Exposition Femmes pour Femmes – Galeria Estação, par Rosângela Vig

Rosangela_Vig_Perfil_2
Vig est Rosângela plasticienne et enseignante Histoire de l'art.

Je veux, composer mes chastes monologues,
S’allonger à côté du ciel, les ensembles des astrologues
Et assez près de lui entendre cismarento Bell
Les chants solennels, pris par le vent.
Plié les mains sur le menton, J’ai du haut de la toiture à la Mansart,
Je découvre l’atelier ponctuellement brun:
Tours de ville et cheminées ou mâts,
Grand ciel en rêve l’éternité.
(BAUDELAIRE, 2006, p.95)

Annonce

L'art est comme un souffle d'inspiration pour l'esprit. Il a peut-être été construit pour que l'âme puisse parcourir des chemins insondables, pour que l'esprit erre lentement dans les espaces pleins et vides, mais, surtout pour que l'observateur laisse le rêve imprégner sa journée, ton moment. C'est à partir de là que l'esprit devient lumière, rendre votre vie plus légère.

Amener le regard à errer à travers les pensées et les émotions, la galerie de la gare, vingt ans de travail dans le Art, commence la programmation 2024 avec une belle exposition qui s'ouvre le jour même 22 Février. Créé par la collectionneuse Vilma Eid, le collectif Mulheres por Mulheres s'adresse à la galeriste et commissaire elle-même

"un hommage aux femmes artistes avec qui j'ai travaillé, promouvoir et qui font partie de notre histoire et pour lesquels j’ai une grande admiration”.

Vilma sélectionnée 47 œuvres – dont des toiles et des sculptures – de huit femmes: le Gaucho Conceição dos Bugres (1914-1984); Elza de Oliveira Sousa de Pernambouc (1928-2006); Minas Gerais Izabel Mendes da Cunha (1924-2014) Maria Auxiliadora Silva (1935-1974) etNoemisa Batista dos Santos (seul artiste vivant du collectif); la Madalena dos Santos Reinbold de Bahia (1919-1977); Goiana Mirian Inêz da Silva Cerqueira (1938-1996); et Zica Bergami, originaire de São Paulo, (1913-2011). En plus des œuvres de ces artistes, Des toiles de la peintre Yara Dewachter représentant les lauréats feront également partie de l'exposition dans un dialogue visuel enrichissant avec leur héritage..

D'après Vilma, la vie de ces femmes a été marquée par beaucoup de créativité et d'histoires, le plus émouvant. De votre relation avec certains d'entre eux, le galeriste raconte: «J'ai personnellement rencontré Mme Izabel, Noemisa et Zica. Les deux premiers d'un voyage que j'ai fait en février 2010 à la vallée de Jequitinhonha. Avec eux, j'ai vécu des moments de grande émotion et de contact avec une réalité très riche., avec des dialogues surprenants et très personnels ». À propos de Zica, dont le nom d'origine est Maria Elisa Campiotti Bergami, elle se souvient avoir reçu sa visite peu de temps après l'ouverture de la gare. « Ce fut une rencontre agréable. Elle était déjà dans 90 ans et très heureux. En plus d'être designer, était un compositeur, ayant créé la célèbre chanson lampe à gaz. Concernant la Conceição dos Bugres, Isabelle, Marie Auxiliatrice et Mirian, J’ai réalisé des expositions personnelles alors qu’elles n’étaient pas encore connues du grand public”, scores.

Pour écrire sur ce collectif, Vilma a invité trois femmes: Galciani ndiaye, Professeur d'arts visuels à l'Université fédérale du Ceará et à la Fondation Armando Álvares Penteado, à São Paulo; Lilia Schwartz, historien, anthropologue et professeur à la Faculté de philosophie, Lettres et Sciences Humaines, Université de São Paulo; et Lorraine Mendès, artiste, chercheur et actuellement conservateur à la Pinacoteca do Estado São Paulo. « En plus de ces trois chercheurs, j'ai également invité l'artiste Yara Dewachter, dont les recherches et les travaux parlent d'artistes féminines. Dans une de ses expositions, j'ai acquis des portraits d'Izabel et Zica. C'est alors que, en pensant àDes femmes pour des femmes, Je l’ai invitée à incarner nos huit artistes », explique au galeriste.

Il convient de souligner l'importance des œuvres de ces artistes comme référence pour l'art brésilien.. Dans la figure 1, travail réalisé en bois, avec de la cire d'abeille, semble parler de modernité. La modernité est également présente à l'image des animaux de Figure 2 qui semble vivant, en plein mouvement. La joie de vivre en mouvement est présente dans l'œuvre de Mirian Inês (Figue. 3) avec la blague innocente et légère. Coloré, l'œuvre représente même les vêtements d'une époque. Dans des tons monochromes, réalisé à la plume et à l'encre, Le travail de Zica reflète la vie quotidienne d'un quartier, dans une ville, une scène si courante des années 1990 80. Les traces de l'Art Naïf sont présentes dans les trois œuvres, avec des échantillons d'une vie quotidienne simple d'une époque révolue. « Mulheres por Mulheres » reste exposé à la Galeria Estação jusqu'à 16 Mars.

À propos de Galeria Estação

Avec une collection parmi les pionnières et les plus importantes du pays, la galerie de la gare, inauguré pas fin de 2004 par Vilma Eid et Roberto Eid Philipp, s'est imposé pour révéler et promouvoir la production de l'art brésilien non érudit.

Sa performance a été décisive pour l'inclusion de ce langage dans le circuit artistique contemporain en éditant des publications et en organisant des expositions individuelles et collectives sous les yeux des principaux conservateurs et critiques du pays..

Le casting, qui a commencé à occuper de l'espace dans les médias spécialisés, a également conquis la scène internationale en participant, entre autres,, des expositionsHistoire de Voir, na Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, France, à 2012, et la BiennaleEntre deux mers – São Paulo | Valence, Espagne, à 2007.

Recevez des nouvelles des expositions et des événements en général dans notre groupe Whatsapp!
*Seulement nous publions dans le groupe, il n'y a donc pas de spam! Vous pouvez venir sereinement.

L'exposition individuelle deEntré – Cicero Alves dos Santos, à Venise, parallèlement à la Biennale des Arts, à 2013.

No Brasil, en plus des particuliers et faire partie de collectifs prestigieux, Les artistes de la galerie ont leurs œuvres dans les collections d'importants collectionneurs et d'institutions de grand prestige et reconnaissance., comme la Pinacothèque de l'État de São Paulo, le Musée d'Art de São Paulo, le Musée Afro Brésil (SP), le Pavillon des Cultures Brésiliennes (SP), l'Institut Culturel Itaú (SP), SESC São Paulo, à propos de MAMAN- Musée d'Art Moderne de Rio de Janeiro et MAR, dans la capitale de Rio de Janeiro.

Inscrivez-vous pour recevoir les actualités de l'événement
et l'Univers des Arts d'abord!

Avec 47 œuvres, les spectacles, qui court jusqu'à 16 Mars, est un hommage à l'héritage de Conceição dos Bugres, Elza de Oliveira-Souza, Izabel Mendes da Cunha, Maria Auxiliadora Silva, Madalena dos Santos Reinbold, Mirian Inêz da Silva Cerqueira, Zica Bergami et Noemisa Batista dos Santos. En plus de cette collection collectée, tous les artistes ont été représentés par l'artiste Yara Dewachter, dont les écrans font partie de l'exposition.

Des femmes pour des femmes

Quand: 22/2 et 16/3
Où: Galerie de la gare
Adresse: Rua Ferreira Araújo, 625 – Pins, Sao Paulo

Ouverture: 22/2 (Jeudi),de 18h à 21h
Horaires d'ouverture de la galerie: deuxième-sixième, de 11:00 à 19:00; Samedi, de 11:00 à 15:00; n'ouvre pas le dimanche

Tel: 11 3813-7253
Email: contact@galeriaestacao.com.br

Site: www.galeriaestacao.com.br
Instagram: @galeriaestacao

Références:

  • BAUDELAIRE, Charles. Les fleurs du mal. Sao Paulo: Editeur de Martin Claret, 2006.

Rosangela VIG
Sorocaba - Sao Paulo
Facebook Perfil | Facebook Fan Page | Site Web
Chroniqueur au site Obras de Arte
E-mail: rosangelavig@hotmail.com

connexe:

Laissez un commentaire

×