Accueil / Art / Andrea Fiamenghi participe à la conférence au Museu Afro Brésil
Artiste: Andrea Fiamenghi. Titre: “Vanessa de Xangô”. Données: 2017. Technique: Photographie. Dimensões: DAKOTA DU SUD.

Andrea Fiamenghi participe à la conférence au Museu Afro Brésil

Dans « Ressemble Révélé », Il offre au photographe 15 images documentant un peu de chance Cérémonie eau et fêtes du calendrier religieux de Candomblé

Le photographe brésilien Andrea Fiamenghi participe au collectif "semble Revealed", Curator Silvio Pinhatti, pas Musée Afro Brésil. L'artiste présente 15 Les photographies de la série à l'invitation du Père babalorixá Balbino de Paula, Si tout va bien dans quels documents la cérémonie de l'eau et les fêtes des images calendrier religieux Terreiro qui affichent les danses frénétiques des orishas, l'équilibre de leurs vêtements, ses manifestations visuelles, culturelle et symbolique, en plus d'avoir une partie de l'histoire des descendants africains au Brésil. Le collectif affiche également des œuvres Eidi Feldonn, Gil Reno, Lucila de Avila Castilho, Paulo besoin, Pedro Sampaio et Tuca Reinés.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

La cérémonie est un peu de chance l'eau rituel annuel de la purification et de renouvellement, tenue au cours du mois d'Octobre. "Considéré comme un rite de passage, fin et le début d'une nouvelle ère, Il se rapporte à l'eau, cycle de la vie“, Commentaires Andrea Fiamenghi, complétant: "Déjà les Parties, festivals publics, qui se déroule tout au long de l'année, ils sont nombreux, suivre un calendrier religieux Terreiro, Procession de l'exemple de Iamassê, chaque fois que la famille est Aganju louange aux ancêtres et Orishas".

le projet Andrea Fiamenghi a commencé en 2003, dans Candomblé Ilê Opô Aganju, et a maintenant une collection d'environ 15 mille images. Cette documentation ne peut se produire avec la permission du Orishas et avec l'autorisation de babalorixá, et dépeint des scènes de cérémonies rituelles aux parties, ainsi que des photographies qui se chevauchent mouvements des corps dans les images de la nature tels que des feuilles et des fleurs, la création d'une nouvelle lecture poétique de l'œuvre documentaire. Pour l’artiste, "un résumé, Je dirais que les Orishas-moi d'aborder la force de vie, et les photographier me rend vivante et pleine d'Ax".

Le photographe estime que son art est un objet de communication avec le monde, une connexion avec les téléspectateurs, afin de rechercher la mobilisation pour l'inattendu, pour poétique, pour un "imaginaire de la réalité", pas quelque chose simplement esthétique. "Je veux que mon image soit l'inattendu, subjectif, le pas évident, la surprise de voir d'autres vêtements. Déconstruire une image logique. La possibilité d'obtenir un mépris du monde pratique et aller pour un monde sensible, sans beaucoup d'explication, où les choses parlent d'eux-mêmes. Prise de vue pour moi est une ressource que j'utilise ou au document quelque chose d'important ou de mobiliser l'autre avec ma façon de regarder le monde. J'ai découvert à travers ma photographie que les gens voient le monde de manière complètement différente. Comme chacun de nous voit? Grâce à sa sensibilité et son répertoire de vie. Un certain nombre de composants génétiques, historique, ancêtres, culturel. La photographie permet montrer ma façon sensible voir le monde, gens", conclut Andrea Fiamenghi.

Sur le collectif « Révélé regards »:

Nous vivons des photos Bombarded tout le temps, en grande partie en raison des différents réseaux sociaux, qu'ils sont devenus des outils dans la production de masse d'images. La conférence a pour but de révéler au spectateur – vivre ce moment de la photographie trivialisation, avec des images de plus en plus verbeux et sans caractère authorial – "ce qui est look unique et spécial des photographes choisis. La décision de présenter des séries photographiques de chaque artiste vient tout état que les travaux ont été pesés et mesurés avec la précision de la technique et l'art de la passion, avec la prise en charge du penseur et la création de l'artiste", Commentaires Silvio Pinhatti. Grâce à un large éventail d'emplois, Vous pouvez identifier ce que chacun voit aussi beau photographe. "Agrandir ces images, les exposer côte à côte - mesurer le sens de chacun de ces œuvres - est une façon noble de sauver l'art photographique", conservateur complet.

Exposition: "semble Revealed"
Artistes: Andrea Fiamenghi, Eidi Feldonn, Gil Reno, Lucila de Avila Castilho, Paulo besoin, Pedro Sampaio et Tuca Reinés
Curatelle: Silvio Pinhatti
Ouverture: 8 Décembre 2018, Samedi, à 12:00
Période: 9 Décembre 2018 et 17 Janvier 2019
Local: Musée Afro Brésil www.museuafrobrasil.org.br
Adresse: Av. Pedro Álvares Cabral, parc Ibirapuera – Porte 10
Téléphone: 11 3320-8900
Horaires: Du mardi au dimanche, la 10 às 17h (rester jusqu'à 18h)
Entrée: R $ 6,00 (moitié prix pour les étudiants et les retraités) | samedi gratuit
Nombre d'œuvres: 15
Technique: Photographie

.

Andréa Fiamenghi

Né à São Paulo. Il vit à Bahia depuis les quatre années. Alors, et Bahia, grâce à la passion pour la photographie enchantée avec le travail de Pierre Verger et Mario Cravo Neto. puis vient, pour ainsi dire, le calendrier des cours et des techniques d'étude avec Walter Firmo et Marcelo Reis, où apprendre la plupart du temps l'utilisation de couleurs. En mai 2016 au Portugal, dans le port, Atelier "Imprimante Platinium Paladium" avec Manuel Teixeira Gomes. Commence ses spectacles dans 2004, à Salvador. Retour aux expositions 2012 avec « nounou Enregistrer, préjudice Odoya, sainte fête à Bahia ". Ce spectacle est présenté à Salvador et São Paulo. Dans la même année, il a publié le livre de photos “parois plates”, Claudius Portugal avec des textes, Comparsas en série, éditeur de P55. En 2016, vainqueur de la ACBEU tendre (BahiaEstados Etats Association culturelle) effectue un nouvel individu, « piège les nuages ​​», Salvador et São Paulo, 21 photos en cours de traitement numérique, tous les formats 1 m x 66 cm, fait dans le pigment minéral technique sur Musée Canson Canvas Pro 385 plusieurs mg de châssis de tension. participe, entre autres,, à partir de 2003, le collectif suivant: « On dirait Baianos », Galerie ACBEU avec Valeria Simoes, Mario Cravo Neto, Celia Seriano (2006), « Minas Bahia avec » Leader en magasin (2011); “L'image corporelle des terrasses”, Caixa Galerie culturelle Collection, Brasilia/DF (2014), Et participe à la quatrième fois, à 2014, la Casa Cor Bahia, et 2015 Circuit des Arts, avec des spectacles dans la galerie Cañizares, École des Beaux-Arts, l'Université fédérale de Bahia. Parmi ses spectacles ont des répétitions « On dirait des enfants » dans le site www.ibahia.com, coordonné par Marcelo Reis et invitation professionnelle de tenir un livre, unreleased, "Bahia Cocos", quand il commence à effectuer un travail pour tirer tout le processus de plantation de plants de noix de coco, les arbres de noix de coco, jusqu'à l'achèvement du produit, personnes et lieu.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*