Accueil / Art / Exposition « Concrescer », inspiré par la poésie concrète brésilienne est prolongée jusqu'à 27 Janvier
Francisco Zorzete. Le malade Rose. Poema de William Blake; "Intradução" Augusto de Campos, 1975. l'installation d'une maquette en bois, PVC et vernis, 2017. (80 x 76 x 12 cm) l'installation d'occupation 120 m² dans l'espace public, exposé sur le campus de la ville Université de Sao Paulo, 1984.

Exposition « Concrescer », inspiré par la poésie concrète brésilienne est prolongée jusqu'à 27 Janvier

Samedi, 19, Il arrive « Réunion Concrescer - Art, Poésie, Ville et politique dans la discussion « avec les artistes Francisco Zorzete e Jorge Bassani, à museóloga Mariana Várzea et le poète Jorge Salomão. La médiation est le journaliste du journal O Globo, Nelson Gobbi. La proposition est de réfléchir sur le dialogue entre les arts visuels et la poésie, comme des moyens de ré-imaginer la ville, occuper de façon créative les espaces et renforcer la résistance politique à l'intolérance fois. Elle a lieu à 15.30, dans la galerie du Centre culturel Ruins Park, à Santa Teresa.

« Réunion Concrescer - Art, Poésie, Ville et politique dans le débat « - samedi, jour 19, à 15:30.
Entrée libre

L'exposition « Concrescer » a été prolongée jusqu'à 27 Janvier en raison de blockbuster. Pour encourager la réflexion sur les thèmes de l'art, la poésie et la ville, la pluralité d'expression dans ces domaines de notre culture fondée résistance et intolérances, Il arrive pas le samedi, jour 19, le « Réunion Concrescer - Art, Poésie, Ville et politique dans le débat " avec la participation artistes Francisco Zorzete et Jorge Bassani, dà museóloga Mariana Várzea et poète George Solomon, sous la médiation le journaliste des arts visuels du journal O Globo, Nelson Gobbi, à 15h30, galeria na faire Centro Cultural Ruins Parc, à Santa Teresa. Les panélistes parlent au public à propos de l'intersection entre l'art, poésie, ville, identité, force et intolérances, ainsi que d'autres questions qui renforcent la force politique des arts contemporains.

A montre Concrescer Il est inspiré par la poésie concrète brésilienne et présente dix œuvres (objets et installations) créé entre 1983 et 2017, par des artistes Zorzete Francisco et Jorge Bassani, et la lecture de la réinterprétation plastique spatiale par des poèmes en béton de la première phase - dans le passage 1950 pour 1960.

L'exposition montre que, malgré la révolution numérique qui a renversé toutes les frontières entre les codes et langues, l'expérience poétique est toujours sensorielle, corporel. La distribution spatiale des poèmes dans sa concrétude conduit à d'autres conditions expérimentales de poésie, en conservant un grand nombre de ses attributs sémantiques et graphiques, mais de proposer de nouvelles formes de perception et de lectures.

Needs a context Centro Cultural Ruins Parc les œuvres sont exposées: concretus (poème de Pedro Shale), Plein / vide (poème de Pedro Shale), vitesse (Ronaldo poème Azeredo), infini (poème de Pedro Shale), LA VIE (poème Pignatari), Zero Gravity (poème de Pedro Shale), forme (poème José Lino Grünewald) et boule bleue (poème de Pedro Shale), Sick Rose (poema de Willian Blake, traduit par Augusto de Campos) et Occupy demi-tour, inspiré du poème « genre de pilules rend le rouleau de bâton » Torquato Neto, cette année terminée 46 années de mort. Ce dernier est un travail de patch et le public peut prendre la maison. « Cet hommage à Torquato est de ne pas se souvenir de la mort du grand poète, mais à remercier la poésie et la vie qu'il nous a laissé ", Ils disent que les artistes Francisco Zorzete et Jorge Bassani.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

La recherche qui a pris naissance les œuvres de ce spectacle a été appelé transcode, dont le titre est né de la traduction d'idées pour différents codes - si, verbal graphique (le mot écrit et toute la superstructure syntaxique et lexical) à l'aspect purement visuel (couleurs et formes sans relation mimétique avec l'hypothèse sémantique). "Depuis le début, nous comptons sur la collaboration et de précieux conseils de Augusto de Campos et Julio Plaza, ainsi que de nombreuses autres grandes personnalités de la poésie concrète, comme Pignatari, Haroldo de Campos, Ronaldo Azeredo et Pedro Shale", expliquer les artistes Jorge Bassani et Francisco Zorzete. "Tous nous a généreusement accueilli et étaient prêts à de longues discussions sur la relation intrinsèque de sa poésie avec la visualité de la feuille imprimée."

année 1980 étaient une sorte de « point de rupture » de électromécanique au numérique. En d'autres termes, Bassani et Zorzete a commencé sa production d'essai dans le tourbillon de la révolution la plus profonde dans les moyens de production, la reproduction et l'opérationnalisation des langues. "poésie concrète a non seulement par tout cela avec un coup de vent état inébranlables expérience profonde, il a été élevé à des niveaux plus élevés dans leurs perspectives visionnaires de fonctionnement de la poésie + la vie urbaine + technologies de l'information + culture populaire + explosion médiatique des signes ", surligner. Les artistes pensent que, dans le monde d'aujourd'hui, cette recherche contribue à ce débat, mais sans s'y limiter à des poèmes. relecture propose, também, de nouvelles idées sur l'énorme importance des artistes tels que Julio Plaza, afin d'élargir et d'exploser le signe des limites sémantiques et formelles. "Plus d'une référence fondamentale pour nos recherches, était en contact avec des concepts intersémiotique traduction, en particulier de Jakobson, ce fait qu'il a pris forme ", compter.

Concrescer qui est produit par la direction Mariana Várzea, Inspirations illimités Projets culturels, Il a eu lieu à São Paulo, Centro Cultural Casa das Rosas, en Novembre 2017, avec un grand succès public.

Les artistes et les débatteurs:

Jorge Bassani et Francisco Zorzete Ils ont commencé leur carrière dans les années 1970, groupe de base avec Rose, agissant en particulier avec des interventions artistiques dans la ville. Avec le groupe a réalisé des actions dans la ville de signalisation (de) formateur (1979) A la conception à découvert (1980) et Hommage à Flavio de Carvalho (1982). Avec la fin des activités du groupe, à 1983, Ils ont tenu pendant quatre ans vastes travaux de recherche des dialogues entre l'espace à trois dimensions et de la poésie concrète. Parmi les étalages de produits qui fonctionnent, il y a les installations dans des espaces publics Rose malades (1984) le concretus (1985). Bassani et Zorzete ont participé à des expositions en double et aussi collective, comme Imagicidade (CCSP, 1986), Panorama de l'art brésilien actuel (MAM-SP, 1985) et Transcriar (MAC-SP, 1986). En 2013, Ils ont publié le Sao Paulo: Ville et architecture – un guide, avec la sélection des 284 œuvres architecturales cartographiées dans le contexte des infrastructures urbaines à chaque fois, dans les différentes périodes historiques de Sao Paulo.

Jorge Bassani graduée, Maître et Docteur en Architecture et Urbanisme et professeur au Département d'histoire de FAU-USP, qui coordonne le Groupe d'étude urbaine Mapografias. Integra en tant que co-coordinateur du groupe de recherche international basé à ISCTE ARTSBANK, Institut universitaire de Lisbonne, dédié à l'étude de l'évolution des bords métropolitains de leurs productions culturelles. Ces dernières années, il a développé la recherche « Das interventions artistiques dans les actions politiques urbaines ». auteur Les langues artistiques et la ville (2003) et organisateur PDP - Mapografias Urban (2012). Après la Manga Rosa et projet de transcoder, effectués d'autres œuvres d'interventions urbaines, Les couleurs du MAC (parc Ibirapuera, SP, 1992), Façon (os « Arcos da Off. paulista ", avec le Dr. Arnaldo, 1993) et Terrains urbains (SESC pauliste, 1994).

Francisco Zorzete Il a travaillé dans la division Logement de DPH (Ministère du Patrimoine historique) São Paulo, après avoir pris la tête de la section du laboratoire de restauration, dédié aux œuvres de sculpture des lieux publics de la ville. En 1997, Il a structuré la société Restauration, société spécialisée dans la restauration et la conservation des actifs d'intérêt historiques, et responsable de la restauration des bâtiments importants, y compris le bureau de poste central du bâtiment, Bâtiment Altino Arantes (Banespão), building Italie, Palais des Champs-Elysées, ainsi que des œuvres d'art, comme les fontaines et Monument de l'Indépendance Parc, Sculptures de Ramos de Azevedo place, Monument aux Drapeaux, Sculptures de Place de la Cathédrale et de MAM Sculpture Garden. Il a également été l'un des créateurs de l'École de restauration Paulista et virtuel MUBE.

George Solomon

Jorge Dias est un poète brésilien Salomon, compositeur, metteur en scène et activiste culturel connu, qui est né à Jequié, Bahia 3 Novembre 1946. Il a étudié les sciences sociales et la philosophie à Salvador (BA), où il a participé à des mouvements étudiants. Il a étudié le théâtre avec Luiz Carlos Maciel, à l'École de Théâtre de l'Université fédérale de Bahia et dirigé plusieurs spectacles de théâtre et des concerts entre 1967 et 1968 à Salvador, comme: "Le voisin Monkey", de Joaquim Manuel de Macedo et "La bonne âme Setchuan", le Bertolt Brecht. Il a déménagé à Rio de Janeiro en 1969, quand il a participé en tant que collaborateur dans le magazine "Navilouca« Créé par Waly Salomão et Torquato Neto. Il a dirigé le spectacle anthologique "Comme pour Retour« Compositeur et chanteur brésilien connu comme le roi de Baiao, Luiz Gonzaga, au Teatro Teresa Rachel, Rio de Janeiro. Elle a participé à plusieurs spectacles à Sao Paulo au cours de la dictature militaire. Il a publié les livres: Mosaical (1996), L'œil du temps (1997), Champ de Amerika (1998), son (1999), La route de la pensée (2006), conversation moustiques (2010), Quelques poèmes et quelques-uns (2016). Collabore avec des textes et des productions dans divers journaux et magazines brésiliens. Il a sorti le CD « Cru technologique » (des poèmes et des sons) avec des présentations dans plusieurs villes brésiliennes. Jorge Solomon est un compositeur de chansons enregistrées par des chanteurs Marina Lima, Adriana Calcanhoto, Cássia Eller, Zizi Possi, Red Baron groupe, entre autres artistes.

Nelson Gobbi

Journaliste arts visuels O Globo, diplôme d'études supérieures en journalisme culturel à l'Université d'Etat de Rio de Janeiro (UERJ); diplôme en Communication sociale de Universidade Federal Fluminense (UFF) avec une spécialisation en journalisme et cinéma. bloc-notes B a été rédacteur en chef et le magazine Programme, à la fois le Jornal do Brasil, entre 2006 et 2010 et reporter pour le même journal entre 2002 et 2006, que la culture setorista.

Mariana Várzea:

muséologue, Master en Histoire sociale de la culture et un doctorat en politiques publiques dans les musées. sert 20 années dans le domaine de la culture distincte exerçant une fonction publique, les organisations du secteur privé et troisième, toujours des zones convergentes Culture et Développement Durable. Actuellement, Inspirations illimités dirige les projets culturels, dédié aux projets de planification et de gestion du contenu culturel dans les musées et centres culturels. Elle enseigne à l'Université Candido Mendes, coordinateur MBA de la production culturelle et les enseignants de la gestion culturelle et de la gestion des musées MBAs.

exposition Concrescer - Rio de Janeiro / RJ
« Réunion Concrescer - Art, Poésie, Ville et politique dans le débat " -Jour 19 Janvier, à 15:30 – Entrée libre
Centro Cultural Ruins Parc Parc des ruines:
Exposition: de 10 Novembre 2018 et 27 Janvier 2019
Rue Murtinho Nobre, 169
Téléphone: (21) 2215-0621

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*