Accueil / Art / Dans sa 25e édition, Projeto Respiração apporte le “Devenir autochtone” par les artistes primés Denilson Baniwa et Gustavo Caboco

Dans sa 25e édition, Projeto Respiração apporte le “Devenir autochtone” par les artistes primés Denilson Baniwa et Gustavo Caboco

Organisées par Marcio Doctors et Paula Alzugaray, les interventions qui envahissent le musée de la maison Eva Klabin montrent la forte impulsion du nouvel ordre de l'art contemporain

A Maison-musée Eva Klabin inaugure jour 17 Septembre (Samedi) à partir de 17h, et 25ème édition du projet Breathing avec le exposition devenir indigène, des artistes primés Denilson Baniwa et Gustavo Caboco. L'année où des éphémérides telles que la 200 années d'indépendance du Brésil et 100 ans de la Semaine d'art moderne de 1922, apporter le langage et l'énergie créatrice des matrices originales sont d'une importance pertinente.




"Ils, dans l'invention de l'art moderne, L'art occidental a emprunté la forme des matrices des peuples indigènes et africains pour se réinventer formellement et s'exprimer., sans leur donner la bonne voix; aujourd'hui, ce sont les peuples autochtones d'origine indigène et africaine et ceux marginalisés par la société du pouvoir patriarcal qui empruntent la forme de l'art contemporain pour s'exprimer. Vos voix sont entendues aujourd'hui. C'est une réalisation spirituelle qui réarticule les relations éthiques de notre société fondées sur l'esthétique., dit Marcio Médecins, conservateur du musée de la maison Eva Klabin et qui partage le commissariat de l'exposition comPaula Alzugaray

Le Projet de respiration a débuté en 2004 dans le but de créer des interventions d'art contemporain dans l'environnement artistique classique de Maison-musée Eva Klabin, créant un contraste entre l'art consacré du passé et l'art d'aujourd'hui. L'idée de cette édition était de permettre un contact direct avec l'expression artistique des peuples Baniwa et Wapichana., afin de leur donner une place à la parole et à l'expression. Il ne s'agit pas de parler, comment s'est passée la semaine de l'art moderne de 22, mais faire entendre leur voix.




 « On ne peut penser le monde contemporain sans tenir compte de l'adhésion que ces idées produisent dans notre façon de voir, sentir et percevoir le monde. C'est à partir de cette perception que Denilson Baniwa et Gustavo Caboco ont été invités à participer à la 25e édition du Projeto Respiração. Ses interventions ont amené l'anima à la fossilisation du présent, déclenchant une réflexion puissante sur l'expérience du temps à la Maison Musée Eva Klabin et dans notre société", complète Marcio Doctors  

L'art indigène contemporain relativise les codes, canons et certitudes que l'art occidental a tenté de naturaliser. Caboco et Baniwa traversent Casa Eva Klabin avec le pouvoir de nous faire revoir des concepts, les mots et le langage utilisé pour dialoguer avec l'art. La relation de parenté fait partie de ces concepts qui prennent des connotations diverses et complexes chez les peuples autochtones.. Bien qu'il ait des spécificités, ce lien peut acquérir une dimension subjective et affective plus large, s'articulant autour du projet culturel et politique de formation d'une grande communauté. Puis, au lieu de penser les interventions des deux artistes dans cet espace comme des actions individuelles, ou même comme un projet collectif, on peut penser à une exposition tissée de liens entre proches", contextualise la critique et curatrice Paula Alzugaray

L'exposition

Tout a commencé par une étude de l'espace de la maison et de ses environs.. Dans cet exercice de découverte, les deux artistes ont visité les bois derrière la maison Musée Eva Klabin, Lagune Rodrigo de Freitas, la Cour de Cantagalo, la collection et la réserve technique de la maison. Avec des femmes, de l'eau, de la pierre et de l'art extrayaient leurs perceptions.

Denilson Baniwa emmène la forêt à l'intérieur de la maison Musée Eva Klabin grâce à une projection en temps réel. Cette projection génère une chenille, qui traverse différents environnements de la maison, comme un commentaire sur le passage du temps de la construction et de la reconstruction (Ovo | chenille | chrysalide | papillon). La chenille tokotó-xeni est d'une grande importance pour les Baniwa car pendant la saison des pluies - qui correspond à la période au cours de laquelle l'intervention a été réalisée - les racines des arbres pourrissent et lorsque la chenille semble manger les feuilles, elle arrive pour annoncer que la terre est prête à être plantée. L'apparition de la chenille est le signe avant-coureur du changement, mais d'un changement vivant, qui se métamorphose en différentes manières d'exister dans le temps, dans sa forme et dans l'occupation de l'espace. Il y a dans cette couche de sens, introduit dans la maison, une similitude avec la proposition du Breathing Project, qui consiste à créer des couches créatives avec des changements dans l'espace de la maison, établir une autre temporalité, qui nous interroge sur le passage du temps et sa cristallisation implicite dans l'idée de musée.

Recevez des nouvelles des expositions et des événements en général dans notre groupe Whatsapp!
*Seulement nous publions dans le groupe, il n'y a donc pas de spam! Vous pouvez venir sereinement.

La chenille termine son chemin lorsqu'elle rencontre le cosmo-peinture au plafond de la chambre d'Eva Klabin. Il naît d'une image projetée et s'échappe à travers une peinture vers le cosmos.. Crée une circularité et une union entre la transformation de l'espace et le temps de la création. En reconfigurant l'espace, établit le temps changeant de la création. La chenille pond ses oeufs, qui se transforment en Pierres de cocon élevé par Gustavo Caboco.

"La relation émotionnelle avec l'espace était très inspirante. J'ai l'intention de refléter cette relation, la maison qui était autrefois une résidence et aujourd'hui est autre chose, le changement de paysage aux alentours, la transformation du paysage, de la ville et notre rapport à ces transformations", dit Denilson Baniwa

L'articulation créative de l'intervention de Gustavo Caboco reposait sur deux idées. La première était l'idée de couper, présent dans la nomination du Tribunal de Cantagalo, à côté de Casa Eva Klabin, qui relie Copacabana à Lagoa. Une pierre taillée, dont la terre extraite se trouve, aujourd'hui, au fond de l'étang. Il se demande si ce qui était autrefois le sommet de la colline est maintenant le fond de l'étang? Lance une perception contraire à la logique d'efficacité, qui nous fait réfléchir sur la façon dont nous naturalisons ces interférences dans la géographie des villes. Pour lui c'est comme si on avait amputé le paysage, c'est comme prendre un morceau d'être. Ces déplacements, physique et mental, dans la manipulation du paysage, provoquer une réflexion sur la manière dont s'opère la réarticulation de l'espace, les souvenirs qui sont noyés (laissé de côté) et les souvenirs qui sont produits par les changements de l'action de l'homme dans la nature.

"UNE L'idée est de provoquer un exercice sur la question historique de l'environnement, de mémoire et de transformation. Provoquer une réflexion sur l'idée de séparer l'homme de la nature. Réfléchissez à ces questions, pas avec un regard métaphorique, mais de reconnaître quel genre de relation nous avons avec l'environnement dans lequel nous vivons » , dit Caboco.  

La deuxième idée est née lorsque Gustavo Caboco a découvert un fossile de poisson dans la réserve technique, découverte, à ce moment, le fusible poétique dont sa sensibilité avait besoin pour créer la coalescence entre ses perceptions, complicité artistique avec Denilson Baniwa, La respiration et l'espace de la maison. Un fossile est une pierre coupée en deux (Cour de Cantagalo), qui apporte la mémoire archéologique des poissons qui y sont incrustés, qui était commercialisé comme souvenir, dans les boutiques touristiques de Copacabana dans les années 80 (de la même manière que les peuples autochtones ont été traités pendant de nombreux siècles comme un souvenir de l'humanité). La mémoire est vivante dans la pierre. N'est pas souvenir. Ce n'est pas un trophée du passé; c'est un temps vivant et palpitant. C'est ça l'art.

l'intervention devenir indigène traite de la texture du temps et de l'espace dans le corps de la maison. Le fil conducteur de l'occupation est la transformation et la mémoire. Indique que ce qui est fragile est la réalité, pas l'imaginaire, partenaire artistique, qui a le concret du corps et est guidé par le langage du rêve, qui communique avec les pulsions de durée et de devenir; c'est avec ce substrat de la puissance de la vie, que l'art établit un contact direct. Denilson Baniwa et Gustavo Caboco créent à partir de cet ensemble de sensations. Description du processus d'intervention, décrit par caboco, est révélateur: "Un rêve parlait à un autre. Denilson a rêvé d'une chenille et j'ai rêvé d'un étang. Dans cet étang il y avait une pierre taillée au milieu et ça m'a envoyé vers le fossile. C'était un processus d'écoute". La mémoire étendue est située, à travers le langage du rêve, avec imagination pour tisser de nouvelles formes. Cette texture est la poétique.

Les artistes:

Denilson Monteiro Baniwa: artiste visuel et commissaire d'exposition. Il compose son œuvre en croisant les langages visuels de la tradition occidentale avec ceux de son peuple, utiliser les performances, peinture, projection laser, images numériques. Il est connu comme l'un des artistes contemporains les plus importants aujourd'hui pour briser les paradigmes et ouvrir des voies au rôle des peuples autochtones sur le territoire national.. Activiste, aborde la question des droits des peuples autochtones. Il est indigène au peupleBaniwa.  Né en 1984 au village de Darí, barcelos, Amazon. Vit et travaille actuellement à Niterói, Rio de Janeiro.

"Parfois, le défi n'est pas d'occuper des postes. Par exemple, quand ceux qui existent ne fonctionnent pas, il faut créer quelque chose de nouveau ».

Gustavo Caboco, né à Curitiba, Roraima (1989). Artiste visuel Wapichana, travaux sur le réseau Paraná-Roraima et sur les voies de retour à la terre. Votre production avec dessin de document, peinture, texte, broderie, l'animation et la performance proposent des pistes de réflexion sur les déplacements des corps indigènes, la récupération de la mémoire et la recherche autonome dans les collections des musées pour contribuer à la lutte des peuples autochtones.

Les syndics: 

Marcio Médecins

Il est critique d'art et conservateur du Eva Klabin House Museum. Créateur et conservateur du Breathing Project et créateur de l'Espace des installations permanentes au Museu do Açude, dont il était conservateur. Il a été secrétaire particulier de Mario Pedrosa et critique de la rubrique arts visuels d'O Globo.. Il est titulaire d'un Master en Esthétique de l'UFRJ et commissaire de nombreuses expositions. Il est l'auteur des livres Projet de respiration (2012) et Respiration: 10 ans (2014).

Paula Alzugaray est conservateur, critique d'art et journaliste spécialisée en arts visuels. Post-doctorante en histoire, Critique et théorie de l'art à l'École de communication et des arts de l'Université de São Paulo.   Elle est rédactrice en chef du magazine d'art et de culture contemporains seLecT, que l'année de 2021 mené une recherche approfondie sur la production artistique des peuples amazoniens.  Elle est l'auteur du livre “Regina Vater: Quatre écologies” (Salut futur/phase 3, 2013).

Projet de respiration devenir indigène

Denilson Baniwa et Gustavo Caboco.

Ouverture: Samedi, 17 Septembre, 17 à 21:00 (entrée libre)

Exposition: de 18 Septembre au 20 Novembre

Du mercredi au dimanche, de 14h à 18h

MAISON-MUSÉE EVA KLABIN

Av. Pessoa, 2.480 -L’étang, RJ

Tells:3202-8551 | 3202-8550

Prix ​​et types de billets:

Une seule pièce: R $ 20,00 – Demi étudiant/âgé: R $ 10,00

Gratuit: Enseignants du réseau public, Étudiants du réseau public, Enfants de 0 et 5 ans, Personnes en situation de handicap et Compagnon PCD

Site de vente de billets: casamuseuevaklabin.byinti.com/#/ticket/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*