Andréa Brêtas utilise l'objectif de la caméra pour aborder le sujet des Mutilations Génitales Féminines

Andréa Brêtas utilise l'objectif de l'appareil photo pour aborder le thème des mutilations génitales féminines dans une exposition de photos en noir et blanc, des femmes africaines, dans quatre chambres à Correios Niterói RJ

Annonce

L'exposition vise provoquer l'observateur et sensibiliser sur la fin de la violence à l'égard des femmes, avec interventions le jour 06 Février (Journée internationale de la tolérance zéro des MGF) et 08 Mars (Journée internationale de la femme)

“Je veux raconter l'histoire de femmes qui subissent des violences, qui qu'ils soient, à travers l'objectif de mon appareil photo, et a choisi ceux qui souffrent de mutilations génitales féminines (FMG), pratique qui touche plus de 200 des millions de femmes dans plus de 90 pays pas monde, étant 29 en Afrique.

L'Afrique est un continent qui m'a toujours fasciné., quelque chose comme appartenir à une autre vie. Quand je voyage pour prendre des photos, C'est le seul endroit où je ne veux pas retourner.

Dans l'exposition je présente des photos de la Namibie et du Kenya. Parce que? Créer un contrepoint entre le point de vue des femmes dans chaque pays.

Vers la Namibie, il n'y a pas de mutilation. J'étais là et j'ai pris des photos incroyables. A mon retour j'ai regardé le film “fleur du DESERT” (2009, Réalisé par Sherry Horman), à propos du mannequin somalien Waris Dirie, qui s'est enfuie et dans une interview au magazine Marie Claire, à 1996, déjà mannequin internationale au sommet de sa carrière, ouvert au monde un sujet jusqu'alors considéré comme tabou, une FMG.

Puis, J'ai voyagé au Kenya, où se déroule la pratique, de manière si flagrante, qui croient que "Seule une femme coupée est une bonne femme”. Em Enugu, état du nigéria, par exemple, J'ai entendu parler d'une fille de huit jours qui a été baptisée et mutilée le même jour.

Puis, à travers les photos, la différence d'apparence, les gens remarqueront la différence entre les expressions des femmes de ces deux pays, et ils se laisseront certainement emporter par différentes émotions.

Mais la chose la plus importante est la prise de conscience que la violence à l'égard des femmes, quelle que soit la manière dont il est pratiqué, il doit être parlé, crié et montré.

Ma vérité est ces regards en noir et blanc. Tu es mon invité pour voir la raison de ce combat!” 

Aphotographe et artiste Andréa Brêtas présente leexposition “pleurs”, où il apporte des photos de femmes africaines dans quatre salles de l'Espaço Cultural Correios Niterói RJ, en noir et blanc, sensibiliser aux violences faites aux femmes, surtout sur leFMG – Mutilations génitales féminines, qui, selon l'Unicef, victimise, aujourd'hui, des millions de femmes et de filles dans le monde et que, chaque année, atteint environ trois millions de filles, avant de terminer 15 ans.

Le spectacle n'apporte pas de couleurs car il a lebut de provoquer des réactions et des liens avec l'observateur, mais il porte clairement le respect du regard d'Andréa Brêtas et l'excellence du commissariat de Tartaglia Arte dans le choix des thèmes d'impact et d'importance socioculturels.

“pleurs” se passe entre les jours 28 janvier et 11 Mars 2023, pas d'accident. À partir de 2012, la date de06 Février a été adoptée comme Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines, à l'unanimité, lors d'un vote de l'Assemblée générale des Nations Unies (Résolution 67/146). Sur08 Mars, nous célébrons leJournée internationale de la femme. Aux deux dates, Andréa Brêtas sera présente pour une visite guidée et discutera avec d'autres professionnels pour échanger sur le sujet.

La lutte contre les multiples formes de violence à l'égard des femmes est essentielle pour des conditions plus dignes et équitables, lutter pour l'éradication, respect et égalité.

TÉMOIGNAGES

“Le tueur était professionnel. J'étais paralysé par la peur. La femme a sorti une lame de rasoir cassée du sac.” (témoignage de la victime)

“J'ai senti que ma chair était coupée, les organes génitaux. J'ai entendu le bruit de la lame qui va et vient. Puis je n'ai plus rien ressenti …parce que je me suis évanoui” (témoignage de la victime)

“S'ils sont mutilés, les filles peuvent désormais porter des sous-vêtements, sera plus responsable, va trouver un mari. Ce sont des femmes plus complètes et respectées. s'ils ne sont pas, sont discriminés (témoignage de la matriarche d'un village du Kenya)

“Le corps que Dieu m'a donné à la naissance était parfait. Les hommes m'ont enlevé la force et m'ont rendu handicapé. (témoignage de la victime).

“L'Afrique teste notre sens de l'humanité.

Ils sont là pour nous demander à quel point nous sommes humains..

Quand la douleur de l'autre a cessé d'être aussi notre douleur?

Les mutilations génitales féminines existent.

Recevez des nouvelles des expositions et des événements en général dans notre groupe Whatsapp!
*Seulement nous publions dans le groupe, il n'y a donc pas de spam! Vous pouvez venir sereinement.

Les femmes africaines résistent.

C'est nous? Ans, c'est à lui de prouver qu'être né femme en vaut la peine.” (Andréa Bretas)

À PROPOS D'ANDREA BRÊTAS

Carioca, basé à Petrópolis depuis 1992.

Diplômé en droit, s'est vite rendu compte qu'il ne trouverait pas son plein épanouissement dans le monde juridique. Ton âme a toujours recherché les arts. Avec des peintures et des sculptures, il expositions dans et hors du Brésil, vendre des œuvres aux quatre coins du monde. En photographie, des artistes comme Brooke Shaden, Danny Bittencourt, Sue Bryce et Flora Borsi agissent comme source d'inspiration et font partie de la formation académique qu'elle a accumulée à travers de nombreux cours et ateliers ici et à l'étranger.. Peindre, les classiques de Kandinsky, Miró, Pollock et plus Luís Aquila, Daniel Senise entre autres.

Inscrivez-vous pour recevoir les actualités de l'événement
et l'Univers des Arts d'abord!

Sa recherche artistique vise à exposer l'intérieur féminin comme un centre d'intérêt et, pour elle, utilise la sculpture, de la peinture et de la photographie comme outils incessants d'expression personnelle et de démonstration des sentiments.

Instagram: @andrea_bretas
Facebook: facebook.com/andreacbretas

EXPOSITIONS

. Exposition solo “Tout le reste entre nous” au Centro Cultural Correios RJ – RJ, 2022
. Exposition collective de NFT à World Art Dubai, Dubaï , 2022.
. Exposition collective à Fábrica Bhering au Centre – RJ, 2022
. Exposition collective à la Sala José Cândido de Carvalho à Niterói – RJ, 2021.
. Exposition collective au Centro Cultural dos Correios à RJ.
. Biennale européenne et latino-américaine d'art contemporain, 2021.
. Exposition collective à l'Espace Culturel Correios à Niterói.
. Biennale européenne et latino-américaine d'art contemporain, 2021.
. Exposition collective à la Hamptons Fine Art Fair à New York, USA, 2021.
. Exposition collective à Saphira & Ventura Art Design Architecture à Nova York, USA, 2021.
. Exposition personnelle « Ombres » au Collectif BB Artes Visuais à RJ, 2021.
. Exposition collective à la galerie Art Lab, à São Paulo, SP, 2021.
. Exposition collective au 6ème Circuit Art Búzios – Buzios, RJ, 2021
. Exposition collective au Coletivo BB Artes Visuais à RJ, 2020.
. Exposition personnelle "Reviens pour être heureux" à l'Espace Bauhaus, Petrópolis – RJ, 2019.
. Exposition personnelle "Il était une fois dans un rêve" à l'Espace Bauhaus, Petrópolis – RJ, 2019.
. Participation primée au Brasilia Photo Show – Festival international de la photographie – Brazilia – DF, 2019.
. Exposition collective à la Casa da Princesa Isabel – Maison de Maître du Natal, Petrópolis – RJ, 2019.
. Participation primée au Brasilia Photo Show – Festival international de la photographie – Brazilia – DF, 2018.
. Exposition collective à Art Expo à New York, USA, 2012.
. Exposition personnelle « Fêmina » au Centre Culturel Raul de Leoni – Petrópolis – RJ, 2010.

PRIX

. Médaille d'Or Brasilia Photo Show Edition: 2021 Catégorie: Photo de bébé: Jumeaux

. Statuette Award Premier prix dans la catégorie Brasília Photo Show Edition: 2021 Catégorie: photo de bébé: Hélène et Élisée

. Mention honorable Prix Promissores Gallery Brasilia Photo Show Edition: 2019/2020 Catégorie: portrait de personnes: Jumeaux pour l'éternité

. Mention honorable Prix Promissores Gallery Brasilia Photo Show Edition 2019/2020 Catégorie: Vue sur la rue Photos: pitié

. Mention honorable Prix Promissores Gallery Brasilia Photo Show Edition 2018/2019 Catégorie: Photo aléatoire: Himbas

MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES – par le docteur. Vanessa Jaccoud, psychologue clinicien et psychosomatiste, Certifié en traumatologie complexe par la Harvard Medical School

La pratique est centrée sur 30 pays d'Afrique et du Moyen-Orient, et certains endroits en Asie et en Amérique latine. Bien que qualifié par l'OMS de violation des droits de l'homme et qu'une date représente ce combat pour, il est encore pratiqué par de nombreux pays et culturellement considéré comme une tradition, comme un rite de passage de l'enfance à l'âge adulte pour les femmes, même si malheureusement, être fait contre leur volonté dans la plupart des cas.

L'OMS décrit la pratique comme “une procédure qui blesse les organes génitaux féminins sans justification médicale”. Les femmes qui ont souffert quand elles étaient jeunes, décrire la pratique comme brutale et cruelle, décrire la douleur inimaginable qu'elles ressentent et comment elles sont traitées sans aucun remords de soins par les femmes qui pratiquent cette pratique, ce sont des rapports que personne ne devrait même imaginer vivre ce traumatisme. Les raisons de la pratique sont liées à leurs traditions et cultures, mais il y a plus de motifs derrière la brutalité. Certains contrôlent la sexualité des jeunes femmes et des filles, puisque la pratique est réalité autour du 12 ans, étant souvent une condition préalable au mariage et une forte relation avec le mariage des enfants. Mais de nombreuses autres communautés le font déjà en raison de certains mythes qui circulent parmi les communautés au sujet des organes génitaux féminins., croire qu'un clitoris non coupé peut atteindre la taille d'un pénis, ou que la pratique augmente la fertilité, et d'autres considèrent déjà les organes génitaux comme sales et laids.

La pratique est pratiquée depuis un certain temps, croyant être antérieur à l'époque du christianisme et de l'islam, ce qui ne fait que montrer encore plus depuis combien de temps ces femmes souffrent et sont obligées de se soumettre, pas seulement pour l'acte lui-même, mais pour vivre dans la peur de sa propre culture, que vos filles éprouveront la même douleur et que vos filles aussi, le désespoir de recevoir de l'aide ou des remords pour les mêmes femmes qui accomplissent l'acte et les hommes qui le soutiennent et l'exigent. Bien qu'elle soit culturelle et considérée comme une tradition par les communautés qui y adhèrent. aucune religion en soi ne condamne ni n'encourage la pratique. Il est évident que les innombrables brutalités de l'acte lui-même, les complications physiques qui peuvent survenir pendant et après le long terme sont nombreuses, encore plus le manque d'hygiène et le manque d'importance par qui et où ils sont effectués. En plus de ces, les pires sont les effets causés sur la santé mentale de ces femmes.

Ou un traumatisme qui reste non physique, résonne aussi à travers le psychique. Perte de confiance dans les autres, confiance en soi, l'estime de soi et les barrières créées qui rendent difficile la relation avec les autres, Troubles anxieux et dépressifs pouvant survenir et persister chez les femmes qui en ont fait l'expérience. La peur qui règne dans la vie des femmes qui ne sont pas aussi chanceuses ou privilégiées que nous, qui sont nés dans des communautés où ils sont forcés de vivre dans la peur, soumis à des idéologies qui sont nées "mal" ou que leur corps est quelque chose de répugnant. “Je crois que l'impact va bien au-delà du traumatisme de la situation elle-même., de ces violences, indépendamment d'être dans les traditions, cultures ou comportements de masse d'un pays. On parle d'une déconstruction du féminin, de la situation qui blesse et met de côté l'expression du féminin qui est, principalement, peut être exercé à travers vos organes génitaux et en contact avec vous, toute cette féminité et pouvoir se l'approprier! Nous sommes féminines non seulement par les organes génitaux, évidemment pas, Principalement parce que nous sentons la féminité émerger quel que soit le corps dans lequel nous sommes, mais quand ce corps est approprié et que nous sommes en accord avec ce féminin dans le physique et que ce type de mutilation est subi, Je crois qu'une partie de cette féminité, de ce droit d'exercer la femme que nous sommes, dans le sentiment dans l'âme et physique, dans le soma et le psychisme, est blessé là aussi, très douloureusement dans tous les domaines, biologique, psychopathe, sociale, culturel, psychique, et spirituel, précisément qui met à l'épreuve la certitude de savoir qui l'on est. Je dois faire attention à ça.

Cette déconstruction de ce féminin va là dans une série de certitudes sur qui elle est, et elle commence à défaire sa propre croyance, de votre propre sentiment, corps, appropriation féminine qu'elle représente. Ce n'est pas seulement tragique, mais extrêmement violent et excessif. Il faut voir que cela se produit encore dans ce siècle, une énorme brutalité. Je n'ai aucune idée du nombre de troubles pouvant être impliqués dans la santé mentale de ces femmes, mais peu traumatisés par la brutalité physique et la déconstruction de leurs âmes, et la résonance que ces actes apportent dans la vie de la personne. Nous parlons donc d'une pratique qui doit être revisitée et discutée pour éviter qu'elle ne soit pratiquée et que davantage de femmes ne souffrent dans les générations futures.. On parle beaucoup de la violence faite aux femmes., c'est l'une des brutalités mondiales que le monde offre aux femmes. C'est vraiment très effrayant de penser à cette douleur de l'âme et du corps, qui appartiennent, insertion culturelle, tout ce qui imprègne cette femme et cette féminité qui est soumise à tout ce qui lui va.”

À PROPOS DE TARTAGLIA ART

Tartaglia Arte a été fondée en 1950 en tant qu'atelier de peinture de l'artiste Piero Tartaglia, alors connu sous le nom de Piery. après quelques années, créé un point de référence et de rencontre culturelle avec d'autres artistes et jeunes talents où, sous la conduite du Maître, développé son style personnel. La passion débordante de Tartaglia pour l'expression picturale avec des éclats de couleurs pures et des contrastes violents qui donnent vie à la toile, a donné vie à l'école du disgrégationnisme. Plus tard, il fonde les Galeries, pour l'exposition permanente de leurs travaux et de ceux de leurs élèves, et qui sont aujourd'hui dirigés par son fils Riccardo.

L'amour pour l'art et une large vision culturelle sont les particularités de ce grand artiste., et représentent leur héritage moral et spirituel. Patrimoine qui continue d'être représenté par Riccardo Tartaglia, qui travaille avec le même sérieux et la même ténacité à la propagation de l'art, à travers des expositions et des événements internationaux. Mais le tout avec la signature de Riccardo Tartaglia et Regina Nobrez (Membre de l'Académie des Beaux-Arts de Rio de Janeiro et ambassadeur culturel avec Honoris Causa, par l'Assemblée législative de Santa Catarina – Honneur de l'Art de Florianópolis), qui confère un certificat de crédibilité et de sensibilité créative.

Site: tartagliaarte.org
Instagram: @riccardotartaglia @reginanobreztartaglia @tartagliaarte

SERVICE

Exposition: pleurs
Artiste: Andréa Bretas
Instagram: @andreabretas
Curatelle: Riccardo Tartaglia et Regina Nobrez
Instagram: @riccardotartaglia @reginanobreztartaglia @tartagliaarte
Marchand et conseiller d'artiste: Géorgie Nolasco @nolascoge
Ouverture: 28 Janvier 2023 le 13:00 à 18:00
Visitation: 28 de janvier à 11 Mars 2023
Local: Cultural post Niterói
Av. Vicomte de Rio Branco, 481 – Centre-ville – Niterói/RJ
Tel: (21) 2503-8550
Du lundi au vendredi, 11h à 18h et le samedi, le 13:00 à 17:00
Entrée: gratuit
Évaluation: livre
Bureau de presse: Paula Ramage @_paula_r_soares
Soutien: Consulat honoraire d'Italie – Florianópolis / SC – BIC/SC – Cultural Poster
Accès: bateaux (Gare d'Araribóia), UBER, Taxi, bus. De Río, métro ou bus jusqu'à la station Carioca, à pied de la gare maritime sur la Praça XV.
Le lieu est accessible.
Événement gratuit.
Censure gratuite.

connexe:

Laissez un commentaire

×