Accueil / Art / Promu par le Rio Art Museum, Série de séminaires Women in the Arts atteint son dernier module
Musée d'art de Rio. Photos: Lait de Thales.
Musée d'art de Rio. Photos: Lait de Thales.

Promu par le Rio Art Museum, Série de séminaires Women in the Arts atteint son dernier module

La troisième étape de l'événement en ligne, qui a pour thème “Architecture et urbanisme ", abordera les relations entre la ville, classe et violence

En cours depuis 04 Septembre, la deuxième édition de Série de séminaires Les femmes dans les arts atteint son dernier module en novembre. O evento, pas fait canal du musée d'art de Rio sur YouTube, arrive dans les jours 06 et 20 Novembre et accorde un certificat de présence à tous ceux qui participent aux diffusions en direct ou qui regardent ultérieurement les vidéos sur la plateforme numérique. Dans cette dernière étape, le séminaire discutera des relations entre la ville, classe et violence, avec la participation des architectes Luciana Mayrink, Margareth da Silva Pereira, Patrícia Oliveira et Vilma Patrícia, de l'étudiant en architecture Lais Marques, et anthropologue Barbara Copque.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

La deuxième édition du cycle de séminaires sur les femmes dans les arts a pour thème «Architecture et urbanisme», qui est également le sujet central de l'exposition «Casa Carioca», ouvert au public pour des visites programmées en septembre. Parmi les invités qui ont déjà participé à l'événement cette année, il y a des noms tels que l'architecte et le commissaire de l'exposition organisée par MAR, Joice Berth, et anthropologue et commissaire Sandra Benites. Avec la proposition de donner une visibilité à la production culturelle féminine, ainsi que de manière générale stimuler la recherche et le développement de projets créés par des femmes, le cycle vise également à poursuivre le processus qui génère l'exposition «Les femmes dans la collection MAR» (2018), approfondir les discussions et les pratiques en faveur de l'égalité des sexes, à travers le prisme de l'intersectionnalité dans le cadre des activités et des collections de l'institution.

Entièrement enseigné par des femmes, le cycle a été divisé en trois modules: Ville, ethnicité et ascendance; Ville, corps et sexe; et ville, classe et violence. Chaque module se compose de deux conférences mensuelles, qui ont une traduction simultanée dans la langue des signes brésilienne (livres). Les panneaux des deux premiers modules sont à la disposition du public, dans son intégralité, pas de Youtube.

PROGRAMMATION:

Module III: Ville, classe et violence (06 et 20/11):

  • 06 Novembre
    Haut-parleurs: (B)Arbara Copque et Margareth da Silva Pereira
    Médiateur: Lais Marques

Barbara Copque – Post-doctorat en anthropologie, Barbara Copque s'intéresse à la photographie depuis qu'elle est enfant, en utilisant leurs dossiers dans des études sur la violence institutionnelle. Participe au collectif Negras[Photos]orthographes et a déjà publié des livres, articles, réalisé des essais photographiques, vidéos ethnographiques et plusieurs expositions individuelles et collectives. Elle est actuellement professeur adjoint à l'UERJ et coordonne le Centre d'études visuelles des périphéries urbaines., participant également au groupe Afrovisualidades, les deux à la FEBF / UERJ.

Margareth da Silva Pereira – Diplômé en architecture à l'UFRJ et en urbanisme à l'IFU (France); Doctorat en histoire de l'EHESS (France); et a un cours de spécialisation en histoire de l'art et de l'architecture à PUC-Rio et en sociologie urbaine à IEDES (France). Elle est professeur ordinaire à l'UFRJ, où il travaille dans le programme d'études supérieures en urbanisme (Prourb), et chercheur de niveau 1 de CNPq. A agi en tant que professeur invité dans plusieurs établissements d'enseignement au Brésil et à l'étranger, comme l'Universidad Nacional de Colombia, o Institut d’Urbanisme da Université de Paris XII, l’Institut Français d’Urbanisme de l’Université de Paris VIII et de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Elle est l'auteur et organisatrice de livres, commissaire d'articles et d'exposition. Ses œuvres mobilisent l'art, sciences sociales et histoire, interroger la dimension historiographique, en commençant par les régimes de mémoire et de souvenir, connaissances architecturales et urbaines, et les formes culturelles et construites des villes dans leurs relations avec les politiques et la citoyenneté.

Lais Marques – Diplômé en architecture et urbanisme à l'Universidade Santa Úrsula et Designer d'intérieur à l'Universidade Veiga de Almeida. Intéressé par les thèmes féminins, violence et ville depuis 2018, lorsqu'il a provoqué l'étude académique d'une exposition sensorielle et synesthésique avec l'intention de dénoncer les violences faites aux femmes. Travaille dans le domaine de l'architecture d'intérieur.

  • 20 Novembre
    Haut-parleurs: Patrícia Oliveira et Vilma Patrícia
    Médiateur: Luciana Mayrink

Patrícia Oliveira – Elle est architecte et urbaniste diplômée de l'UNISUAM et restauratrice de vitraux, certifiée Oficina Escola / Fiocruz. Un résident de la favela de Manguinhos pour 40 ans, Patrícia a pour objectif principal d'exécuter un projet architectural de 20 m² appelé Casa da Lala, qui se compose d'un bâtiment à usage mixte. Le but de ce projet est d'activer les autonomies dans le développement personnel et professionnel de Lala, travesti et son amie d'enfance. L'architecte Favelada, comment vous appeler fièrement, participe activement aux mouvements Mothers of Manguinhos et FSM, qui luttent contre la violation des droits, par JUSTICE, RÉPARATION et MÉMOIRE des nombreux assassinés par la branche armée de l'État.

Vilma Patrícia – Elle est titulaire d'un diplôme en architecture et urbanisme de l'UFBA et d'une étudiante en maîtrise en architecture et urbanisme de la même université., en ligne avec la théorie et la critique de l'architecture et de l'urbanisme. Elle est fonctionnaire fédérale à l'UFBA, fondateur et membre d'EtniCidades – Groupe d'études ethno-raciales CNPQ / FAUFBA en architecture et urbanisme. Ils ont de l'expérience dans le domaine de la conception de projets avec un accent sur les architectures religieuses afro-brésiliennes – Candomblé Terreiros.

Luciana Mayrink – Elle est architecte et urbaniste chez FAU-UFRJ, Master en architecture par PROARQ-UFRJ, et étudie la politique et l'urbanisme à l'IPPUR-UFR. Travaille au BR Cidades Núcleo RJ et est membre du collectif Terra Preta.

Le Musée d'Art de la rivière-mer

Une initiative de Prefeitura do Rio en partenariat avec la Fondation Roberto Marinho, le Rio Art Museum est géré par l'Institut Odéon, une organisation sociale de la Culture et a Grupo Globo comme mainteneur, Equinor en tant que sponsor principal et IRB Brasil RE et Bradesco Seguros en tant que sponsors par le biais de la Federal Culture Incentive Law.

Escola do Olhar est parrainé par Itaú et soutenu par Icatu Seguros et Machado Meyer Advogados via la loi fédérale sur l'incitation à la culture. Grâce à la loi d'incitation à la culture municipale - Loi sur l'ISS, est également sponsorisé par HIG Capital, RIOgaleão et JSL. Vale parraine l'exposition «Casa Carioca» par le biais de la loi fédérale sur les incitations culturelles.

MAR a également le soutien du gouvernement de l'État de Rio de Janeiro et du ministère de la Citoyenneté et du gouvernement fédéral du Brésil, par la loi fédérale pour la promotion de la culture.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*