Accueil / Art / Musée de la photographie reçoit la Biennale nationale de Curitiba 2015
Photo de Jules Spinatsch.

Musée de la photographie reçoit la Biennale nationale de Curitiba 2015

Quatre expositions photographiques de Bienal de Curitiba 2015 occuper le dimanche suivant (4) le Musée de la ville de Curitiba photographie, au Solar do Barão. Les expositions « Ablepsia », la base photographique APAP-PR, « Seconde enfance », Nicole Lima, et le travail des photographes Romie Pocztaruk et Jules Spinatsch sont liés au thème de l'édition actuelle de la biennale, « Lumière du monde ».

Photo Luiz Guilherme Todeschi

Photo Luiz Guilherme Todeschi.

Réflexions sur la cécité - Sur la base de ce thème, le travail de l'Association professionnelle des membres principaux de la photographie photographes d'artistes en plastique de Parana (APAP-PR), Ils font une réflexion sur la cécité. Ablepsia est le manque ou la perte de vision, « Cécité mentale ou spirituelle ». Alors que la lumière est une condition de l'existence de la photographie, photographes ont cherché à exprimer dans vos images un contrepoint, montrant que l'excès de lumière peut causer la cécité.

L'ensemble de la recherche d'images quelque chose que vous ne voyez pas normalement et passe inaperçue, cherche une réalité sensible, montrant des contextes et des visions d'une « cécité visible » que la plupart des gens dans leur jour le jour ne voit pas. L'exposition est une réflexion sur ce que nous regardons et ce que nous laissons regarder.

Le groupe est formé par des artistes Aurélio Peluso, Christian Schönhofen, Daniel Rebello, Francisco Santos, Lara de Ian, Lucia Biscay, Luiz Guilherme Todeschi, Luiz Gustavo Vidal, Mathieu Bertrand, Mauricio Vieira, Regina Oleski, Sandra Carrillo et Vanessa MORTS. Pour voir la, APAP le Centre Photographie avait le soutien de la Biennale Internationale de Curitiba 2015, Boîte de Parana Avocats et OAB culturel.

Photo de Jules Spinatsch.

Photo de Jules Spinatsch.

nature du contrôle - L'un des artistes étrangers de la Biennale, Suisse Jules Spinatsch montre en images Curitiba de votre projet « Gestion de la neige », une étude de cas du tourisme d'hiver en cours dans les Alpes européennes. Ses travaux apportent aux questions de lumière sur l'obsession humaine avec contrôle, principalement sur la nature, politique, l'autre et la perception du public. Les photographies ont une approche documentaire, Il offre une vue sur le vrai drame et la poésie, le maintien de la distance d'analyse, laissant ainsi son interprétation ouverte au spectateur. Jules Spinatsch vit et travaille à Zurich, et enseigne à l'Université d'Art et Design à Genève. Photographe primé, Spinatsch récemment exposé au Musée d'Art Moderne de New York.

Exercice pour regarder - L'exposition Romie Pocztaruk fait apparaître une constante dans son chemin: le voyage de travail. Amazon, Islande, Uruguay, Allemagne, Nouvelle York, Bosnie, La Chine est l'un des endroits où l'artiste a pointé son appareil photo. Maintenant, Il offre aux téléspectateurs l'exercice de la recherche, regarder, regarder et regarder à nouveau ces et des dizaines d'autres images. Cependant, pour voir les images, quelques exceptions, il est impossible de dire avec précision quel pays a été fait chaque. Les remorques sont stationnées en Islande ou en Uruguay? Les débris de béton pris de verdure sont des œuvres qui restent à Manaus ou à Sarajevo? Le corbillard est à côté d'un bâtiment administratif ou le mur de Gaza ou d'une église à Reykjavík?

Photo de Roma Pocztaruk.

Photo de Roma Pocztaruk.

Le flou géographique des images conduit à d'autres réflexions. Quand vous savez où chaque photo a été faite, contextualiser des images, leur assigne une histoire, un climat, une identité. Cependant, tout cela perdre bientôt à nouveau, donnant lieu au corps du travail d'un ton dominant qui ne révèle pas la spécificité de chaque lieu, mais commun à tous les. Cette inexactitude locale nous amène à la compréhension d'un monde non limité par les frontières politiques, ceux qui se terminent toujours, à un moment donné, guerre des générateurs, la mort et la destruction.

Romie Pocztaruk est diplômé en arts visuels et Master en Poétique Visuels de l'Université fédérale de Rio Grande do Sul. A Porto Alegre, travaille avec la photographie, vidéo e performances. En 2012 il a rejoint le programme de résidence Sunhoo Industrial Design Innovation Park, en Chine; à 2011 Il a reçu la résidence Bolsa Iberê Camargo dans le Bronx Museum, de la Nouvelle-York. Elle a participé à plusieurs expositions nationales et internationales, y compris la 31ème Biennale Internationale de São Paulo, à 2014.

Photo de Nicole Lima.

Photo de Nicole Lima.

deuxième enfance – L'installation proposée par l'artiste Nicole Lima – « Second Childhood: Je peux dire sans honte que l'obscurité me illumine « - il est composé de vie et mort imaginaire: Photo jeté reste dont l'artiste AFFECTE soumettre à nouveau détruits ou reconstitués conformément aux instructions vos donateurs. Dans le même espace, l'artiste utilisera des dispositifs sonores: témoignages de personnes aveugles fin en réponse à une seule question: que les images se souviennent?

Nicole Lima est un photographe, artiste visuel, professeur et chercheur en arts visuels et des Langues. Diplômé en Architecture et Urbanisme, UFPR, spécialiste en design d'intérieur de l'Université positive et Histoire de l'Art Moderne et Contemporain par EMBAP, Master processus artistique contemporain UFSC. L'artiste a participé au programme de subventions de production des arts visuels de la Fondation culturelle Curitiba (2008-2010). Il est professeur de culture visuelle, Droits d'auteur et Recherche Photographie Photo du Degree en photographie Centre de la technologie positive.

Service:

Expositions participant au circuit musée de Curitiba Biennale 2015 « Lumière du monde ».

  • « Ablepsia », artistes du Centre de Photographie APAP.
  • « Second Childhood: Je peux dire sans honte que l'obscurité me illumine ", Artiste Nicole Lima.
  • exposition de photographies de Jules Spinatch
  • exposition de photographies de Romie Pocztaruk
Local: Musée de la photographie Curitiba ville-Solar Barão (R. Carlos Cavalcanti, 533)
Date et les heures: De 4 Octobre à 10 Décembre 2015. Du mardi au vendredi, du 09:00 à 12:00 et 14:00 à 18:00, Les samedis et dimanches de 12h à 18h.
Entrée gratuite

Informations: (41) 3321-3275

.

Vérifiez sur la carte:

Commentaires

3 plusieurs commentaires

  1. Musée de la photographie reçoit la Biennale nationale de Curitiba 2015
    #fotografia #arte
    http://t.co/BJdID2tBO6 http://t.co/WFfhqqoqss

  2. Quatre expositions photographiques de Bienal de Curitiba 2015 occuper le dimanche suivant (4) o Museu dahttp://t.co/50NbX8mmOa

  3. Quatre expositions photographiques de Bienal de Curitiba 2015 occuper le dimanche suivant (4) o Museu dahttp://t.co/GDO96M3ImX

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*