique utérine, "Géré collectivement par une équipe souhaitant cette naissance / début / partage scénique. Plastique composé d'éléments suspendus, la scénographie et les objets scéniques de Lui Cobra apportent dans leurs formes et fonctionnalités les possibilités de jeu entre les actionneurs et l'emplacement de l'assemblage. Ce sont des couches de tissus, voiles murs à coudre, fumer flottant, une baignoire de mise bas: notre trône de peuplement pour espérer ne pas venir dans ce Brésil-Terre-Terre ", dit.

Le costume créé par Duda Viana fonctionne comme une seconde peau, obéir aux tons terreux du décor et faire une allégorie des personnages à interpréter. «Les masques fabriqués par Cleydson Catarina sont un élément qui relie la spatialité et les vêtements., qui représentent nos voix, la voix des femmes noires du Brésil et celle de nos ancêtres », toutes les.

À PROPOS D'INGRID ALECRIM – TEXTE

Ingrid Alecrim est une actrice, dramaturge, scénariste, producteur culturel et maquilleur. Elle est co-fondatrice de Cia do Despejo, où elle a travaillé en tant que co-créatrice, actrice, costumière et maquilleuse “Femelle” et est actuellement dramaturge et producteur de l'émission «IRETI».

Diplômée en tant qu'actrice au SP Escola de Teatro, a commencé sa trajectoire artistique à travers le théâtre professionnel dans le 2006 et 2011. Actuellement, prépare un diplôme en arts de la scène à l'ECA / USP.

À PROPOS DE THAIS DIAS – DIRECTION

Artiste piracicabana agissant en tant qu'actrice, conceptrice des costumes, producteur culturel, éducateur artistique et directeur artistique. Actrice diplômée de l'école de théâtre Santo André-ELT (2009).

Actrice du groupe de théâtre Forfé, Collectif Quizumba. Chanteur dans le répertoire du répertoire de Cia Treme Terra; e da Cia Zona Agbara. Atuou como diretora artística das obras “Degredo”, à 2015, et dans «IRETI», assemblage en cours dans 2021.

Il est en recherche pour élaborer les costumes des processus artistiques des groupes: Zona Agbaras, Okan Collective et le Theatre Collective. Et dans un processus créatif temporairement intitulé: “Couches de la peau / ou / se donnent naissance” où vous étudiez votre noirceur, peau, féminismes et matriarcat.

CARNET DE BORD

Le récit est guidé par une mère noire inspirée par la personnification de Nanã Buruku. Dans l'histoire, elle apparaît comme la femme qui a accouché et a élevé le Brésil avec ses bras. Pays qui le prétend, tue ses enfants et relègue l'ingratitude et les restes.

Un aperçu de ce monde où vos enfants vivent dans une cruelle réalité de faim, violence et douleur, elle veut que la question de la création revienne à elle-même, à la recherche d'un moyen de mettre fin à un monde déséquilibré. Nana revendique ses droits à une bouche qui parle et des mains qui guérissent et tuent. Il s'assume comme la terre ouverte, palpitant et se préparant à revenir au début.

FICHE D'INFORMATION

Dramaturgie: Ingrid Romarin
Mise en scène: Thaís Dias
Direction du mouvement: Carol Ewaci
Interprètes: Breno Furini, Isamara Castilho et Jennifer Souza
conceptions lumineuses: Carolina Gracindo
Composition sonore: Aline Machado
Conception de costumes et couture: Doute Viana
Conception de la scénographie et de la scénotechnique: He Cobra
Orientation des percussions: Helena Menezes Garcia
Orientation du masque: Renata Kamla
Mascareiro: Cleydson Catarina
Photographie: Doute Viana
Arts promotionnels: Afrobela
Production: Ingrid Romarin
Bureau de presse: Bruno Motta Mello e Verônica Domingues – Agência Fática

Ce projet a été envisagé par le Programme de Valorisation des Initiatives Culturelles de la Municipalité de São Paulo - VAI.

SERVICE
ESPOIR, de Cia do Evpejo
Présentations: 15 et 18 Avril, du jeudi au dimanche, à 20:00
13 et 16 Mai, du jeudi au dimanche, à 20:00
19 et 22 Juin, du samedi au deuxième, à 20:0017 et 19 Juillet, du samedi au deuxième, à 20:00
Diffusion sur la chaîne YouTube de Cia Mungunzá: www.youtube.com/c/CiaMungunz%C3%A1deTeatro
Billets: gratuit
Durée: 30 minutes
Évaluation: 16 ans
Facebook: @papillon
Instagram: @papillon

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*