Accueil / Art / « L'EAU QUI CACHE »
Fatima Pedro, "Dans les eaux qui se cachent". Photos: Divulgation.

« L'EAU QUI CACHE »

CONFÉRENCE DE PRESSE AVEC LES ARTISTES PREND LES FEMMES NINE CULTURELLE ESPACE POST Niteroi ET PHOTOS HISTOIRE DE L'INSTITUTION ET LA VILLE, CÉLÉBRATION ANNIVERSAIRE EN NOVEMBRE MOIS

Ouverture: 30 Novembre, à 15:00

Au mois que le palais du Full Post 105 ans et la Poste culturelle Niterói célèbre cinq ans de fonctionnement, neuf femmes artistes occuperont les parties communes du site avec une exposition “Dans les eaux qui se cachent”, qui sera inaugurée 30 Novembre.

Publicité: Bannière Luiz Carlos de Andrade Lima

« Nous voulons porter un toast au public avec cette grande exposition d'art contemporain afin que les gens se rendent compte de l'importance du palais comme un espace pour l'art, La mère Denise incendiée, Directeur de la Poste Niterói.

Carolina Kaastrup, Coupe Edna, Fatima Pedro, Joan Pedrosa, Myriam Glatt, Roberta Paiva, Talita Tunala, Vanessa Rocha e Yoko Nishio présentera des œuvres in situ, aménagements, objets, cartes postales et vidéos que le dialogue avec l'architecture éclectique du bureau de poste Palais, avec sa fonction d'origine (comme l'échange de lettres et cartes postales), l'emplacement et le paysage qui entoure le bâtiment et l'histoire de Niterói, seule ville fondée par les Indiens. « cache eau », qui inspire et donne l'exposition son titre, Il est l'une des traductions possibles de nom Tupi de la ville de « Niterói (une fois “Nictheroy” ou “Nitheroy”), il est

Selon le conservateur, Marisa Florido, « L'exposition, « Dans les eaux qui cache », tourner, comme les vagues et les marées, couches oubliées souvenirs, histoires submergées, des échanges perdus et mis à jour, des paysages dévoilé. "

Le postier est le point de départ de la négociation collective, dépeint dans le livre « s titre / », composé de plusieurs chemises produites par le photographe Carolina Kaastrup, amener les formes géométriques et les couleurs de l'uniforme, disposé sur la façade du palais. Entre le corps du bâtiment et du public, streamers flottent dans la brise, dans les faiblesses et la persistance.

Au centre de l'escalier, le 2ème étage au rez, de la lucarne, Coupe Edna installations “temps“, travail en bleu, jaune et vert, constitué d'un tube en polyuréthane et les câbles d'éclairage continu. temps du Latin, d'où le mot « tempête », signifie « temps entre deux fois », comme une distance qui sépare le ciel, comme un signe d'avertissement.

Sur une table est un travail “voler bientôt”, artiste Fatima Pedro. En ce qui concerne les capsules placées aux pieds des pigeons de course, le travail se compose de dessins sur papier, cylindre de forme, avec un corps de pigeon fragmente images.

Déjà Joan Pedrosa occupe l'intérieur des rails situés sur le premier étage véranda, avec les travaux “Ao Leu IV”, une installation composée de lettres découpées en PVC avec les couleurs de la poste brésilienne et Telegraph et les mots “SIM” (jaune) et “NO” (bleu), En plus des boules de styromousse avec différentes tailles. L'intention de l'artiste est de télégraphie subvertir pour inviter le public à écrire votre slogan dans des boules de styromousse, et sauver le but des postes: les messages écrits à la main et missives.

Myriam Glatt présente des plaques de carton peintes en couleurs et différentes tailles de tons, environ six séries de colonnes du rez-de-chaussée. Le travail “Imoscapos” intervient dans l'architecture du palais 1914, la réunion d'un matériau éphémère telles que les colonnes en carton et anciens. “Le réel et l'imaginaire rejoindre cette étreinte, donnant le spectateur se déplace à l'expérience du contact direct avec le travail et invitant à circuler autour”, explique l'artiste.

« Fin Abape?", dans le Vieux Tupi, signifie « Quem est vous?". Titre d'installation Roberta Paiva, épuisette constitués de trois (cône Réseau pour la pêche), sac contenant les miroirs d'interrogation “fin Abape?”, qui peuvent être enlevés et pris par le public. Anderson veulent revenir miroirs – des objets qui ont été donnés aux Indiens par les en échange de bois portugais – ao visitante não como um souvenir, mais comme une réflexion et une question à répondre: « Après tout, quem est vous? Ce que vous apportez les gens qui vivaient ici?’

Faisant allusion à “Revolta de Barcas”, dans 1959 dans la gare maritime et qui a conduit à la protestation de la population contre un service alternatif et inefficace, Talita Tunala apporte “excellent travail”, L'installation se compose d'un bateau en fibre de verre usé 3m x 1,35m, que l'artiste récupère pour l'utilisation, et dans lequel elle intervient avec des dessins, accompagnés d'une fable narrative que l'histoire des mélanges, action et fiction. Le travail est présenté comme un moment suspendu d'une action qui ne sera terminée plus tard, après la clôture de l'exposition, avec le retour du bateau à la mer.

Au rez de chaussée, dans le hall entre les escaliers et l'ascenseur, l’artiste Vanessa Rocha caractéristiques “S / titre”, un ensemble d'aquarelles, au format postal (10cm x 15 cm) disposé dans un dispositif d'affichage, se référant à un temps suspendu et l'insécurité adresse mémoire, communication et relations.

Avec « Points de vue », l’artiste Yoko Nishio recadrages les dispositifs de sécurité par le biais des deux stratégies: deux petites peintures de caméras de surveillance situées à côté des caméras réelles; et la mise sur le plancher de l'entrée de la salle quatre petits tablados circulaires. Positionné au point de caméras de sécurité sur place, ces tablados invitent le spectateur à marcher sur sa surface et retourner le regard, la création d'un jeu imaginaire avec les cadres produites par de tels dispositifs de surveillance.

« Dans les eaux qui cachent » - neuf femmes artistes collectifs occupent des espaces communs culturels Poste Niterói
Ouverture: 30/11/2019, à 15:00
Visitation: Jusqu'à ce que 18/01/2020
Local: Cultural post Niterói
Adresse: Visconde do Rio Branco Avenue, 481
Opération: Du lundi au samedi, le 11h AS18H (sauf les jours fériés)
Entrée gratuite
Informations pour la presse: Bia Sampaio (BriefCom) - (21) 98181-8351 / biasampaio@briefcom.com.br/ (21) 2511-2409

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*