Accueil / Faits saillants / Le professeur fait une analyse historiographique de Covid-19

Le professeur fait une analyse historiographique de Covid-19

Actuellement, COVID-19 a infecté plus de 28 1.000.000 de personnes, plus de tués 900 mille et le taux de récupération est d'environ 19 millions. Face à un scénario sans précédent pour de nombreuses personnes, il est courant d'entendre ici et là que la société changera pour le mieux ou que le COVID-19 est la pire pandémie de l'histoire que nous ayons jamais vécue.

Fabiano de Abreu. Foto: Vagner Souza / MF Press Global.

Fabiano de Abreu. Photos: Souza vagner / MF Global Press.

D'après le professeur d'histoire, Ueldison Alves de Azevedo, «Ce n'est pas si vrai. Si nous regardons la question historique de l'amélioration de la société elle-même, en fait, la science y gagnera et il n'y a aucune preuve claire de l'éveil de la société, d'abord parce que la société du 21ème siècle ne présente aucune sorte de déclin social pour les transformations et / ou révolutions qui se produisent dans notre environnement ».

Si parler de transformation est aussi une exagération, pour l'académique: «Le terme Révolution semble plus qu'utopique, car pour que les deux se produisent, une insatisfaction populaire dans son ensemble est nécessaire ».

Ueldison Alves de Azevedo, professor de história. Foto: Divulgação / MF Press Global.

Ueldison Alves de Azevedo, professeur d'histoire. Photos: Divulgation / MF Global Press.

Il y a aussi ceux qui comparent la période actuelle avec la peste noire et le bubonique, ce que le professeur montre que ce parallèle n'est pas cohérent en raison de plusieurs facteurs, «D'abord depuis le XIIe siècle, l'Europe a appelé le christianisme, avait déjà fait face à plusieurs guerres avec les croisades; seconde, le peuple avait faim et vivait avec la mauvaise hygiène qui contribuera à la propagation de la peste et finalement les seigneurs féodaux perdaient leur autonomie au profit de la bourgeoisie dans laquelle les royaumes s'affaiblissaient, en d'autres termes, la peste n'a été que le déclencheur de quelque chose qui a contribué à la transformation sociale et par conséquent à une révolution à venir ».

La grippe espagnole a tué plus de 50 1.000.000 de personnes, deux fois plus de morts dans la première guerre qui s'est terminée juste avant, et Ueldison se souvient que, Toutefois, il n'y a pas eu de transformation sociale. Ce changement ne s'est pas produit, il détaille, «Parce que le monde était déjà un autre après-guerre, pourrait-il être le changement s'il n'y avait pas de guerre, qui sait?! Mais encore une fois, nous regardons les diagnostics historiques, avant même que la guerre n'éclate 1914, L'Europe était un chaudron bouillant et à tout moment les esprits montaient et le chaos serait installé, c'est arrivé à Saravejo avec la mort de l'archiduc en Autriche, il n'avait pas besoin de virus pour modifier ce qui était déjà prévisible ".

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Ainsi, lorsque les gens parlent d'amélioration sociale et / ou “nouvelle normale”, l'interrogation de l'enseignant est: «Est-il normal que la société soit bien conditionnée, loin d’être transformatrice et révolutionnaire??” Ele acrescenta que “a quarentena assusta porque ficar em confinamento é doloroso demais para o nosso cérebro que evoluiu de maneira coletiva, regarde juste nos ancêtres, mais en même temps, déclenché de fausses idées sur ce que nous avons déjà été affecté, mais nous vivons à une époque pleine d'informations et jamais dans l'histoire nous n'avons vu une société aussi xénophobe que la nôtre, donc vraiment le covid 19 a été placé à un niveau qui n'existe pas, il n'y a pas d'impact collectif mortel, il n'y a pas de nouvelle normalité et la société continuera à marcher à sa manière depuis les transformations qui ont eu lieu au XXe siècle ».

Pour l'enseignant, «Nous continuons à vivre dans le vieux monde et la société n’est pas en crise», extrémités.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*