Accueil / Art / Exposition: Salle nationale, – jour d'ouverture 27 Novembro – Galeria Marcelo Guarnieri
Leda Catunda - Clôture pour petits enfants, 1983 - acrylique sur tissu - 80 x 114 cm. Photos: Divulgation.
Leda Catunda - Clôture pour petits enfants, 1983 - acrylique sur tissu - 80 x 114 cm. Photos: Divulgation.

Exposition: Salle nationale, – jour d'ouverture 27 Novembro – Galeria Marcelo Guarnieri

Galeria Marcelo Guarnieri a le plaisir de présenter, entre 27 Novembre 2021 et 29 Janvier 2022, “Salle nationale”, exposition collective qui rassemble des oeuvres d'Alex Vallauri, Amelia Toledo, Brancusi, BOI, Carlos Fajardo, Cassio Michalany, Claudio Kuperman, Claudio Tozzi, Dudi Maia Rosa, Fabio Miguel, Flávia Ribeiro, Guto Lacaz, Ivald Granato, José Resende, Leda Catunda, Luiz Paulo Baravelli, Marisa Bicelli, Franco Siron, Thomaz Ianelli et Zé Bico. “Salle nationale” est une exposition dont une partie de l'œuvre du même titre s'est tenue à 1986 par Guto Lacaz. Dans la pièce de Lacaz, une exposition est montée avec des miniatures d'œuvres de plusieurs artistes travaillant à cette époque.





L'exposition “Salle nationale” reconstitue ce projet à échelle humaine avec des œuvres des mêmes artistes, l'élargir à partir de l'inclusion d'autres artistes de cette même génération.

Le modèle du Salon National a été créé au Brésil dans la première moitié du XIXe siècle par la Mission Artistique Française, fondateur de l'Académie impériale des beaux-arts, plus tard École nationale des beaux-arts. Le "Salon National des Arts Plastiques" apparaît dans 1933 sous le nom de "Salão Nacional de Belas Artes". Pour rendre compte d'une production de moins en moins académique, crée toi-même, à 1951, une séance d'art moderne, donnant lieu à la “Salon d'art moderne”. Au cours des décennies de 1960 et 1970, période de dictature militaire, les salons perdent le prestige qu'ils avaient jusqu'alors, étant éteint dans 1978 et réintégré par Funarte sous le titre de “Salon national des beaux arts”.

Dans le 1980, le Salon acquiert un rôle fondamental dans le circuit de l'art. Être l'un des rares lieux de projection pour les artistes en début de carrière, il a également eu le prix dans deux modalités: Voyager dans le pays ou voyager à l'étranger. A spectacles, qui a fait l'objet d'un processus de sélection concurrentiel, il a servi comme une sorte de vitrine qui a rapproché la production du jeune artiste non seulement du public, mais aussi aux membres du jury., qui étaient conservateurs, artistes et marchands respectés. Dans le 1980, période d'ouverture politique et de redémocratisation progressive, participer à l'Exposition nationale, c'était franchir une étape importante vers l'intégration dans un circuit qui commençait à se renforcer économiquement par la constitution et la professionnalisation d'un marché de l'art.

Le “Salle nationale” de Guto Lacaz a été montré pour la première fois dans “Muamba”, exposition tenue à 1987 dans le sous-quartier commercial de l'art, galerie de São Paulo qui se sont réunis dans son programme de l'exposition les grands noms de la peinture à cette époque. En plus d'avoir participé pour la deuxième fois consécutive à la Biennale de São Paulo avec ses performances et installations, Lacaz embarquerait l'année suivante pour la France, où participeriez-vous à l'exposition “La modernité – L'art brésilien au XXe siècle” au Musée d’art moderne, Paris. Même si le marché était, à ce moment, se nourrir de peinture, Les objets low-tech et humoristiques de Guto, celle référencée de l'histoire de l'art au mythe du progrès, circulait avec une certaine fluidité dans le circuit plus institutionnel. Leur “machines inutiles” a proposé une manière moins protocolaire de se rapporter à l'objet d'art, où le sérieux a fait place au rire, incorporer un esprit Dada dans leurs propositions, comme dans “Radios de pêche”, ensemble de huit radios dont les antennes ont été transformées en cannes à pêche. Toujours en référence à Duchamp et à ses “nu en bas d'une échelle, nº2”, propose une approche synthétique et ironique dans son expérimentation de la peinture en “homme dans les escaliers” travail qui, en plus de faire partie de cette exposition au Subdistricto Comercial de Arte, avait participé à son installation à la 18e Biennale de São Paulo et peut être vu actuellement à la Pinacothèque de São Paulo dans l'exposition “la machine du monde: art et industrie au Brésil 1901 – 2021”.

Dans sa version de la Salle Nationale, Lacaz présente d'autres œuvres d'artistes ayant participé aux éditions précédentes de l'exposition, comme Flávia Ribeiro, Carlos Fajardo, Luiz Paulo Baravelli, Dudi Maia Rosa, Cassio Michalany et Fabio Miguez. Et faire des hommages: à l'acteur, illustrateur et cénographe Patricio Bisso, grande figure de la scène pauliste de la décennie de 1980, grâce à l'inclusion de la photographie de Marisa Bicelli; à l'artiste Alex Vallauri, décédé la même année, pionnier du graffiti au Brésil, avec qui il a participé à la Biennale de São Paulo en 1985; à Autour du magazine; au maître de la sculpture Constantin Brancusi et à Leda Catunda, qui est représentée par une photographie publiée dans la presse où elle était décrite de manière sexiste comme la propriétaire du “les plus beaux genoux de l'art brésilien”. Lacaz renforce le ton ironique de sa pièce, dont deux autres oeuvres sans paternité, comme “un artiste hippie entré par erreur dans le salon”. Dans cet ensemble de treize œuvres, il y en a un autre qui n'a jamais existé en dehors de ce modèle: une “Méthode” Luiz Paulo Baravelli.

De l'invitation à tenir cette exposition à la Galerie Marcelo Guarnieri, la peinture gagne un corps de près de deux mètres de hauteur, 35 ans après qu'il a été dessiné: “Face à Guto”. Baravelli exécuté, en acrylique et encaustique sur contreplaqué, l'œuvre que Guto Lacaz avait conçue en miniature comme s'il s'agissait d'une autre de la série “Visages” que son ami avait exposé à la Biennale de Venise en 1984. Pour cette exposition, en plus des ouvrages référencés de l'oeuvre de Guto Lacaz, des peintures et sculptures de l'époque réalisées par des artistes travaillant à la même époque comme Boi sont également présentées., qu'il expose fréquemment au Sous-district de Comercial de Arte, Amelia Toledo, Franco Siron, Ivald Granato, Claudio Tozzi, Claudio Kuperman, Thomaz Ianelli, José Resende et Zé Bico, grands noms de la production artistique du 1980.

SERVICE
Galeria Marcelo Guarnieri
Exposition: Salle nationale
Période d'exposition: 27 Novembre 2021 et 29 Janvier 20212
Entrée libre
Alameda Lorena, 1835 – Jardins
São Paulo - SP - Brésil / 01424 002
Tél. +55 (11) 3063 5410 / | contato@galeriamarceloguarnieri.com.br
eux-mêmes - le sexe: 10h à 19h.
samedi – 10H à 17h
Plus d'informations, accéder à la page www.galeriamarceloguarnieri.com.br

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*