Accueil / Art / Un événement gratuit propose des cours de danse angolaise et brésilienne au CEU Heliópolis

Un événement gratuit propose des cours de danse angolaise et brésilienne au CEU Heliópolis

Le collectif Notre Kizomba organisera des cours de danse angolaise et brésilienne, sous forme d'atelier faisant allusion au Mois de la femme, où ils aborderont l'Histoire de la Reine Nzinga – symbole de la résistance au colonialisme portugais en Angola, une femme très forte, force, attitude, articulateur et plus, en plus d'avoir un cours de samba de base au pied

Sao Paulo, Mars 2022 – Para comemorar o mês da mulher, le collectif Notre Kizomba mènera une activité spéciale. Sur 30 Mars, às 19h, un cours aura lieu danse angolaise au CEU Héliopolis, avec Vanessa Dias, coordinatrice du projet et brésilienne qui se démarque en matière d'Afro House/Kuduro, Iza Sousa et l'Angolais Gilson Manuel participeront également à l'événement.. Cette initiative vise également à apporter plus d'informations de qualité à un nouveau public., en plus de créer une opportunité pour les gens d'avoir accès à une autre culture, à la recherche d'une plus grande diversité.





D'après Vanessa Dias, créateur et coordinateur de projet, chercheur de danses africaines depuis 2016, le projet est un moyen direct de prendre non seulement la danse, mas toda história que há por trás dela. « Nous voulons promouvoir la diversité culturelle, faire connaître et guider le public brésilien sur les danses angolaises (Kizomba, Semba, Maison Afro / Kuduro), ainsi que travailler sur notre propre culture et danses brésiliennes (samba dans le pied, Forró, Timbre et Funk), démystifier certains paradigmes sociaux et culturels des danses angolaises et brésiliennes, expliquer ce qu'ils ont en commun (Kizomba et Forro, semba et samba, Afro House / Kuduro et Funk)", explique.

En outre, selon elle, l'idée est d'amener la culture à l'impact fort qu'elle a sur la vie des gens – Il ne s'agit pas seulement de danser, il s'agit de la manière d'être et d'être. « Nous allons travailler sur l'essence et la racine, mettant en évidence le lien entre les rythmes et les danses brésiliens et angolais, en plus de collaborer pour que cette connaissance se propage de la meilleure façon possible sans la dénaturer, parce que la culture angolaise/africaine est présente dans notre quotidien, et il est extrêmement important que les Brésiliens aient accès à ces connaissances », compliments vanessa.

Forte culture angolaise au Brésil

La culture angolaise de quelques années a conquis le monde et ce ne serait pas différent au Brésil, l'immigration a apporté cette culture de danse/musique et, En fait, le travail socioculturel rassemble non seulement des Brésiliens, mais les Angolais de leur patrie. "Notre objectif est de faire connaître et de propager les rythmes brésiliens et angolais, en renforçant, respecter et cultiver les origines et les liens culturels et, notre plus grande intention, est d'apporter l'importance de la culture en tant que puissance économique et outil de transformation sociale, offrir à travers la danse une expérience unique, avec joie, la santé physique et mentale dans un environnement familier accessible à tous », explique vanessa.

« Dans les cercles de conversations et d'activités de danse, nous aborderons et apporterons des questions sur l'histoire culturelle entre les deux pays, en plus d'aborder la question des préjugés, la lutte et la liberté d'expression culturelle. Parce que la samba était déjà un motif d'arrestation ici au Brésil et que Semba occupait un espace décisif dans la lutte pour l'indépendance de l'Angola. Le Brésil a été le premier pays à reconnaître l'indépendance de l'Angola », compte.

Le Collectif est devenu une référence, un groupe traditionnel de la ville de São Paulo, avec un travail sérieux, avoir un impact positif sur la vie des Angolais/Africains, immigrés en général et Brésiliens, quel que soit le statut social, où la ville de São Paulo a appris à connaître un morceau de l'Angola, par l'art, biens culturels, danse et divertissement, promouvoir un riche échange culturel entre l'Angola & Brésil.

Informations sur l'événement

Aula gratuita de danças angolanas

Données: 30 Mars

Temps: 19h

Local: CEU Héliopolis – Na sala multiuso. Aberto a todos a partir de 13 ans

Informations: Pour s'inscrire aux cours/ateliers, il est nécessaire d'avoir une carte CEU.

Pour faire la carte/Documents nécessaires: Xerox RG, CPF, Preuve de résidence et 1 photo 3×4. La Carte s'effectue du lundi au vendredi de 8h à 20h dans le bâtiment de la direction. Toutes les activités sont gratuites.

Contactez pour plus d'informations: Notre Kizomba – (11) 98592-8610

Enveloppe ou Kizomba Yetu

Le collectif “NOTRE PROPRE” terme provenant de l'une des langues nationales angolaises – le"Kimbundu"Ce qui peut être traduit par" Notre parti ", – organise des événements socioculturels, dans la capitale de São Paulo. L'objectif principal est de promouvoir la culture et les danses angolaises à travers des cours de Kizomba, Semba, Kuduro, entre autres,. Le collectif existe depuis août 2018. Il est formé par des Brésiliens, Angolais, Guinéen et français, résidant à São Paulo, où se déroulent les activités d'échange culturel. En 2019, le collectif a été récompensé par le Service Municipal de la Culture dans le programme VAI 1 (Valoriser les initiatives culturelles) pour mener à bien le projet appelé «Brésil Échange Culturel & Angola". Plusieurs ateliers de danse angolais ont été organisés, dans les maisons de la culture et les centres culturels de São Paulo, avec entrée gratuite. Depuis l'inauguration du NOTRE PROPRE une moyenne de 60 événements et dépensé plus de 2.000 étudiants, nous opérons dans plusieurs régions de São Paulo, comme: est, Bras, république, Belle vue, Jabaquara, Townshend, Jardin Peri Alto, Sacomã / Ipiranga et Avenida Paulista, en plus de la participation à d'autres événements culturels.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*