Accueil / Art / Les chapitres de la Webserie Baker relient la recherche sur les spectacles au Brésil actuel
Les chapitres Baker - Beto Matos et Cristiane Zuan Esteves. Photos: archive personnelle.
Les chapitres Baker - Beto Matos et Cristiane Zuan Esteves. Photos: archive personnelle.

Les chapitres de la Webserie Baker relient la recherche sur les spectacles au Brésil actuel

Divisé en 10 chapitres, websérie montre les développements
de la dramaturgie originale de la pièce The Story of Baker, de Cristiane
Zuan Esteves et Beto Matos. Une pièce de conférence tous les jours
en ligne est présenté avec la participation des invités, qui
sujets de débat recherchés pour être édités avec le public.

Lauréat du prix du théâtre Zé Renato dans la ville de São Paulo, le spectacle L'histoire de Baker arriverait sur scène en mai 2020, mais en raison de la pandémie et de la fermeture des théâtres, l'assemblée a vu sa première suspendue. Pour maintenir le projet en vie, en ce moment de détachement social, l'équipe artistique de la pièce a opté pour la création de la websérie CHAPITRES OS DE BAKER, ce début 1 septembre, Mardi, às 17h, dans l'application d'appel vidéo Zoom. Jusqu'à ce que 3 Novembre, tous les mardis, un nouveau chapitre se déroule en direct, pour un total de 10 épisodes.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Dans chaque chapitre de CHAPITRES OS DE BAKER Cristiane Zuan Esteves et Beto Matos - responsable de la dramaturgie, performance et direction du spectacle - présenter un rapport performance-artistique-documentaire sur l'un des thèmes recherchés pour L'histoire de Baker. Après la présentation virtuelle de chaque chapitre, il y aura l'intervention d'un invité et l'ouverture d'une conversation avec le public, afin d'amplifier les questions posées, les reliant au moment social et politique du Brésil aujourd'hui.

Parmi les invités mis en évidence par Denilson Baniwa, l'un des artistes contemporains les plus importants d'aujourd'hui pour briser les paradigmes et ouvrir la voie au rôle des peuples autochtones sur le territoire national; Jaider Esbell, fondateur de Galeria Jaider Esbell de Arte Indígena Contemporânea, situé à Boa Vista, capitale de Roraima, le premier au Brésil était axé sur la production des peuples autochtones; Angelica Ferrarez, historien, enseignant, féministe noire et chercheuse sur l'histoire et la mémoire des femmes noires et de la samba; Marcia Mura, du peuple autochtone Mura, docteur en histoire sociale de l'Université de São Paulo et master en société et culture en Amazonie, par l'Université fédérale d'Amazonas; et Marie Ange Bordas, journaliste, photographe et éducateur avec des expositions d'art qui ont parcouru les cinq continents; autres.

CHAPITRES OS DE BAKER, qui n'étaient pas prévus dans le projet initial, sont des développements de la dramaturgie originale, petits travaux complets en eux-mêmes et ne remplacera pas la présentation du spectacle, qui devrait faire ses débuts dès que tous les protocoles de sécurité sont respectés. Pour Beto Matos, «Les chapitres» servira de plongée dans toutes les recherches menées pour assembler la pièce et aussi d'introduction à L'histoire de Baker. "Il serait parfaitement logique que le public puisse suivre les épisodes puis voir notre montage", dit-il.

Le nom Baker

Cristiane Zuan Esteves explique que le projet initial est né lorsqu'elle a trouvé l'histoire de Thomas Baker, Missionnaire anglais tué et dévoré par les Kai Colo pendant le processus de colonisation des Fidji, fait par lequel les descendants des supposés «cannibales», aujourd'hui converti au christianisme, a organisé une cérémonie d'excuses en 2003. «Le fait que les victimes de la colonisation se soient excusées auprès de leurs envahisseurs m'a impressionné et a été très indigné. J'ai décidé qu'un jour je ferais un travail. Des années plus tard, J'ai découvert des calcifications ressemblant à des dents sur mon genou dans une structure appelée kyste de Baker. Je me sentais comme un appel pour faire le travail », compte.

Du nom Baker, L'histoire de Baker se promène dans l'histoire du colonialisme, du capitalisme et de l'exploitation, en plus des différentes formes de nécropolitiques et par des éléments autobiographiques. "Dans la recherche, nous avons trouvé de nombreux autres boulangers, comme Josephine Baker est la bombe de Baker, pas Bikini atol. Nous trouvons le cannibalisme comme excuse pour la domination et l'asservissement des peuples autochtones, nous trouvons d’autres histoires de colonisation similaires à l’histoire des Kai Colo », dit Cristiane.

Cristiane, créateur du projet, apporte des données autobiographiques à L'histoire de Baker, et remet en question votre propre position de colonisateur ou de colonisé. En CHAPITRES OS DE BAKER le duo d'artistes cherche à réfléchir sur les faits qui tourmentent les victimes de la colonisation à ce jour. «Nous pensons qu'il est essentiel en ce moment d'entendre les dirigeants, artistes et militants et pensez à ce que nous vivons. » dit Beto Matos.

PROGRAMMATION

CANNIBAL NON, RÉSISTANCE ANTHROPOFAGIE

1er septembre, Mardi, às 17h

Client - Denilson Baniwa

Le chapitre accroche l'invention du nom cannibale, né d'une «erreur» de Cristovão Colombo en qualifiant le peuple de Cariba de «cannibales» (des hommes à tête de chien et des hommes qui mangent des hommes) pour aborder les simulations et les représentations avec les peuples autochtones Tupinambá à Rouen, France, et cela a inspiré le texte Les cannibales, de Montaigne. La différence entre le cannibalisme et l'anthropophagie sera également abordée, en plus de l'anthropophagie d'Oswald de Andrade et de la réAnthropophagie revendiquée par les artistes autochtones contemporains.

Denilson Baniwa, 36 ans, est né à Mariuá, pas de Rio Negro, Amazon. Sa carrière d'artiste commence par les références culturelles de son peuple (Baniwa) déjà dans l'enfance. Dans la jeunesse, l'artiste entame sa trajectoire dans la lutte pour les droits des peuples autochtones et transite à travers l'univers non-autochtone, appréhendant des références qui renforceraient l'étape de cette résistance. Denilson Baniwa est un artiste mangeur d'hommes, parce qu'il s'approprie les langues occidentales pour les décoloniser dans son travail. L'artiste dans sa trajectoire contemporaine se consolide comme référence, briser les paradigmes et ouvrir les voies vers le protagonisme.

ANTROPOFAGIA - SE PRÉSENTER POUR RESTER EN VIE

Jour 8 Septembre, Mardi, às 17h

Client - Jaider Esbell

Les lois espagnoles interdisaient l'esclavage des peuples autochtones, à moins qu'ils ne soient considérés comme des «cannibales». Les subterfuges utilisés par les colonisateurs pour continuer l'esclavage ont produit des images de «sauvage» et ont servi à déshumaniser les peuples d'origine. La contradiction des images produites par le colonisateur, comme l'amplification du cannibalisme par Jean de Lery et les dénonciations de Bartolomeu de Las Casas dans son livre Bref historique de la destruction des Indes, servira de thèmes pour le deuxième chapitre, qui abordera également les stéréotypes cannibales dans la littérature mondiale, comme Robson Crusoe and Tarzan, et l'histoire inconnue de Macunaíma.

Jaider Esbell, 41 ans, vit à Boa Vista, capitale de Roraima, où il maintient la Jaider Esbell Gallery of Contemporary Indigenous Art, le premier au Brésil était axé sur la production des peuples autochtones. La production de l'artiste couvre plusieurs langages artistiques et sa performance passe par le champ de la production de connaissances sur la décolonialité, protagonisme indigène et théorisation dans l'académie d'une nomenclature qui contemple la pensée des nations indigènes du Brésil. Son travail est une extension du mouvement populaire où il était auparavant impossible de se passer des arts comme stratégie politique d'auto-représentation..

DE COLOMBO AU CANNIBAL PANDÉMIQUE

Jour 15 Septembre, Mardi, às 17h

Client - Casé Angatu

L'affirmation du savant indigène Jack Forbes selon laquelle Colombo était le premier cannibale et la comparaison de l'auteur entre Colombo, les colonisateurs et le capitalisme avec Wetiko, mythe de la tradition algonquinienne dans laquelle les gens deviendraient des cannibales voraces par des expériences de faim extrême ou par contagion par le rêve, guider le troisième chapitre, qui apporte des rapports sur l'épidémie de Wetiko chez les Indiens d'Amérique du Nord et son lien avec le processus de privation déclenché par la colonisation. La longue histoire de l'esclavage indigène et de la logique capitaliste en tant que logique cannibale sera abordée. Nous vivons dans l'épidémie de Wetiko?

Casé Angatu est originaire du territoire de Tupinambá Olivença (Ilheus / BA) de Taba Gwarïnï Atã. Professeur du programme d'études supérieures en enseignement et relations ethno-raciales à l'Université fédérale de Southern Bahia (PPGER-UFSB); Professeur à l'Université d'État de Santa Cruz (UESC / Ilhéus / BA); Doctorat de la Faculté d'architecture et d'urbanisme de l'Université de São Paulo; Master de PUC / SP et historien de l'UNESP, Casé est l'auteur du livre Tout n'était pas italien - São Paulo et la pauvreté (1890-1915) et co-auteur de Indiens au Brésil: Vie, Culture et mort.

DE LA CROIX AU PISTOLET MACHINE

Jour 22 Septembre, Mardi, às 17h

Client - Laymert Garcia dos Santos

L'histoire de la colonisation et de la religion aux Fidji. Les récents coups d'État politiques, sa relation avec l'avancement des religions néo-pentecôtistes et les excuses à la famille Thomas Baker. Quelles analogies pouvons-nous voir avec la situation brésilienne?

Laymert Garcia dos Santos est sociologue, professeur (retraite) de l'Université d'État de Campinas et écrit régulièrement sur la relation entre la technologie et la société, ainsi que l'art contemporain. auteur Politiser les nouvelles technologies (Editeur 34) et Se battre avec Lautréamont (Éditions N-1), autres, il a été conseiller à la CNPC du ministère de la Culture et directeur de la Fundação Bienal de São Paulo.

JOSEPHINE BAKER, BANANES ET RACISME

Jour 29 Septembre, Mardi, às 17h

Client - Angelica Ferrarez

Le cinquième chapitre s'adresse à l'artiste Joséphine Baker. La poursuite par le FBI, son militantisme pour les droits de l'homme et contre le racisme et l'appropriation de son image comme symbole de la réussite du projet de colonisation par les Français, en plus de son séjour au Brésil et du fait d'appeler ses enfants adoptifs, De partout dans le monde, de divers groupes ethniques et différentes religions de la tribu arc-en-ciel.

Angélica Ferrarez est historienne, féministe noire et enseignante. Doctorat en histoire de l'Université d'État de Rio de Janeiro avec projet Femmes noires après l'abolition: mémoire, langue et puissance dans le métier du porte-drapeau tia Dodô da Portela, est titulaire d'une maîtrise en histoire sociale de la culture de l'Université pontificale catholique de Rio de Janeiro avec un thème Les tantes noires de la samba: par souci de mémoire, espace et patrimoine et fait croiser ses recherches sur les questions de genre féminines dans des études sur l'histoire et la culture africaines et afro-brésiliennes.

ZOO HUMAIN, HIER ET AUJOURD'HUI

Jour 6 Octobre, Mardi, às 17h

Client - Eugênio Lima

Les Kanaks sont un exemple de zoo humain à l'époque coloniale. Les Kanaks, ont été embauchés pour participer à l'exposition coloniale de Paris en 1931, mais a fini au zoo de Vincennes, exposé comme “cannibales”. Un directeur du célèbre théâtre du Châtelet a été engagé pour réaliser de petites scènes où les Kanaks, malgré le fait de parler français et de ne pas pratiquer l'anthropophagie depuis des décennies, devraient faire semblant d'être des cannibales et qu'ils vivaient primitivement. De cette histoire, le chapitre traite de l'exposition des êtres humains dans le contexte colonial, y compris le Brésil, l'objectivation de l'autre et des corps qui peuvent être jetés.

Eugênio Lima est DJ, Acteur MC, chercheur en culture afro-diasporique, membre fondateur du Núcleo Bartolomeu de Depoimentos et du Front 3 de Fevereiro et directeur de la Défense Légitime Collective. Gagnant de plusieurs prix de théâtre (coquille, Coca-Cola / FEMSA et gouverneur de l'État) pour composer de la musique et des bandes sonores.

LA VUE DU COLONISEUR - ANDAMAN

Jour 13 Octobre, Mardi, à 15:00 (le calendrier exceptionnel, parce que l'invité est en Afrique du Sud)

Client – Marie Ange Bordas

Dans l'archipel d'Andaman, sur la petite île North Sentinel, habite l'un des derniers peuples isolés de la planète. En 2018, le missionnaire John Chau a été tué par les habitants de l'île et son corps n'a jamais été retrouvé, parce qu'il était censé être "dévoré". Le septième chapitre traite de la relation entre l'histoire des habitants actuels de Northern Sentinel et l'histoire de l'invasion et de la colonisation des îles et apporte les rapports et les photos du chef colonial britannique Maurice Portman, qui a pris des photos choquantes des Andamanais, en plus de les abuser.

Marie Ange Bordas est une artiste, écrivain culturel et médiateur, travaille à la création de projets artistiques, littérature et médias, mettre l'accent sur le croisement des langues et de la poétique pour construire des processus et des œuvres collaboratifs, affirmatif et critique. Entre 2000 et 2009, mis au point le projet Décalages, vivre et créer des expositions avec des personnes déplacées dans plusieurs pays. Dans ce processus, il a également créé des publications Caderno Videobrasil_Géographies en mouvement (Edições Sesc 2013) et Deux garçons Kakuma (Pulo do Gato, 2018). À partir de 2009 développe le projet Tecendo Saberes, de créer des livres pour enfants dans les communautés traditionnelles brésiliennes, dans lequel il a produit les livres Manuel pour enfants de la Basse Amazonie et Manuel pour enfants Huni Kui (avec Gabriela Romeu, 2015), Manuel pour enfants Caiçara (Peirópolis, 2011) et Histoires de Cazumbinha (avec Meire Cazumbá, Companhia das Letrinhas, 2010).

LE MASSACRE DU GENOU BLESSÉ

Jour 20 Octobre, Mardi, às 17h

Client - David Popygua

Rapports et images de Wounded Knee, le premier massacre indigène photographié (Le massacre de Wounded Knee a eu lieu à 1890, près de Wounded Knee Creek dans la réserve indienne de Pine Ridge, appartenant au peuple Dakota) sera traité dans le chapitre, outre les conflits qui se produisent encore dans la région aujourd'hui. La réduction des réserves indigènes et l'invasion des grandes entreprises et la similitude avec le Brésil, y compris dans la ville de São Paulo.

Karai Popygua (David) est du peuple Guarani Mbya, leadership de la terre indigène de Jaraguá. Il est actuellement président du Conseil d'État des peuples autochtones de São Paulo (CEPI-SP) où il travaille pour garantir la collecte au gouvernement de l'État de São Paulo pour faire des politiques publiques pour les communautés autochtones de l'État. Ça marche aussi, à partir de 2008, en tant qu'enseignant à l'école du village Jekupe Amba Arandu.

SERINGAIS - HISTOIRES DE PUTUMAYO

Jour 27 Octobre, Mardi, às 17h

Client - Márcia Mura

Dans la région de la rivière Putumayo, plus que 30 mille Uitotos indigènes, Boras, Ocainas et Muinames ont été tués en esclavage par Peru Amazon Company, pour collecter quatre mille tonnes de caoutchouc. Ou chapitre, qui amène l'enquête en Angleterre et la filmographie de propagande de la société péruvienne, montre la situation de ces peuples aujourd'hui et l'exploration de leur territoire par les sociétés minières et pétrolières et comment ces événements trouvent un écho dans l'histoire du peuple Mura.

Márcia Mura intègre le peuple autochtone Mura. Docteur en histoire sociale de l'Université de São Paulo, elle est titulaire d'une maîtrise en société et culture en Amazonie., par l'Université fédérale d'Amazonas et professeur d'histoire à l'école d'État Francisco Desmorest Passos de la communauté de Nazaré, sur les rives de la rivière Madère, où il pratique la décolonisation de l'histoire et l'affirmation indigène. En 2010 a été incluse dans l'avis d'échange culturel du ministère de la Culture pour présenter ses recherches de maîtrise avec des femmes ayant expérimenté l'espace des plantations d'hévéas lors de la réunion internationale d'histoire orale tenue à Prague (République Tcheco). Elle est l'auteur du livre Espaces mémorisés: Expériences de vie dans les plantations d'hévéas en Amazonie.

À LA POMPE BAKER

Jour 3 Novembre, Mardi, às 17h

Client - définir

Dans le contexte de la guerre froide, les États-Unis font exploser la première bombe sous-marine dans l'atoll de Bikini. Les essais nucléaires ont conduit à l'exil des habitants d'origine, la perte de leur territoire et de leurs moyens de subsistance. Aujourd'hui, sans territoire, sont menacés par le réchauffement climatique. Comment l'expulsion des peuples de leurs territoires affecte la Terre et la Nature?

Pour le script:

CHAPITRES OS DE BAKER

Du 1er septembre au 3 Novembre, Mardis, às 17h (exceptionnellement la présentation du jour 13 Octobre sera à 15 heures), dans l'application d'appel vidéo Zoom.

Dramaturgie, Performance et direction - Cristiane Zuan Esteves et Beto Matos. Durée - 60 minutes. Recommandée pour les personnes sur 12 ans. Gratuit - inscription via le lien Zoom, posté sur Facebook (@ahistoriadebaker) et Instagram (@une_histoire_de_baker) de l'histoire de Baker.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*