Accueil / Art / Le projet 'Palhaférico' promeut un cycle de débats sur le protagonisme noir dans le clown
Photos: Divulgation (Mariana Gabriel) | Edson Lopes Junior (Miguel Arcanjo Prado) | Belisario Tonsich (Maurício Tizumba).
Photos: Divulgation (Mariana Gabriel) | Edson Lopes Junior (Miguel Arcanjo Prado) | Belisario Tonsich (Maurício Tizumba).

Le projet 'Palhaférico' promeut un cycle de débats sur le protagonisme noir dans le clown

Mariana Gabriel est invitée aux discussions, Miguel Arcanjo Prado et Mauricio Tizumba. Le projet prévoit toujours le lancement d'un spectacle de théâtre de rue, séance de cinéma et atelier

Qui sont les clowns et clowns noirs qui ont marqué l'histoire au Brésil? Cette question guide le projet "Clowns", envisagé par le programme VAI 2019 – Valoriser les initiatives culturelles. La première des activités de ce projet, qui devait initialement se produire en personne, est un cycle de discussions sur le protagonisme noir dans le clown, Que se passe-t-il entre 23 de juillet et 6 Août, jeudi, toujours à 20 h.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Pour cette activité, Dans un premier temps, trois débats virtuels sont prévus avec le thème «L'histoire de la noirceur dans le clown et le rôle des jeunes noirs et périphériques dans l'art". Les rencontres sont gratuites et se déroulent à travers les fanpages de la troupe (@palhafericos) et chaque invité sur Instagram.

La première conversation a pour thème «Mémoire et histoire de la noirceur au Grand Circo Guarani» et est dirigée par le journaliste, cinéaste et clown Mariana Gabriel sur 23 Juillet, à 20:00. L'un de ses films est le documentaire "Ma grand-mère était un clown" (2016, Brésil, 52 min.), co-réalisé avec Ana Minehira, dans lequel Mariana retrouve la trajectoire de sa grand-mère Xamego, le premier clown noir du Brésil, qui brillait dans le cirque du traditionnel Circo Guarany dans le 1940.

Le journaliste et critique de théâtre Miguel Arcanjo Prado participe au chat «En souvenir de Benjamin de Oliveira: où sont nos inspirations?»Le jeudi suivant, jour 30 Juillet, à 20:00. Membre APCA (Paulista Association des critiques d'art), dont il était vice-président, Miguel était chroniqueur de divertissement pour le portail UOL et, actuellement, maintient le blog de l'Archange. Ce portail théâtral est connu pour donner beaucoup d'espace pour la diffusion du travail des artistes noirs.

L'instrumentiste, chanteur, compositeur et acteur Maurício Tizumba commande la troisième conversation de ce cycle, "L'artiste noir dans la rue", sur 6 Août, à 20:00. Avec sa trajectoire artistique établie depuis 1973, il recherche la vie et la trajectoire de l'artiste, Auteur-compositeur et chanteur du Minas Gerais Benjamin de Oliveira (1870-1954), le premier clown noir du Brésil. Tizumba, y compris, a déjà créé une exposition en l'honneur de cette idole.

Clowns

Le projet «Palhaférios» a été envisagé par le programme culturel VAI - Valorização de Iniciativas et prévoit également la réalisation d'un spectacle théâtral, ateliers de clown et techniques de cirque, projection du documentaire «Ma grand-mère était un clown» et lancement d'une chaîne YouTube, montrant le travail de jeunes artistes périphériques et des protagonistes des mouvements noirs de São Paulo.

Ces activités n'ont toujours pas de date définie, parce que beaucoup d'entre eux dépendent de la rencontre en face à face. Pendant la quarantaine Covid-19, la troupe a répété à travers des vidéoconférences et a promu des rencontres virtuelles avec des invités de chats et d'autres artistes pour des recherches plus approfondies.

Créé dans un processus collaboratif, le spectacle "Clowns", réalisé par Sergio Marques et Hugo Carvalho, est une procession scénique qui provoque une immersion dans la langue des jeux et manifestations populaires du Teatro de Rua et du Circo-Teatro, sauver la trajectoire de Benjamin de Oliveira et Maria Eliza Alves dos Reis, les premiers clowns noirs brésiliens, et autres personnages importants de la comédie.

"Pendant le processus, on s'est demandé qui étaient les noms de la comédie noire qui nous inspirait et bientôt Jorge Lafond est apparu [surtout connu pour le personnage Vera Verão] et le Mussum. Alors, nous pouvons dire qu’ils imprègnent également notre travail », raconte Sérgio Marques, directeur de casting et préparateur.

Pour le collectif, la recherche de références non européennes et non blanches pose également des questions d'identité. «L'idée est que les personnages se lancent dans un voyage à la recherche de quelque chose qui manque à leur identité. Dans ce sens,, d’autres références importantes sont «Le magicien d’Oz» et «Saltimbancos». Ainsi, nous avons également pu discuter de problèmes de noirceur et de colorisme », Commentaires de Marques.

Le casting se compose de Jamile Nunes, Matheus France (qui a également rejoint le casting de la comédie musicale à succès «Bertoleza», da Gargarejo Cia. Théâtral), Humberto Vicente, Leticia Tancredo et Willian Santana. Le décorateur et costumier est le Rodrigo Alcântara.

SERVICE
Cycle de discussions «L'histoire de la noirceur dans le clown et le rôle des jeunes noirs et périphériques dans l'art»
Quand: de 23 de juillet à 6 Août, jeudi, toujours à 20 h
Où: Instagram @palhafericos et sur la fanpage des invités
Combien: Gratuit

23/7, 20h - «Mémoire et histoire de la noirceur au Grand Circo Guarani», avec Mariana Gabriel (@ mari_gabriel81)

Mariana Gabriel est une cinéaste, journaliste et clown. Réalisatrice du court métrage «Iara do Paraitinga», des documentaires «Circo Paraki» (co-direction avec Priscila Jácomo et Eduardo Rascov), «Mer portugaise» (enregistré à Lisbonne, montré sur ESPN Brasil) et "Ma grand-mère était un clown" (co-direction avec Ana Minehira), inclus dans le prix Funarte Carequinha pour 2014. Elle a travaillé comme journaliste et productrice de 2007 et 2015, sur ESPN Brazil et Manos e Minas sur TV Cultura. Aujourd'hui, il reprend avec ses parents journalistes, l'histoire de votre famille maternelle, qui est du cirque traditionnel, Famille Alves, du Grand Cirque Guarany, à travers le projet «Les chemins du noir João Alves à travers ce pays de mon Dieu – entre toiles, serragens, manèges et bouffonneries », recherche envisagée par Itaú Rumos 2018 et livré en mars 2019. Le projet 2020 finalisation du documentaire et publication d'ouvrages sur le sujet.

30/7, 20h - «En souvenir de Benjamin de Oliveira: où sont nos inspirations?", avec Miguel Arcanjo Prado (@ miguel.arcanjo)

Miguel Archange – Directeur du Blog do Archange. Baccalauréat en communication sociale – Journalisme – par l'Université fédérale du Minas Gerais, spécialiste des médias, Information et culture à l'ECA-USP et Master en arts à l'UNESP. Vit à São Paulo depuis 2007. Membre critique de l'APCA (Association pauliste des critiques d'art), où il était vice-président. Il a travaillé comme chroniqueur de divertissement pour le portail UOL et aujourd'hui il écrit le Blog do Arcanjo.

6/8, 20h - «L'artiste noir dans la rue», avec Maurício Tizumba (@mauricio_tizumba)

Maurício Tizumba est un instrumentiste, chanteur, compositeur, Acteur culturel et entrepreneur brésilien avec une carrière artistique établie depuis 1973. Recherche la trajectoire et la vie de l'artiste du Minas Gerais Benjamin de Oliveira, considéré comme le premier clown du Brésil, ayant même organisé une exposition sur cette figure.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*