Accueil / Art / Exposition Continuum | Flávia Ribeiro | jour d'ouverture 22 Mai
Flávia Ribeiro, Alpinistes, 2016 - Bronze - 53 x 43 x 19 cm. Photos: Divulgation.
Flávia Ribeiro, Alpinistes, 2016 - Bronze - 53 x 43 x 19 cm. Photos: Divulgation.

Exposition Continuum | Flávia Ribeiro | jour d'ouverture 22 Mai

Galeria Marcelo Guarnieri
SPaul
Flávia Ribeiro

Continuum”

prévision de périmètre de Consoliodo d'expositionle 22 Que l' 26 Juin 2021

Alameda Lorena, 1835
Sao Paulo, Brésil

Info www.galeriamarceloguarnieri.com.br

Galeria Marcelo Guarnieri a le plaisir de présenter, entre 22 Mai et 26 Juin 2021, “Continuum”, deuxième exposition personnelle de l'artiste Flávia Ribeiro au siège de la galerie à São Paulo. A spectacles, organisée par Henrique Xavier, rassemblera des œuvres en sculpture, dessin et photographie produits 2014 et 2021. Depuis plus de quarante ans, Ribeiro a étudié les possibilités plastiques et symboliques de la matière, construire un univers de formes et de compositions qu'il revisite fréquemment. Vos objets semblent toujours être en transit, sauter de la troisième à la deuxième dimension, ou du deuxième au troisième. Ils assument de multiples formes d'existence, étant du carton et de la paraffine bientôt bronze, ou être gouache puis être velours. Peut être articulé en modules sous forme de pièces détachées, permettant des combinaisons infinies et peut également être suspendu à des points de support fixés au mur. L'exposition intègre cet esprit métamorphique et s'organise autour de la volonté de provoquer de nouvelles lectures d'œuvres produites à différentes époques à travers les relations spatiales créées entre elles.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

Vers la chambre 1 reçoit seulement deux oeuvres: photographie “Double figuré” et la sculpture “Accueil”, tous deux produits en 2014. L'image de l'accueil dans ce premier environnement est dirigée vers une idée d'introspection, tant pis pour l'image d'un corps, qui apparaît de l'arrière sur l'image photographique, combien d'objets que vous tenez dans vos mains, une pièce très similaire à la sculpture elle-même “Accueil”, toujours sans diviseurs. La maison et le corps, deux architectures qui configurent un abri, ils semblent impersonnels lorsqu'ils sont dépourvus de visage ou de leurs meubles, mais même s'ils sont évasifs dans un sens fixe, de telles œuvres invitent à une relation, permettre au spectateur de combler cette absence.

La double existence de la pièce de bronze en tant qu'objet et en tant qu'image annonce déjà des opérations similaires qui seront répétées tout au long de l'exposition: des transitions entre médias qui provoquent des apparitions et des disparitions. C'est le cas de “Corps”, pièce de velours et de bronze adossée au mur de la deuxième pièce qui, bien qu'il ait les mêmes dimensions et la même silhouette que “Double figuré”, ne révèle plus une image au-delà de la patine noire absolue sur la surface en bronze. Entre dessin et sculpture, il y a un intérêt pour la variation des échelles, qui peuvent tous deux tenir dans les mains, comme celui qui dépasse la dimension du corps humain. Pas de champ tridimensionnel, il est possible de penser cette relation à partir du modèle, puisque l'artiste l'utilise comme un outil pratique et poétique. Pratique au moment de la mise en place de l'exposition, car son échelle réduite lui permet de redimensionner l'espace d'exposition et de visualiser les relations entre les œuvres, poétique quand sa fonction de projet est subvertie, acquérir l'autonomie en tant qu'objet sculptural, comme dans “A la maison” et “Alpinistes”.

Vers la chambre 2 est celui qui reçoit, au-delà “Alpinistes”, d'autres œuvres qui explorent les ambiguïtés du petit format, comme “Stock minimum” et “Champ pour penser que je”. Le premier est une série d'objets fabriqués avec des souches de bois, branches sèches d'ipé et pierres que l'artiste a trouvées pendant les deux mois de détention qu'elle a passés dans une ferme, l'année dernière. Le second est composé d'une plaque de paraffine où reposent des structures qui renvoient graphiquement à certaines de ses œuvres, formé par fil, fil de cuivre, organza de soie, les épines, graines et étain. Les deux partagent un banc et ressemblent à de petites architectures, étant le résultat d'un processus d'auto-réflexion et de création, compte tenu de son caractère référentiel et sériel. Toujours dans la même salle seront présentés neuf dessins sur papier parchemin, papier à croquis et feutre produit entre 2016 et 2021 qui sont également configurés comme des champs de réflexion. En raison de sa translucidité, le papier à dessin permet à l'artiste de travailler avec des superpositions et des réarrangements, faisant immédiatement allusion à l'idée du contour, de ce qui est en cours d'élaboration et donc susceptible de changer.

A partir des années 2000 Flávia Ribeiro explore le bronze comme matériau de travail, mais c'est au cours des huit dernières années qu'il lui a consacré le plus d'attention, produire certaines des pièces qui font partie de l'exposition et qui gagnent en importance dans la troisième et dernière salle. Les connotations monumentales et hiérarchiques historiquement attribuées à ce matériau sont perturbées par des approximations formelles que l'artiste établit entre ses moulages et les structures et surfaces irrégulières des matériaux organiques, comme le bois d'allumage et les graines. En dialogue constant avec la tradition de l'art moderne, qui a la structure visuelle de la grille comme l'un de ses grands emblèmes, l'artiste n'adhère pas pleinement au silence ou à l'autonomie qui étaient associés à ce schéma constructif, incorporant de la matière organique dans leur travail non seulement formellement ou matériellement, mais aussi conceptuellement, de sa condition éphémère qui suppose mouvement et transformation, jamais d'immobilité.

Vers la chambre 3 fronces, en plus des pièces en bronze et en étain produites cette année 2021, d'autres pièces en bronze d'un caractère plus installatif produites entre 2016 et 2018 et "99 dessins", un ensemble de dessins réalisés entre 2017 et 2019 qui font référence à d'autres de ses sculptures et qui occupe l'ensemble d'un des murs de la salle. La simultanéité des temps provoquée par la rencontre de toutes ces œuvres dans la Sala 3 peut se matérialiser en “Choses avec le temps”, gravure sur métal imprimée à partir d'une matrice produite dans la décennie de 1980 et qui a été retravaillé depuis l'année dernière. Le processus a consisté à intervenir avec de la peinture à l'eau sur la matrice enregistrée dans différentes nuances de noir et en format quadrillé, faisant allusion à l'idée d'emprisonner l'image précédente, et après l'impression de la gravure, travail sur papier avec de l'encre Ecoline dans des couleurs comme le jaune or, le rouge et le bleu.

Pour la sécurité de tous et une meilleure maîtrise de l'espace, nous vous recommandons de planifier votre visite. Nous vous demandons de nous envoyer un email (info@galeriamarceloguarnieri.com.br)

avec votre nom complet indiquant le jour et l'heure de votre choix. La visite peut être effectuée du lundi au vendredi de 10h à 19h et le samedi de 10h à 17h, respecter toutes les recommandations des autorités sanitaires, comme le port de masques et le détachement social.

Floridevia Ribeiro

Flávia Ribeiro est née à São Paulo en 1954, où il vit et travaille. A assisté à Escola Brasil, au début 1970, où elle était une élève de Carlos Fajardo, José Resende, Frederico Nasser et Luiz Paulo Baravelli. En 1978, déménagé à Londres, où il a suivi le cours de gravure à la Slade School of Fine Art. Plus tard, à 1996, est retourné à Londres avec le soutien de la Vitae Foundation et du British Council.

expositions solos principaux: “Une circonstance”, Instituto Figueiredo Ferraz, Ribeirão Preto, Brésil; “Mécanique”, Conception de mur, MAM, Sao Paulo, Brésil; “Passages à niveau”, Galerie Millan, Sao Paulo , Brésil; “Bureau de lecture”, Galerie rouge, Sao Paulo, Brésil; “Les restes de choses”, Chapelle de Morumbi, Sao Paulo, Brésil.

Principales expositions de groupe: “Huit décennies d'abstraction informelle”, Musée d’art moderne, Sao Paulo, Brésil; “L'esprit de chaque saison”, IFF – Instituto Figueiredo Ferraz, Ribeirão Preto, Brésil; “Or”, CBBB – Centro Cultural Banco do Brasil, Rio de Janeiro, Brésil; “18° Festival d'art contemporain SESC_Videobrasil”, SESC Pompéi, Sao Paulo, Brésil; “Gravure extrême”, Centre de la Gravure et de L’Image Imprimé, Belgique; “Entrouvert”, XI Biennale internationale de Cuenca, Equateur; “Agence de graphisme”, Musée d’art moderne, Sao Paulo; “Moderne, Poudres modernes, Etc.”, Instituto Tomie Ohtake, Sao Paulo, Brésil; “Apaiser les nuages”, La Fondation 3.14, Bergen, Norvège; “Art City III”, Industries Matarazzo, Sao Paulo, Brésil; “V Biennale internationale d'Istambul”, Monnaie impériale, Istanbul, Turquie; “Un petit objet”, Centre d'analyse et de recherche freudienne, Londres, Angleterre; XX et XXIII Biennale internationale de São Paulo, Sao Paulo, Brésil.

Des collections qui ont leur travail: Pinacoteca do Estado de São Paulo, Sao Paulo, Brésil; Musée d’art moderne, Rio de Janeiro, Brésil; Collection Itamaraty, Brazilia, Brésil; Musée d’art moderne, Sao Paulo, Brésil; Musée d'art moderne Aloísio Magalhães, Récif, Brésil; POUR, Centre d'art contemporain Inhotim, Brumadinho, Minas Gerais, Brésil; Instituto Figueiredo Ferraz, Ribeirão Preto, Brésil.

SERVICE
Galeria Marcelo Guarnieri
Exposition: Continuum
Artiste: Flávia Ribeiro
Période d'exposition 22 du mai 26 juin 2021
Entrée libre
Alameda Lorena, 1835 – Jardins
São Paulo - SP - Brésil / 01424 002
Tél. +55 (11) 3063 5410 / | contato@galeriamarceloguarnieri.com.br
eux-mêmes - le sexe: 10h à 19h.
samedi – 10H à 17h.
Plus d'informations, accéder à la page www.galeriamarceloguarnieri.com.br

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*