Accueil / Art / Expositions Pinacothèque de São Paulo “Ayrson Héraclite: Yorubaien”

Expositions Pinacothèque de São Paulo “Ayrson Héraclite: Yorubaien”

Grande exposition de l'artiste bahianaise réunissant 63 œuvres, avec installations, photos, vidéos, performances et records, Traiter les blessures laissées par l'histoire coloniale.

Entrée gratuite du 02 avril au 22 août 2022

La Pinacothèque de São Paulo, musée du Secrétariat à la Culture et à l'Économie Créative de l'État de São Paulo ouvre le 02 Avril 2022, Samedi, à 11 heures, et exposition solo "Ayrson Heráclito: Yorubaien », par l'artiste Ayrson Heráclito. Conçu à l'origine pour le MAR Museu de Arte do Rio à 2021, la version de São Paulo de "Yorùbáiano" occupe le quatrième étage du bâtiment Pinacoteca Estação et est organisée par Amanda Bonan, Ana Maria Maia et Marcelo Campos. au moment de l'ouverture, le public pourra assister à la performance « Inner Secrets » (1994-2010).





Ayrson Heráclito apporte à Pina Estação la force des mythologies africaines arrivées au Brésil depuis la diaspora, l'enlèvement et l'asservissement de plusieurs peuples africains, surtout du 19ème siècle. Dans la sélection des oeuvres, l'artiste bahianais articule différentes cultures, englobant les mythes yoruba ou nagôs et jejes, à un amalgame culturel unique de savoirs ancestraux, enseignements, légendes, différents rites et visions du monde qui font partie des matrices religieuses et culturelles du candomblé. à travers les travaux, le public peut connaître les légendes, "ìtans" et "orikis", récits traditionnels encore présents dans les rues, processions, romans et intrigues des écoles de samba brésiliennes, prendre contact avec un monde où la nature des êtres et des animaux se complète.

Divisé en trois pièces, la curatelle de « Yorùbàiano » articule trois matériaux organiques qui, Selon l'artiste, composent historiquement et symboliquement le « corps culturel diasporique ». Le sucre rappelle la cupidité de la monoculture de canne à sucre esclavagiste, évoquant en même temps la divinité ou orixá Exú, à qui la cachaça est rituellement offerte. Ayrson utilise aussi la polysémie de l'huile de palme, symbolisant parfois les fluides vitaux du corps humain.

Dans une des chambres, l'installation « Retour à la peinture bahianaise » (2002) implique la teinture d'un modèle de l'église de Rosário dos Pretos, ainsi qu'un mur de musée à l'huile de palme, quitter le champ de la représentation de la peinture matérielle, caractéristique des années 1980, pour le montage, en utilisant l'huile précieuse et sa couleur jaune-terre. L'installation vidéo « Le peintre et le paysage » (2011), l'installation « Barroeco » (2003), en complément de la série photographique « Vegetable Blood » (2005), entre autres installations et photographies complètent la salle.

Viande séchée au sel ou boeuf séché, de l'autre côté, fait allusion à la violence subie par les Noirs réduits en esclavage tout en se référant à l'orixá Ogum, à qui le sel est offert dans les rituels du Candomblé. Dans cet espace, l'installation "Internal Secrets" est affichée. (1994-2010), documentation du spectacle « Transmutation de la chair » (2000), au-delà du record de la performance rituelle "Sacudimento" (2022), réalisée par l'artiste autour du bâtiment Pina Estação, où le DOPS a travaillé (Département de l'ordre politique et social), organisme responsable de l'arrestation des dissidents politiques dans les années 1960 et 70.

La troisième salle d'exposition termine la visite avec la grande installation photographique "Borí" (2008-2011), dont la performance a été acquise en 2020 par la Pinacothèque à travers son programme Mécènes, avec douze grandes photographies du rituel de fabrication de la tête ou "borí", représentant chacun de 12 orixás do xirê. Sur 11 Août, l'espace octogonal, dans le bâtiment Pina Luz, sera l'étape du rituel sacré, d'une durée d'environ deux heures, dirigé par l'artiste, avec la présence de musiciens et 12 initiés de la religion africaine.

Ayrson Héraclite (Macaubas, Bahia, 1968) est professeur d'université, Historien d'art, conservateur et ogã de la matrice Candomblé de Jejê-Mahi. Sa carrière artistique débute dans les années 1980 à Bahia. L'artiste consolide, près de chez vous 35 années d'expérience, comme l'un des noms les plus importants du Brésil pour construire une œuvre dédiée à l'élaboration de rites de guérison, négocier d'autres relations avec un passé néfaste, constamment secoué et rituellement éliminé dans des bains aux herbes ("Maux de tête") avec de l'eau douce ("Les eaux qui coulent") ou dans la nourriture offerte aux chefs ("gagner"), maintenir l'équilibre du corps et de l'esprit.

SERVICE:

Exposition: "Ayrson Heráclito: Yorubaien »
Curatelle: Amanda Bonan, Ana Maria Maia et Marcelo Campos

Ouverture: 02 Avril 2022, Samedi, à 11 heures
Période d’exposition: 02 À avril 22 Août 2022

Local: galerie Station
Adresse: Largo General Osório, 66 – Luz – São Paulo – SP

Heures d'ouverture: 10 à 18 heures, du lundi au samedi
Téléphone: (11) 3335 4990
Entrée libre

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*