Accueil / Art / Exposition Puxirum, Ricardo Ribeiro – Galeria Marcelo Guarnieri

Exposition Puxirum, Ricardo Ribeiro – Galeria Marcelo Guarnieri

Galeria Marcelo Guarnieri, Sao Paulo

Ricardo Ribeiro

Puxirum

(Exposition et lancement de livre)

Période de la Visitation: 27 Février – 27 Mars, 2021

De jour 27 Février, nous avons présenté à notre siège à São Paulo “Puxirum”, exposition de l'artiste Ricardo Ribeiro qui présentera le lancement de son livre du même nom. Les visites ce jour-là peuvent avoir lieu de 10 h à 18 h, respecter toutes les recommandations des autorités sanitaires, comme le port de masques et le détachement social.





Les visites spontanées sont les bienvenues, mais pour la sécurité de tous et une meilleure maîtrise de l’espace, nous vous recommandons de planifier votre visite. Nous vous demandons de nous envoyer un email avec votre nom complet en indiquant le jour et l'heure de votre préférence (Email: info@galeriamarceloguarnieri.com.br – téléphone: 11 3063 5410)

______

Galeria Marcelo Guarnieri a le plaisir de présenter, entre 27 Février et 27 Mars 2021, «Puxirum», première exposition personnelle de l'artiste Ricardo Ribeiro au siège de la galerie à São Paulo. Le spectacle rassemble des photographies prises entre 2016 et 2018 à São Pedro, village situé sur les rives de la rivière Arapiuns, dans l'état de Pará. La série présente une vision poétique et politique de la vie quotidienne d'une communauté riveraine qui organise son mode de vie entre économie de subsistance et économie marchande. «Puxirum» a été publié dans un livre du même nom, imprimé sur 2020 avec le soutien de la Fondation Pollock-Krasner. L'ouverture de l'exposition marque également le lancement de la publication.

«Puxirum» est un mot d'origine tupi qui définit une pratique sociale et culturelle encore présente dans les zones rurales dans laquelle un groupe de personnes se réunit le temps d'une journée pour développer collectivement le travail des champs. En portugais, cela peut être traduit par «effort collectif». Au cours des neuf visites qu'il a effectuées à São Pedro pendant deux ans, le photographe Ricardo Ribeiro a suivi de près la dynamique entourant ce travail. Lors de votre première visite, toujours en 2016, arrivé au village avec seulement un billet, dans lequel son ami Zair a demandé à sa mère Zeneide de le recevoir et de le présenter aux autres résidents de São Pedro. A partir de là, Ribeiro a commencé à négocier sa présence à cet endroit à travers de petits services qu'il pouvait offrir en tant que photographe, restauration de vieilles photographies, corrodé par l'humidité, ou faire des portraits d'enfants en costumes de fête.

Tout en apprenant à observer son environnement et à vivre non seulement avec ce groupe de personnes, mais aussi avec la nature elle-même, sous un rythme de vie beaucoup plus lent qu'il n'était habitué, Ribeiro photographié. Je n'avais pas l'intention d'y développer un quelconque travail anthropologique, le sentiment d'étrangeté et l'état de déplacement lui permettraient, après tout, s'adonner au développement de votre langage poétique. Cet exercice, cependant, il n'était pas à l'abri des problèmes qui ont configuré le contexte dans lequel il a été inséré, et a fini par traduire, images, les perceptions du photographe. «Isolé par le paysage et le manque d'électricité, la culture est au bord de la rupture avec un passé familial, religion, douanes et travaux communautaires. Les jeunes qui ont bénéficié de programmes gouvernementaux efficaces au cours des deux dernières décennies pour réduire la faim, maintenant, ils rejettent les traditions établies de longue date et ne se résignent plus aux perspectives limitées de leurs parents », a écrit Ribeiro dans son journal.

Dans «Puxirum», Ricardo Ribeiro dépeint ce sentiment d'un temps lent à l'aide de son appareil photo Hasselblad, dans un processus complètement analogique. Grâce à des couleurs faiblement saturées et à une faible luminosité, ses photographies véhiculent l'atmosphère mélancolique qui entoure le village de São Pedro, par, par exemple, du bilan de ses habitants dans des moments d'introspection. Dans l'un d'eux, représente la scène autour d'une jeune femme reposant sur un hamac bleu après avoir été frappée par la foudre. "Tampouco havia pour le pour le", a écrit le photographe, «Il y avait du silence, une mesure d’attente pour quelle heure dirait ". Une telle lenteur, qui l'a également accompagné pendant le trajet de dix heures qui devait aller de Santarém à São Pedro, est à nouveau adressé dans "Nouvelle ancienne horloge", film qui intègre également l'exposition à la Galerie.

De nombreuses photographies qu'il a prises à São Pedro ont été exposées pour la première fois dans la communauté elle-même, distribués dans les espaces publics du village et présentés sous différents formats. Rassemblé à la cabane communautaire 32 photos lors d'une exposition, et le soir de l'ouverture, il a préparé un écran sur le terrain de football où tant d'autres images ont été projetées. À l'école indigène et à l'école ordinaire, il a installé des poteaux photo avec cinq exemplaires de chaque, permettre à chaque enfant de ramener à la maison ceux qu'il aimait le plus. en plein air, aux endroits où des photographies avaient été prises, monté quelques panneaux des images imprimées sur toile, matériau résistant aux pluies et à l'humidité typique de la région. Toujours dans la maison où fonctionnait le relais local, mettre en place une installation vidéo avec la projection de «Filha Ausente», film qu'il a réalisé sur les enfants qui quittent São Pedro. Le titre fait référence à la chanson du même nom composée par M.. Riz (recueil de chansons local), dédié à l'un de ses huit enfants. De retour à São Paulo pour la dernière fois en 2018, Ribeiro a commencé à éditer le livre «Puxirum», qu'en plus des images, rassemble des fragments du journal qu'il a écrit à l'époque où il était dans le village de Pará.

Ricardo Ribeiro est né en 1978 à São Paulo, où il vit et travaille. Photographe et artiste visuel, conclu en 2016 le programme International Center of Photography Creative Practices – ICP à New York. Son projet «Puxirum» a été montré sur place, à São Pedro, communauté située sur les rives de la rivière Arapiuns, dans l'ouest de l'État de Pará, où il a été photographié entre 2016 et 2018, dans un spectacle conçu et organisé en partenariat avec les riverains. Le même travail a été récompensé, à 2019, pour le 7e Prix National de Photographie Pierre Verger, et, à 2018, pour le 9th Contemporary Daily Photography Award. Il a également été montré à Salvador-BA, Belém-PA, Porto Alegre-RS et Santos-SP. Votre nouveau projet, "Nord-Sud gauche-droite", encore en progrès, a été choisi et est désormais financé par la Fondation Pollock-Krasner (Fondation Pollock-Krasner)​ , basé à New York, USA.

SERVICE
Galeria Marcelo Guarnieri
Exposition: Puxirum
Artiste ; Ricardo Ribeiro
Période d'exposition 27 de février à 27 mars 2021
Entrée libre
Alameda Lorena, 1835 – Jardins
São Paulo - SP - Brésil / 01424 002
Tél. +55 (11) 3063 5410 / | contato@galeriamarceloguarnieri.com.br
eux-mêmes - le sexe: 10h à 18h.
samedi – 10H à 17h
Plus d'informations, accéder à la page www.galeriamarceloguarnieri.com.br

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*