Accueil / Art / Œuvres de Gisela Motta e Leandro Lima dans l’exposition moutons comptage puissance au Sesc Santo Amaro
ADN, 2012, 100 x 180 cm, panneau en verre feuilleté dans 3 Couches de 4 mm. Photos: Divulgation.

Œuvres de Gisela Motta e Leandro Lima dans l’exposition moutons comptage puissance au Sesc Santo Amaro

Neuf oeuvres – Circuits électroniques, les ondes sonores, lampes fluorescentes, caméras sensibles à la chaleur
et autres artefacts manufacturés – font partie des composantes de démonstrations étonnantes de
la vie, qui nous parlent des corps, Les villes, paysages et nature.

L'exposition COMPTER LES MOUTONS ÉLECTRIQUES, ouvert au public en mars dernier (rester debout 26 Juin) au Sesc Santo Amaro et apporte des œuvres des artistes Gisela Motta et Leandro Lima. L'exposition est organisée par Paulo Miyada, coordinateur du Centre de recherche et de conservation de l'Institut Tomie Ohtake et fait partie intégrante du projet Développements - Extension de la collection.

Les neuf œuvres du duo - produites depuis 2007 - qui font partie du spectacle explorent la région ambivalente entre le synthétique du naturel et le naturel du synthétique. Circuits électroniques, les ondes sonores, lampes fluorescentes, les caméras thermosensibles et autres artefacts fabriqués font partie des composants de démonstrations étonnantes de la vie, qui nous parlent des corps, Les villes, paysages et nature.

À Paulo Miyada, les œuvres favorisent des relations inattendues, autoriser les éléments synthétiques (électrique, numérique ou, tout simplement, artificiel) présentent les propriétés pertinentes de certains phénomènes naturels ou sociaux. «Un circuit électronique comme celui que l'on trouve dans un ordinateur est généralement un outil dont la forme est strictement due à des paramètres techniques, sans soucis formels ni sens esthétiques; quand les artistes impriment des circuits de ce type avec les voies de circulation des grandes villes, ils changent de sens, ne répondant pas à un critère fonctionnel et servant de métaphore de la circulation et de l'ordre urbain, ou son absence », explique le conservateur.

Amoahiki, 2008, vídeo instalação, 8" HD loop, sonorizado projetado numa tela feita de múltiplas camadas de tecido. Foto: Divulgação.

Amoahiki, 2008, installation vidéo, 8″ Boucle HD, son projeté sur une toile composée de plusieurs couches de tissu. Photos: Divulgation.

Blade Runner

Inspiré du livre Androès rêve de mouton électrique?, Roman américain Philip K. Dick qui a inspiré le scénario du film Blade Runner (1982), l'exposition des artistes Gisela Motta et Leandro Lima montre des œuvres qui utilisent différentes techniques et médias, mais cela fonctionne ensemble. «Parmi eux, il existe une série de façons de relier les dispositifs de construction d'imagerie avec des phénomènes naturels et sociaux concrets dans notre réalité.; moyens, sont des moyens de re-présenter des choses que nous connaissons bien d'une manière nouvelle, avec des moyens techniques spécialement choisis et développés par les artistes », Miyada compte.

Parmi les œuvres, accent sur Foudre (2015), qu'au moyen d'une composition de lampes tubulaires, le rayonnement lumineux violet de la foudre est reproduit, apportant la puissance et la fragilité présentes dans une décharge électrique. La pièce se compose de lampes de type actif, qui, selon le fabricant, favorise le bien-être humain et la productivité, en plus de stimuler la photosynthèse. Il est évident que l'observation des artistes sur la dépendance de l'homme à l'énergie électrique, au moins dans les périmètres urbains. D'une manière générale, la foudre représente une puissance à la fois créative et destructrice, que ce soit l'observation d'un point de vue scientifique ou mythologique.

tais-toi (2011) dispose de deux canaux vidéo synchronisés et dans chaque vidéo il y a le visage d'une personne capturée avec une caméra thermique. Les changements de température cutanée se produisent en se touchant, qui se remarque lors du dessin avec du froid ou de la chaleur sur le corps du partenaire. L'installation sonore Cigales (2009) apporte des buzzers, petits haut-parleurs utilisés dans les alarmes, qui sont préprogrammés pour simuler le son de centaines de cigales. À chaque 30 minutes la conversation évolue jusqu'à ce que tous les buzzers se déclenchent dans un moment de fanfare, annonçant quelque chose à venir.

Ceci est la troisième édition du projet Développements - Extension de la collection, créé avec l'intention d'inviter des artistes, avec des œuvres faisant partie de la collection Sesc d'art brésilien et exposées en permanence dans plusieurs espaces du Sesc Santo Amaro, pour réaliser des échantillons individuels. Une telle proposition vise à inciter le public à suivre le récit des processus de création, ainsi que d'élargir le potentiel qu'offre la rencontre avec l'art.

Calar, 2011, 2 canais de vídeo sincronizados, 12" loop. Foto: Divulgação.

tais-toi, 2011, 2 canaux vidéo synchronisés, 12″ boucle. Photos: Divulgation.

Gisela Motta et Leandro Lima

Le partenariat de Gisela Motta et Leandro Lima, né à São Paulo 1976, se réfère à ses années d'obtention du diplôme en beaux-arts à la Fundação Armando Alvares Penteado (FAAP), terminé en 1999. Depuis, utiliser des langues qui couvrent la vidéo, photographie, objets et gambiarras, utiliser des normes, des mesures, structures et leurs variations pour créer des situations hautement construites. Dans leur, éléments naturels, mathématique et artificielle émulent le comportement organique, synthétiser des phénomènes naturels et créer une certaine ambiguïté, malgré son objectivité apparente.

Avec de nombreuses participations à des expositions au Brésil et à l'étranger, se sont consolidés en tant qu'artistes qui évoluent entre les contextes artistiques les plus variés, des expositions aux thèmes politiques contemporains aux environnements dédiés à certains supports technologiques. Avec ce trafic, le couple démontre que la portée de l'art ne se limite pas à la discussion de leurs moyens, en même temps que chaque ressource technique a des vertus latentes et des possibilités expressives qui peuvent être mobilisées ou détournées par l'artiste.

Pour le script

COMPTER LES MOUTONS ÉLECTRIQUES - Jour d'ouverture 19 Mars, Samedi, de 10h30, Espace des Arts SESC Santo Amaro. Exposition avec des œuvres de Gisela Motta et Leandro Lima. Heures de visite - Du mardi au vendredi, de 10h30 à 21 heures, Samedi, Dimanches et jours fériés, la 11 h à 18 heures. Livre. Gratuit. Jusqu'à ce que 26 Juin.

SESC Santo Amaro - Amador Bueno rue, 505 - Santo Amaro. Téléphone: (11) 5541-4000. heures de bureau de billets: Mardi au vendredi, la 10 à 21h30 et samedi, Dimanche et jour férié, la 10 às 18h30. Remarque: Le parking et la billetterie sont ouverts selon l'horaire des horaires. Ilstationner - Métro - 180 véhicules, 34 motos pour postes (prix spécial pour les spectacles: 5,50 R $ pour les hommes d'affaires et 11 R $ pour les non-hommes d'affaires et 35 postes dans le porte-vélos (gratuit). Remarque: motos taux de rémunération équivalent aux véhicules.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*