Accueil / Art / Les peuples autochtones font l'objet de l'exposition de Dani Sandrini au SESI Itapetininga avec des images imprimées sur des feuilles de plantes et sur du papier avec du pigment genipap
SESI Itapetininga présente l'exposition Terra Terreno Território. Photos: Dani Sandrini.
SESI Itapetininga présente l'exposition Terra Terreno Território. Photos: Dani Sandrini.

Les peuples autochtones font l'objet de l'exposition de Dani Sandrini au SESI Itapetininga avec des images imprimées sur des feuilles de plantes et sur du papier avec du pigment genipap

Exposition avec accessibilité, contenant des œuvres avec audiodescription et des pièces tactiles.

Le SESI Itapetininga présente le exposition Terre Terre Territoire, le photographe et artiste visuel Dani Sandrini, de la jour 3 Juin (Vendredi), au centre d'activités Benedito Marques da Silva, avec visite gratuit.





L'artiste utilise deux techniques d'impression photographique du XIXe siècle pour proposer une réflexion sur ce que c'est que d'être indigène dans les grandes villes, au 21ème siècle.

Les images ont été capturées par Dani Sandrini au cours de l'année de 2019, à São Paulo, dans les villages indigènes (où l'ethnie Guarani prédomine) et dans le contexte urbain (qui abrite environ 53 ethnies). Terre Terre Territoire se compose de deux groupes photographiques, dans lequel l'impression est faite à la main sur des papiers sensibilisés avec le pigment extrait du fruit du jenipapo (le même que les peuples autochtones utilisent dans la peinture corporelle) et directement sur les feuilles des plantes (taioba, syntonium, malvavisco, mûre et patate douce). les deux processus – appelé anthotype et phytotype, respectivement – sont donnés à la main, par l'action de la lumière du soleil, à des périodes allant de trois jours à cinq semaines d'exposition.

Les images photographiques – de tailles allant de 10×15 un 50x75cm – apporter une temporalité inverse à la pratique photographique actuelle, la vitesse du clic et l'image virtuelle. "Le long temps de pose invite à la décélération pour observer l'environnement avec un autre temps et sous un autre angle. comme la nature, où tout se transforme, ces processus produisent des images vives, une référence à la transformation permanente de la culture indigène, qui n'a pas gelé 520 il y a des années", reflète l'artiste.

La délicatesse du procédé organique apporte également une fragilité conséquente aux photographies au fil du temps.. L'artiste explique que « en fonction de l'incidence de la lumière naturelle directement sur l'image, par exemple, peut conduire à l'effacement". La conception de Sandrini considère cette possibilité comme un parallèle à l'effacement historique dont souffre la culture indigène dans notre pays.. Elle dit que « la proposition favorise également la discussion sur la photographie avec son caractère de mémoire et de document comme quelque chose d'immuable., élargir ses contours et pouvoir faire le lien avec le documentaire de manière beaucoup plus subjective. La certitude est transformation. La photo ne fige pas le temps. Les supports qui abritent les photographies génèrent ici d'autres significations., reflète.

Avec Terre Terre Territoire le photographe met en garde contre la nécessité de comprendre la culture indigène au-delà des clichés qui aplatissent la diversité du terme. "Ici, l'intention est exactement le contraire: est d'aplatir, souvenez-vous que beaucoup d'autochtones vivent de notre côté et nous ne réalisons même pas. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi cette histoire a été supprimée ??", commente Dani que, Dans le projet, photographié des personnes de différentes ethnies, de différentes régions du pays, parfois posant pour un portrait parfois dans leurs routines, vos activités, vos événements, rituels ou célébrations.

Terre Terre Territoire est né du projet Darueira, à 2018, prévu dans le 1er Avis Public d'Appui à la Création et à l'Exposition Photographique, du Secrétariat municipal de la culture de São Paulo à travers la supervision de la promotion des arts. Réalisé, à 2019, a remporté une exposition à la Bibliothèque Mario de Andrade, d'octobre à décembre. En 2020 (pas de format en ligne, en raison de la pandémie), l'exposition est passée par la Galerie d'art municipale, du Centre culturel et d'événements Plínio Arlindo de Nes (Chapecó/SC), Festival photo de Cali (Colombie) et petite rencontre photographique (Olinda / PE). En 2021, rejoint le Photothings Festival (exposition en ligne dans le métro de São Paulo; essai choisi pour intégrer la Collection Photothings). En 2022, en plus de la circulation par les unités de SESI São Paulo, a été sélectionné pour l'exposition Latinas en Paris (Photographe Latam, Fondation des photographes latino-américains).

Dani Sandrini – Photographe et artiste visuel vivant à São Paulo, Dani Sandrini développe des projets documentaires et artistiques, à partir de 2014, en dépit d'être un photographe commercial, à partir de 1998. En fonction du projet et de ses singularités, votre photographie est placée sur toile ou papier, mais il peut aussi contenir d'autres éléments qui ajoutent du sens à l'image finale, ainsi que des couches supplémentaires de subjectivité. Recherche l'imbrication des matériaux et des supports avec l'image photographique et l'action du temps sur celle-ci. Dani a de l'expérience dans les procédés photographiques alternatifs et développe des projets utilisant l'impression par transfert, photographie sténopéique, cyanotype, antitype et phytotype.

Service

Exposition: Terre Terre Territoire

Artiste: Dani Sandrini

Ouverture pour les clients: 2 Juin

Saison: 3 de Juin à 30 Juillet 2022

Temps: Mardi au samedi, de 09:00 à 20:00

visite libre. Livre.

Accessibilité: l'exposition a un sol tactile, guide audio, 5 œuvres tactiles et 10 fonctionne avec la description audio.

SESI Itapetininga

Centre d'activités Benedito Marques da Silva

Av. Père Antonio Brunetti, 1360 – Vila Río Branco. Itapetininga/SP

Tel: (15) 3275-7920 | itapetininga.sesisp.org.br

Après la saison au SESI Itapetininga, Terre Terre Territoire ira aux unités Campinas Amoreiras (août), São José do Rio Preto (Octobre) et Sao Paulo (2023).

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*