Galeria Lume ouvre l'année avec “Cachette”, par Ana Vitória Mussi

L'exposition fait une rétrospective de l'importante production de l'artiste., dédié à l'investigation des images par la photographie, explorer ses limites et ses possibilités au-delà des usages et des moyens conventionnels

Annonce

Avec une rétrospective du travail de plus de quatre décennies de l'artiste-photographe Ana Victoria Mussi (1943), qui présente une vaste production composée de photographies, images animées, objets et installations, et Galerie mondiale Affichages, à partir de 11 Février, Samedi, às 11h, "Cachette". Organisé par Paulo Kassab Jr.., et exposition met en lumière des photographies qui analysent les dialogues de l'artiste avec le principal dispositif de circulation et de production d'images de sa génération: la télévision.

Dans les années 70, Ana V. Mussi a rejoint le groupe qui est devenu connu comme un pionnier de l'art vidéo au Brésil, composé de sept autres artistes – Anna Bella Geiger, Fernando Cocchiarale, Sonia Andrade, Ivens Machado, Paulo Herkenhoff, Parent de Letícia, Miriam Danowski. A cause de cette période (1974 et 1982) dans lequel il a collaboré avec le groupe, le spectacle contemplera, também, oeuvres d'Anna Bella Geiger, qui parlent et renforcent la production de Mussi comme mode de travail de l'image dans les véhicules de communication de masse.

Pour le conservateur, "Ana V. Mussi s'approprie une image en créant d'autres significations à son propos;   Reprendre des scènes de tous les jours ou des images de films classiques, l'artiste ne nous demande pas d'abandonner l'imagerie en pensant, mais penser à l'image et pour l'image, abandonner quoi, dans la pensée, s'enchaîne à la matière pour constituer l'entité subjective.” 

Dans les photographies où il s'approprie des images télévisuelles, l'artiste restitue à chaque image l'apparition inattendue de l'acte. La caméra fige la scène, interrompt la séance et clignote au moment de la menace de mouvement: le coup d'Etat.

Dans le dernier 40 ans, Ana M. se consacre à l'investigation des images comme un moyen d'explorer leurs limites et leurs possibilités. apporter des objets, projections, films, photographies et sculptures, « À espreita » analyse la relation entre la condition de l'image dans le monde, notamment l'image télévisuelle et audiovisuelle, et notre soumission à ses pouvoirs - à sa capacité à nous influencer. C'est par cette fenêtre (TV), dans nos maisons, que nous regardons les guerres viscérales de cette ville, invasions dans les favelas, au son assourdissant de l'artillerie, la population coincée et silencieuse. aucun oiseau ne se croise, aucun chien n'aboie. Nous sommes ici et pas là, peut-être nous sentirons-nous soulagés, même si ce « là » est à proximité immédiate, même si les détonations qu'on entend ici autour de nous se confondent avec celles diffusées en direct à la télé.

« Ana Vitória Mussi, tôt, la tâche difficile de photographier le « à travers », l'interstice entre ce qui se voit et ce qui reste voilé entre le regard et la pensée, entre l'ouverture et l'enfermement du champ perceptif », explique Marisa Flórido César, conservateur obstiné et chercheur de l'œuvre de l'artiste.

Regardez, au-dessous, quelques-uns des points forts de l'exposition:

Immergez-vous dans l'image

Dans ce travail, l'image d'un nageur en l'air est photo-sérigraphiée sur un mur de briques de verre. À l’étage, un abîme d'eau attend le plongeon dans le reflet promis. Ana Vitória utilise des briques de verre depuis le 1990 en réalisant, en forme, proximité à la fois avec le moniteur TV et avec la transparence des négatifs et la surface de l'eau gelée. Des couches de verre qui déforment l'image selon le mouvement de nos corps.

Claquer! (art vidéo) 

La seule légende qui apparaît dans Claquer alerter: on est dans la suspension du "pas encore" qui précède la mèche du flingue, le clic de la caméra, le déclenchement de l'événement tragique: à la guerre. Une seconde si suffocante qu'elle semble s'étirer à l'éternité.

Recevez des nouvelles des expositions et des événements en général dans notre groupe Whatsapp!
*Seulement nous publions dans le groupe, il n'y a donc pas de spam! Vous pouvez venir sereinement.

En Claquer, Ana Vitória Mussi montre des scènes de guérilla urbaine dans les collines de Rio de Janeiro. Les occupations des unités de police pacificatrices de Rio de Janeiro (diffusé en direct et photographié depuis la télévision) sont entrecoupés de scènes de sept films et documentaires sur la Seconde Guerre mondiale, au son de la chanson « Bang Bang (Mon bébé m'a abattu)» qui compose la bande originale du film Kill Bill I (2003/2004), de Quentin Tarantino.

Ana Vitória interrompt le flux narratif et le continuum temporel des images cinématographiques et télévisuelles à travers la photographie, les édite et les assemble en associations singulières: le saut de l'athlète olympique du documentaire de Leni Riefenstahl et le vol d'avions de chasse (les presque dieux et leurs chutes); le jeu complexe des regards dirigés et triangulés (des individus et la masse indistincte) avec des machines de guerre et des machines à images (des jumelles à la photographie et aux téléphones portables); la douceur et la rédemption de l'amour dans les moments de brutalité insensée.

Inscrivez-vous pour recevoir les actualités de l'événement
et l'Univers des Arts d'abord!

À propos de la galerie Lume

Galeria Lume a été fondée en 2011 avec la proposition d'encourager le développement de processus créatifs contemporains aux côtés de ses artistes et commissaires invités. Réalisé par Paulo Kassab Jr.. et Victoria Zuffo, Lume se consacre à briser les frontières entre différentes disciplines et langues, à travers un modèle unique et audacieux qui renforce le rôle de São Paulo comme pôle culturel et ville en franche effervescence créative.

La galerie représente un groupe restreint d'artistes établis et émergents., dédié à l'introduction de l'art dans tous ses médias, destiné à un public national et international, à travers un programme d'exposition pluriel associé à des idées qui inspirent et animent la discussion de l'air du temps. Elle mise aussi sur le dialogue entre la production de ses artistes et les institutions, musées et collections concernés.

La présence active et organique de la galerie sur le circuit se traduit par la diffusion de ses propositions parmi les foires d'art les plus importantes aujourd'hui., en plus d'intégrer et de suivre les salons alternatifs. La galerie investit dans la production de publications de ses artistes et dans la création de matériel de recherche et d'enregistrement.. De même, Lume est disponible comme espace de réflexion et de discussion. recevoir des conférences, interprétations et exécutions, séminaires et présentations artistiques de nature différente.

Service

Cachette | Ana Victoria Mussi
Curatorial texte: Paulo Kassab Jr..
Local: Galerie mondiale, salle d'exposition I
Ouverture: 11 Février, de 11:00 à 17:00
Période d’exposition: 11 de février à 18 Mars 2023
Heures de visites:: deuxième-sixième, de 10h à 19h, et samedi, de 11:00 à 15:00
Adresse: rue Gumercindo Saraiva, 54 – Jardim Europa, Sao Paulo – SP
Entrée libre
Information pour le public: Tél.: (55) 11 4883-0351 /
courriel: contato@galerialume.com

instagram.com/galerialume

facebook.com/GaleriaLume

galerialume.com

connexe:

Laissez un commentaire

×