Accueil / Faits saillants / Faute d'encouragement, le monde risque de manquer d'esprits brillants

Faute d'encouragement, le monde risque de manquer d'esprits brillants

À l'occasion de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle, le neuroscientifique et philosophe Fabiano de Abreu propose une réflexion sur une période nuageuse qui s'en approche sans que l'on observe la gravité de cette situation.

«L'ère dans laquelle nous vivons reflète le changement des coutumes, deux habitudes, changer le paysage culturel et intellectuel. À mon avis, nous perdons beaucoup de travail intellectuel, pas seulement en nous éloignant des vraies valeurs de la connaissance, mais principalement à cause du manque de motivation et du manque de reconnaissance ». Cette triste observation est observée par le neuroscientifique et philosophe Fabiano de Abreu et il montre comment le monde a subi de profonds changements lorsqu'il s'agit d'encourager la recherche et les publications spécialisées dans le domaine académique et scientifique.

selon Abreu, le monde global s'approprie très rapidement les bonnes idées, de bonnes théories, études révolutionnaires et les transmet à un monde virtuel imparable. Que se passe-t-il aujourd'hui, il regarde, est-ce que «même une fois enregistré, beaucoup d'idées sont volées, sont appropriés, sont utilisés sans crédit. A l'ère du manque d'originalité et de copie, la seule issue est d'investir dans la propriété intellectuelle en s'inscrivant comme ISSN, ISBN, EST CE QUE JE, entre autres qui valident l'idée comme une propriété unique ».

Cependant, il est important de mentionner que le réseau social n'est pas un record et que de nombreuses bonnes idées sont jetées à la poubelle., s'interroge Fabiano. «Nous n’aurons plus Aristote, Nietzsche, Freud, Einstein, autres. Pas même Steve Jobs avec autant de bonnes phrases ne parvient à être une icône philosophique pour toute la diffusion sans crédit. Il est de plus en plus difficile d’être un nom pour rester dans le temps en tant que particules de l’histoire de la vie », analyse.

Un autre problème grave de l'époque actuelle, les points forts du neuroscientifique, est qu '«il y a une frustration de la part de nombreux intellectuels quand ils voient leur travail être utilisé, être modifié, être distribué sans reconnaître le véritable auteur, qui a consacré son temps à l'analyse et à la recherche. D'autre part, nous vivons dans une société trop paresseuse pour s'inquiéter des vraies sources, avec la vraie origine. Ainsi, une chaîne d'appropriation sans fin prend naissance, l'un après l'autre, sans responsabilité dans la plupart des cas », la menthe.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Il faut se rappeler que, «Le travail intellectuel vise à transformer, être un moteur de changement et, évidemment quiconque investit veut être reconnu ou, sinon, il commence à ne pas partager d'informations », fait remarquer Abreu.

Victime de cette situation si courante aujourd'hui, Fabiano de Abreu regrette que beaucoup de ses phrases publiées aient été volées et publiées comme étant rédigées par celui qui les a publiées.. «Dans un réseau public comme le social, la brazenness atteint le niveau narcissique du pouvoir absolu. Mais c'est à nous de rechercher des moyens légaux de conserver notre propriété, pas par vanité, mais pour le mérite et l'enseignement ».

Cependant, face à ce différend, les questions du neuroscientifique: "Quelle récompense avez-vous pour une bonne idée, si un autre qui ne l’avait pas le vole et le répand? Quand je vois une de mes phrases publiée sans mentionner mon nom, je pense, content que tu aies aimé. Mais mon nom? Je ne sais pas que c'était à moi. Mais alors quoi? D'où cela vient, beaucoup d'autres sortiront et les phrases sont pour un tout, comme une nébuleuse dans l'espace qui générera une quantité infinie de nouveautés, de connaissances mais que, dans tous les cas, le mérite doit être décerné », toutes les.

À l'occasion de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle, le neuroscientifique et philosophe Fabiano de Abreu propose une réflexion sur une période nuageuse qui s'en approche sans que l'on observe la gravité de cette situation. «L'ère dans laquelle nous vivons reflète le changement des coutumes, deux habitudes, changer le paysage culturel et intellectuel. À mon avis, nous perdons beaucoup de travail intellectuel, pas seulement en nous éloignant des vraies valeurs de la connaissance, mais principalement à cause du manque de motivation et du manque de reconnaissance ». Cette triste observation est observée par le neuroscientifique et philosophe Fabiano de Abreu et dépeint aussi bien que le monde…

Passage en revue

Excellent!!

Résumé : Évaluez cet article! Merci pour votre participation!!

Note de l'utilisateur 4.9 ( 1 votes)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*