Accueil / Art / Interprète et artiste visuel SHIMA est l'occupation du noyau de la Terre

Interprète et artiste visuel SHIMA est l'occupation du noyau de la Terre

Nommé RE / DES, occupation a cinq
artistes / collectifs et apporte des performances sans précédent A Morte de Shima:
une minute pour chaque année de vie, où l'artiste promulgue sa mort
après avoir découvert que son nom de famille donné n'est pas réel

Il y a un mois l'artiste Marcio Shimabukuro, le Shima, Il a constaté que la famille de son grand-père paternel a changé, siècle dernier, le nom de famille. Toujours dans la recherche et sans savoir exactement pourquoi ce changement, Il a décidé de supprimer son nom et restera 40 jours sans nom. Pour ce, à la veille de son 40e anniversaire - jours 9 Septembre, Dimanche, à 20 heures - exécute la pièce de performance A Morte de Shima: une minute pour chaque année de vie. L'action fait partie de l'occupation RE/DES, l'artiste exécute de 8 et 23 Septembre pas Centre de la Terre avec cinq artistes / collectifs de différents domaines.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Dans un échange de langues, Tous les jours, artistes invités feront une présentation différente. Les actions peuvent ou peuvent ne pas inclure la participation de Shima et orbite autour des thèmes d'ascendance, tradition, sexualité, genre et ce qui est asiatique au Brésil.

Bia Nagahama commence l'occupation sur 8 Septembre avec une lecture-performance Nous Nu D – Vivre le moment présent!, Shima et exécute sa performance finale 9 Septembre. Dans la journée 15 artistes Eduardo Colombo septembre, Tiago Viudes et la performance dans Vitoru Kinjo apresentam noms et Lucia Kakazu prend le jour de la scène 16 Septembre avec travail en cours leur chorégraphie Oba pas Mun. La projection du film Je me souviens plus de Crows, Gustavo Vinagre avec la participation du scénariste et actrice Julia Katharine (décerné dans le Tiradentes Cinéma 21th) se passe jour 22 Septembre et Vitoru Kinjo fin à l'occupation sur 23 Septembre avec la performance Diaspórico régional.

Shima dit que pour la première édition RE/DES Il a cherché à rassembler des artistes autour des emplois qui transformerait les gens Uchinanchu, la région d'Okinawa, au Japon. « Les gens Uchinanchu sont un peuple autochtone qui n'a été reconnue par l'ONU en 2018 », explique l’artiste, qui a choisi le nom de l'occupation considérant deux particules spécifiques. « Re en arrière et des moyens de répétition, et des concerne démantèlement et sa destruction ", compléments.

Marcio Shimabukuro, o Shima. Foto: Mariusz “Marchewa“ Marchlewicz.

Marcio Shimabukuro, o Shima. Photos: Mariusz "carotte" Marchlewicz.

Okinawa

RE/DES commencer la journée 8 Septembre, Samedi, avec l'action Nous Nu D – Vivre le moment présent!, de Bia Nagahama, l'un des rares Kamin-tyu (personne de Dieu, traduction libre) exploitation au Brésil, qui, avec sa présence performative parlera maintenant selon la spiritualité du peuple Uchinanchu (les populations autochtones de la région d'Okinawa, au Japon). La spiritualité d'Okinawa implique le culte des ancêtres et les forces de la nature (animisme), pas considéré comme une religion, il ne tient pas compte des dirigeants ou des dogmes spirituels, mais la destination et les choix de chacun.

Le dimanche, jour 9 Septembre, Il arrive à bout de performance A Morte de Shima: une minute pour chaque année de vie prévue par Shima, où la veille de son 40e anniversaire, l'artiste, professeur et chercheur en arts visuels décide de déclarer sa mort, après avoir découvert que la famille de son grand-père paternel a changé le nom de famille.

Dans l'exercice noms, Que se passe-jour 15 Septembre, Samedi, le public est reçu par les artistes Eduardo Colombo, Tiago Viudes et Vitoru Kinjo pour un rituel familial. Entre les aliments et des boissons, conversations et confessions, coins sont offerts, danses et histoires d'un amour autobiographique. L'action est, la seule fois, continuer recherche et travail performatif frottant les frontières entre la vie et l'art, intimité et altérité, présence sur scène et la présence quotidienne, et rend le public complice et partenaire dans une relation d'amour à trois.

Travail en cours un documentaire de danse qui cherche à circuler dans une stratégie pour être, Oba pas Mun (em uchinaguchi, langue traditionnelle d'Okinawa, Cela signifie « choses grand-mère »), de Lucia Kakazu, l'occupation continue RE/DES et aura lieu le dimanche, jour 16 Septembre. La présentation des objets, divers documents et rapports d'un souvenir de grand-mère, naturel d'une après-guerre au Japon, de trouver un corps qui met en évidence le drame collision présente dans les cultures avec la petite-fille de respect dans un passage de danse et de spirales, chercher et trouver, gestes éphémères qui naissent et disparaissent dans l'abîme entre deux langues et enflamment en présence de ce qui est fini.

Cinéma

Le dernier week-end d'occupation RE/DES commencer la journée 22 Septembre, Samedi, avec la projection du film Je me souviens plus de Crows, de Gustavo Vinagre. À la longue, l'insomnie au cours d'une crise, actrice Julia Katharine, une femme transsexuelle, raconte l'histoire de sa vie à travers un monologue. L'intimité du personnage central est exposé à travers des histoires réelles de résistance et de l'acceptation de soi. Après le scénariste de projection et l'actrice Julia Katharine (décerné dans le Tiradentes Cinéma 21th) discuter avec le public.

Vitoru Kinjo avec sa performance Diaspórico régional monte au centre de la scène de la Terre sur 23 Septembre, Dimanche. record performance musicale, le résultat d'un processus de recherche, la réflexion et la création de plus de 15 ans, dans lequel l'artiste et sociologue des recherches sur des sujets tels que la ville, économie-écologie, la culture et de la société, identité, genre, diaspora, ethnicité, sexualité, corps, performance, politique, le chant et l'action sociale. Il laisse l'imagination sur les racines, toujours interculturelle, mais relié au présent et le passé du monde et de la terre, pour une chanson qui est en même temps anthropophagically ancestral et contemporain.

Espace d’expérimentation

L'occupation RE/DES une partie du programme des arts de la scène Centre de la Terre. L'espace culturel ouvre la porte pour recevoir des présentations de théâtre, musique, danse et performance dans ce qui semble plus évident: l’expérience. Sans la recherche de produits finis ou des circonstances simples exposés pour l’exécution des saisons, les artistes sont invités à créer des expériences scéniques et musicales, esthétique, dramaturgique, œuvres chorégraphiques, performance et conceptuel.

Les professions proposées par le fiduciaire pour la politique des arts du spectacle Ruy Filho est de provocateurs artistes experimentalism nouvelles créations en cours, se concentrant sur leurs préoccupations; sans s'y limiter aux résultats escomptés, mais les risques, possibilidades e radicalidades da Arte. Défini, encore, avant de la valeur expérimentale que les réalisations auraient occuper les espaces comme les saisons normales, mais à la condition de petites manifestations, la disposition de tous des bruits, dans lequel les noms pertinents seront invités à exposer leurs idées et la recherche. « Mettre en place qu'un espace d’expérimentation est essentiel à la croissance de la scène théâtrale, afin d’établir dans le cadre de la ville de São Paulo nouveaux paramètres et de propositions. Centre de la Terre comprend être en mouvement sa petite révolution participative. Nous espérons, Ce qui est particulièrement positif, pour cela ne pas d’être si petit », croit que le conservateur.

A propos de noyau de la Terre

Centre de la Terre est un espace culturel indépendant sans but lucratif et maintenu par Keren Ricardo Karman. Ouvert en 2001 et rénové en 2015, ses installations comprennent un théâtre avec une scène italienne, un atelier, coexistence de carré avec un café, une terrasse et des chambres à usages multiples. Le théâtre est situé douze mètres sous la surface de la terre et ouvert, après dix ans de travaux et fouilles dans les quatrième et cinquième sous-sol d'un immeuble, les Perdizes, à São Paulo. Son nom vient de son emplacement souterrain et est, também, un hommage au spectacle Voyage au centre de la Terre a eu lieu, à 1992, par Kompanhia Terre Centre.

Le programme est adressé à tous les publics, axée sur la production, des présentations et des activités de formation en musique, Arts et visuels qui accordent la priorité langue contemporaine, et le dialogue avec la recherche Kompanhia Terre Centre. A escolha da programação é feita por uma equipe de curadores que, de leur recherche sur le droit d'auteur, apporter au travail expérimental de base de la Terre par des artistes émergents et / ou mis en place, Communiqués de, remontagens, poster saisons débuts et projets spéciaux. Le site abrite également l'école d'art du grain de la Terre Centre, le développement d'un cours gratuit où les enfants et les adolescents participent à des expériences dans différentes langues et artistiques repose sur la liberté d'établissement, espièglerie et la participation collective à des cours individuels.

Pour le script:

RE/DES -De 8 et 23 Septembre, Samedi et dimanche, à 20 heures, Le noyau de la Terre. Artiste - Shima. Curatelle -Fils ruy. Billets - Joignez-vous au courant de R $ 15,00 le R $ 50,00 (le public, conscient du travail prévu dans le cadre du spectacle, et la valeur qu'il donne à l'expérience de cette expérience, choisir comme vous pensez payer approprié pour votre billet, en fonction de sa situation financière) la vente par le site https://www.sympla.com.br/centrodaterra.

Nous Nu D – Vivre le moment présent!
Avec Bia Nagahama

Jour 8 Septembre, Samedi, à 20 heures
Livre. Durée - 60 minutes

A Morte de Shima: une minute pour chaque année de vie
Com Shima

Jour 9 Septembre, Dimanche, à 20 heures
Livre. Durée - 39 minutes

noms
Avec Eduardo Colombo, Tiago Viudes et Vitoru Kinjo

Jour 15 Septembre, Samedi, à 20 heures
Livre. Durée - 60 minutes

Oba pas Mun
Avec Lucia Kakazu

Jour 16 Septembre, Dimanche, à 20 heures
Livre. Durée - 30 minutes

Je me souviens plus de Crows
Gustavo vinaigre et Julia Katharine

Jour 22 Septembre, Samedi, à 20 heures
Livre. Durée - 120 minutes

Diaspórico régional
Com Vitoru Kinjo

Jour 23 Septembre, Dimanche, à 20 heures
Livre. Durée - 30 minutes

CENTRE ETAGE - Théâtre Rue - Piracuama, 19 -Perdrix. Téléphone- (11) 3675-1595. Capacité - 100 lieux. www.centrodaterra.com.br.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*