Accueil / Art / Le projet Through the Glass donne un nouveau sens à l'élimination des déchets dans les communautés de São Paulo
Projet "À travers le verre", Espace parfum - Production de Débora. Photos: Bruna Muri.
Projet "à travers le verre", Espace parfum - Production de Débora. Photos: Bruna Muri.

Le projet Through the Glass donne un nouveau sens à l'élimination des déchets dans les communautés de São Paulo

Dans sa 3e édition, le projet conçu par l'artiste Débora Muszkat devrait bénéficier davantage de 80 personnes à Paraisópolis et Palheiros et atténuer la crise économique de la pandémie

D'après le dictionnaire, les ordures sont tout ce qui ne vaut rien ou utile, qualquer coisa que se joga fora. Mais, pour l'artiste Débora Muszkat, ce n'est pas un concept très adapté à tous les types de verres jetés ou qui, momentanément perdu son utilité. Tout au long de son histoire, l'artiste et éducateur artistique, choisi le verre comme sujet principal de travail et de recherche et, appliqué cela au projet "Through the Glass" qui atteint sa troisième édition cette année.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Le projet est le résultat de la passion de l'artiste pour l'art du verre, associé au recyclage, un autre thème qui fait bouger votre travail: toutes ses oeuvres sont réalisées avec des déchets de verre ménagers et industriels. Et c'est grâce à l'upcycling - une technique qui propose la réutilisation d'objets anciens ou mis au rebut, para criar novos produtos, faire preuve de créativité et de respect de l'environnement. Pour l’artiste, c'est l'un des points les plus importants: la resignification constante des déchets solides à travers l'art et la durabilité.

Todo esse olhar especial sobre o vidro começou a ser compartilhado por Débora neste mês de julho, avec des ateliers pédagogiques à Palheiros et Paraisópolis. Les cours et ateliers du projet « À travers le verre » se poursuivent jusqu'au mois d'octobre. « L'un des points forts de cette édition de « À travers le verre » est le don de deux fours à la communauté de Paraisópolis, à São Paulo. Avec ce, les participants pourront utiliser, Après l'entrainement, la technique acquise de l'art du verre comme travail et source de revenus, produire et vendre leurs produits", célèbre Déborah.

Les participants, tout au long du projet, apprendra à développer des procédés de création et de production d'objets artistiques, faire la conception, et architecture, à travers des ateliers avec des techniques de manipulation du verre froid, hautes et basses températures. Avec la professionnalisation des participants, la perspective est que chaque participant, avec l'aide de G10 Favelas, créé par Gilson Rodrigues, entrer sur ce marché du travail, dans lequel l'artiste a été inséré depuis les années 2000. "Le verre est partout dans un état pointu, encrassant la nature et dérangeant les gens, ils reçoivent, moyenne, 15 cents par kilogramme de verre moulu, et ils le font souvent par besoin de nettoyer l'espace", justifie. Ce sera le premier investissement des favelas du G10 sur le marché. Il convient de noter que le G10 est une organisation qui met l'entrepreneuriat au 10 les plus grands bidonvilles du Brésil, et, avec ce projet, et avec Déborah, lancera ce produit unique et innovant sur le marché. "Nous voulons remplir la mission de démocratiser la connaissance de l'art verrier, promouvoir les valeurs et élargir la chaîne de production. Il, par l'enseignement, créer des reflets d'une société durable à travers un matériau, dont la valeur est devenue inexistante, puisqu'il n'y a pas de distribution consciente et qu'il peut donner le destin qui honore ce que la nature nous offre librement, compléter Deborah.

Le « À travers le verre » a été rendu possible par la loi d'État sur l'incitation à la culture – ProAc SP (Programme d'action culturelle de São Paulo), com patrocínio da O-I Illinois (Owens Illinos), et le soutien de G10-Favelas et Divinal Vidros. Pour participer au projet « À travers le verre » et à ses ateliers, il est nécessaire de s'inscrire via le site internet www.atravesdovidro.com.

passerelle – en avril de cette année, dans une première action de projet, l'artiste Debora Muszkat et Gilson Rodrigues, président des favelas du G10, mettre en pratique l'idée de transformer la favela en espace touristique, retirer le verre de la nature et le transformer en durabilité. L'initiative est basée sur le Parque Guell, Barcelone, Espagne, conçu par Antoni Gaudí, à travers des mosaïques en céramique, et l'île de Murano, Italie. Pour ce, couvert une superficie de 600m2 avec du verre qui serait jeté comme "poubelle", transformer la passerelle en un véritable ciel au sol de Paraisópolis.

À propos de Deborah Muszkat- Débora est une artiste multimédia: concepteur, peintre, utilise la photographie, vidéo et, à partir de 1984, se apropriou da reciclagem de vidro como um dos meios de sua expressão artística. à Débora, art et durabilité sont des processus indissociables. Et c'est l'importance de cette réflexion qu'elle attire l'attention dans ses œuvres. A déjà organisé des expositions dans plusieurs pays, comme l'Angleterre, Hollande, Allemagne et Italie, où il a remporté un prix à la Biennale de Florence, et au Danemark, où divisez-vous, actuellement, logement avec le Brésil.

Dans cette trajectoire, Débora a découvert la possibilité d'extraire des pigments de miroirs brisés. Tu sais cette histoire que briser les miroirs donne sept ans de malchance? Parce que l'artiste a transformé cela et grâce à l'utilisation de fours spéciaux, a développé une technique pour extraire les pigments métalliques du blanc au magenta, former des couleurs allant de l'argent à diverses nuances d'or.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*